https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/11/13/feature-02

×
×
Terrorisme |

Les extrémistes imposent de nouvelles taxes dans le nord de la Syrie

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des combattants étrangers du Parti islamique du Turkestan en Syrie, présent dans le nord de la Syrie, imposent des taxes aux pêcheurs. [Photo fournie par Moussab Assaf]

Les pêcheurs syriens de la province rurale d'Hama se sont plaints de nouvelles taxes que leur ont imposées les groupes proches d'al-Qaïda qui contrôlent des zones de pêche vitales, a rapporté un activiste local.

Des combattants syriens du Parti islamique du Turkestan en Syrie ont imposé de nouvelles taxes sur la pêche, et Tahrir al-Sham a pris le contrôle du commerce de plusieurs produits de base, dont la farine et le fioul, a fait savoir Mousab Assaf, activiste à Idlib.

La décision de Tahrir al-Sham d'augmenter le prix de la farine et du fioul accroît les difficultés financières déjà importantes des habitants, a-t-il déclaré à Diyaruna.

De nouvelles taxes sur la pêche ont été imposées aux pêcheurs travaillant dans la zone du barrage de Qarqour, dans la campagne de l'ouest d'Hama, une région contrôlée par le Parti islamique du Turkestan en Syrie, en coordination avec Tahrir al-Sham, a indiqué Assaf.

image

Des pêcheurs syriens sur l'Euphrate rapportent leur prise. Le Parti islamique du Turkestan en Syrie a récemment imposé à l'industrie de la pêche le paiement de nouvelles taxes dans la campagne de l'ouest d'Hama. [Photo fournie par Moussab Assaf]

« La pêche dans cette région nécessite l'ouverture des vannes du barrage, et le Parti islamique du Turkestan en Syrie les ouvre pendant une durée limitée en échange d'environ 150 dollars en monnaie syrienne », a-t-il expliqué.

« Ceux qui refusent de payer parce qu'ils ne peuvent pas se le permettre doivent remettre la moitié de leurs prises au groupe », a-t-il ajouté.

Le Parti islamique du Turkestan en Syrie interdit également la pêche certains jours, pendant lesquels le groupe la monopolise pour son propre compte, a poursuivi Assaf.

Ces taxes ont provoqué l'envol du prix du poisson aux abords de la province d'Hama et à Idlib, a-t-il rapporté, indiquant que ce prix était auparavant à la portée de tous, lorsque le poisson était considéré comme « la nourriture du pauvre ».

Provoquer la crainte chez les civils

Le Parti islamique du Turkestan en Syrie, lié à al-Qaïda et allié à Tahrir al-Sham, est principalement composé d'Ouïghours, une minorité ethnique musulmane de la province chinoise du Xinjiang.

Vendredi 9 novembre, les deux groupes ont organisé une grande parade militaire dans la province rurale d'Idlib.

Des dizaines de véhicules militaires, de chars et d'armes lourdes ont défilé de Jisr al-Shughour vers la ligne de démarcation de la zone contrôlée par les forces du régime syrien, bien que cette région fasse partie de la zone tampon récemment créée.

Assaf a indiqué que ce défilé militaire avait ravivé la peur chez les civils, qui l'ont vue comme une affirmation par Tahrir al-Sham de la relation forte qu'il entretient avec le Parti islamique du Turkestan et du contrôle du parti sur la région.

Pendant ce temps, Tahrir al-Sham impose des taxes semblables, a-t-il précisé, prenant le contrôle de l'autorité publique des céréales et stipulant que tous les échanges devaient dorénavant être conduits par le biais de l'alliance, en particulier pour ce qui concerne la farine et les produits de base.

Ceci a permis à l'alliance extrémiste de contrôler et d'augmenter les prix, a-t-il déclaré, ajoutant qu'elle a fait de même avec le diesel, utilisé pour le chauffage, tirant parti de la forte demande hivernale.

Tahrir al-Sham a imposé un monopole grâce à sa société de vente de carburant, Watad, après avoir acheté de grandes quantités de carburant diesel ces derniers mois auprès de vendeurs à des prix faibles, a expliqué Assaf.

L'augmentation du prix des produits de base a entraîné une hausse de tous les prix, a-t-il ajouté, exacerbant les difficultés des habitants qui souffraient déjà d'un manque d'emplois et de l'arrêt de l'aide humanitaire.

Aimez-vous cet article?
3
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha