https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/12/25/feature-01

Société |

Al-Raqqa sur la voie du rétablissement

Waleed Abou al-Khair

image

Le marché du vendredi d'al-Raqqa, l'un des marchés historiques de la ville, a rouvert après que « l'État islamique en Irak et en Syrie » a été chassé de la ville. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Offrant un spectacle que l'on ne voyait plus ces dernières années, la ville d'al-Raqqa fourmille à nouveau d'activité, plus d'un an après sa libération de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Les terrains de jeu grouillent d'enfants, les cafés sont remplis de jeunes et les travaux de reconstruction avancent malgré le manque de financements, expliquent les habitants à Diyaruna.

Le conseil civil d'al-Raqqa, l'administration autonome arabo-kurde, a rétabli les services de base, électricité, eau et nourriture.

La vie a également fait son retour sur les marchés, en particulier le célèbre marché du vendredi, restaurant ainsi les relations entre les habitants de la ville et ceux des zones rurales.

image

Une boulangerie d'al-Raqqa propose aux habitants du pain à prix subventionnés. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Emplois et loisirs

« Les organisations humanitaires, en coordination avec la municipalité al-Shaab d'al-Raqqa, ont réparé le terrain de jeu municipal pour les enfants », a expliqué Sanaa al-Haj Hassan, membre d'une organisation humanitaire qui s'occupe du bien-être des femmes et des enfants.

Elles ont planté des arbres et des buissons, équipé le parc de structures ludiques et installé un revêtement de sécurité, a-t-elle précisé à Diyaruna.

Ce terrain de jeu a encore besoin de quelques travaux de réhabilitation et de quelques équipements qui attendent un financement, a-t-elle poursuivi, soulignant qu'il avait été totalement détruit lors des combats qui s'étaient déroulés dans la ville.

L'EIIS avait transformé ce terrain de jeux en un charnier, a poursuivi Hassan, « et tous les restes qui y avaient été enterrés ont dû être déplacés dans les cimetières de la ville ».

Par ailleurs, le conseil civil a organisé des concours d'emploi pour la jeunesse d'al-Raqqa dans tous les domaines de spécialisation, a expliqué Mohammed al-Jassim, membre de la commission de l'administration locale du conseil.

À cette fin, il a organisé des concours, a-t-il expliqué à Diyaruna, précisant que plus de 1 700 jeunes de toutes les spécialités, notamment des travailleurs indépendants, des artisans et des diplômés de l'université, avaient à ce jour déposé leurs curriculums.

Les projets de reconstruction du conseil constituent une grande opportunité d'emploi pour les jeunes de la région, a-t-il expliqué, ajoutant qu'un récent concours avait offert plusieurs emplois de conducteurs d'engins de chantier au sein de la commission de l'administration locale.

Des marchés animés

Pour Mahmoud al-Amin, un habitant d'al-Raqqa, la vie « est pour l'essentiel revenue à la normale » dans la ville.

« Les habitants se sentent en sécurité, notamment parce que tous les aspects de la vie sont revenus à la normale dans la ville, même si c'est lent », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Les produits alimentaires sont disponibles à des prix raisonnables, certains sont subventionnés, comme le pain, a-t-il indiqué, soulignant que quelque 40 boulangeries fonctionnent désormais dans la ville et dans la campagne environnante, ce qui a permis de réduire les files d'attente pour se procurer ce produit de base.

Le célèbre marché du vendredi de la ville, dont la réputation est très ancienne, a également rouvert ses portes dans son emplacement d'origine, dans le nord de la ville.

Ses boutiques proposent des articles de base, des vêtements et des articles ménagers à des prix inférieurs à ceux des magasins de détail habituels, ce qui a énormément contribué à faire renaître les échanges entre la ville et ses campagnes environnantes, a-t-il précisé.

« Les agences de sécurité et de régulation effectuent leurs missions avec diligence en termes de maintien de la sécurité et de surveillance des prix et de la qualité des produits mis en vente », a ajouté al-Amin.

Les manifestations sportives et sociales ont également fait leur retour dans les cafés et les restaurants de la ville, où les jeunes se rassemblent de nouveau, offrant un spectacle qui faisait cruellement défaut dans la période récente.

Cela a grandement aidé à restaurer les relations entre les habitants, a-t-il déclaré.

Travaux de reconstruction en cours

Par ailleurs, le déblaiement des décombres est effectué en coordination avec les forces de sécurité et les équipes d'intervention rapide pour repérer les mines et exhumer les corps retrouvés ensevelis ou dans les charniers creusés par l'EIIS avant de quitter précipitamment la ville, a expliqué Khalid Moustafa, membre de la commission pour la reconstruction du conseil civil d'al-Raqqa.

« Seuls 15 % des décombres restent à retirer, en plus des gravats pour lesquels les habitants soumettent des demandes [individuelles] de déblaiement », a-t-il précisé à Diyaruna, ce qui se fait selon un calendrier distinct qui est fonction du moment de la demande et de la quantité de gravats.

Les travaux avanceront lentement durant l'hiver en raison des conditions météo, a-t-il averti.

« L'accent est actuellement mis sur la réalisation d'un certain nombre de travaux électriques,après l'installation de 20 nouveaux transformateurs », a expliqué Moustafa, ajoutant que des poteaux électriques solaires ont été plantés dans les rues.

Face au manque de financement, les travaux de reconstruction sont actuellement réalisés aux frais des habitants qui souhaitent la reconstruction de leurs maisons, a-t-il ajouté.

Les travaux de réparation sont en cours « sous la supervision de surveillants et d'ingénieurs affiliés au conseil civil d'al-Raqqa pour veiller à ce qu'aucune transgression ne soit commise contre des biens privés ou publics », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
1
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Les habitants de Raqqa sont des arabes. Nous ne voulons pas qu'un kurde nous dirige.

Répondre