Sécurité

Affrontements entre milices prorégime dans l'est d'Alep

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Le clan al-Berri, un groupe armé qui contrôle de larges parties d'Alep, affronte des milices rivales dans la ville. [Photo fournie par Faisal al-Ahmad]

Plusieurs milices affiliées au régime sont engagées dans de féroces combats pour l'influence et le contrôle des quartiers est de la ville syrienne d'Alep, a indiqué un militant local.

Ces affrontements, qui ont à ce jour fait plus de 30 victimes parmi les combattants, sont nés d'une lutte pour le contrôle des quartiers est motivée par la saisie des maisons laissées vides par leurs occupants déplacés, a fait savoir Faisal al-Ahmad, militant dans les médias.

Les milices favorables au régime se sont dressées l'une contre l'autre dans les quartiers est d'Alep, a-t-il précisé à Diyaruna, le clan al-Berri d'Alep d'un côté, et des milices des villes d'al-Fuaa et de Kafraya de l'autre.

Ces tensions entre les deux parties étaient apparues en septembre, a-t-il poursuivi, près de deux mois après l'arrivée des milices al-Fuaa et Kafraya sur place, en vertu de l'accord qui prévoyait leur évacuation vers Alep.

image

Des membres des milices al-Fuaa et Kafraya, présents sur cette photo, sont engagés dans de féroces combats pour étendre leur influence dans l'est de la ville d'Alep, a expliqué un militant. [Photo fournie par Faisal al-Ahmad]

Ces milices, qui avaient amené leurs familles avec elles, s'étaient installées dans les quartiers est de la ville, a-t-il continué, provoquant la colère du clan local d'al-Berri.

Al-Berri contrôle les districts est d'Alep en vertu d'un accord conclu avec le régime syrien au début du conflit en 2011, a poursuivi al-Ahmad.

Les membres de ce clan sont connus pour leur soutien au régime, et pour le rôle qu'ils ont joué dans les déplacements forcés en masse des habitants de la zone lors de la bataille d'Alep.

Une lutte pour le contrôle

La situation a échappé à tout contrôle, a ajouté al-Ahmad, lorsque les milices al-Fuaa et Kafraya ont fait venir des renforts de l'extérieur de la région et des milices affiliées au Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien.

Parmi elles se trouvent Liwa al-Baqir et les milices des villes d'al-Nubl et al-Zahraa, a-t-il précisé.

Plus de 30 combattants ont trouvé la mort dans ces récents affrontements, et de nombreux autres ont été blessés dans les combats directs et les bombardements d'artillerie entre les adversaires, qui ont utilisé des armes lourdes l'un contre l'autre dans les quartiers contestés, a continué al-Ahmad.

C'est dans le complexe d'habitation Hananou de la ville que les combats ont été les plus féroces, ainsi que dans les quartiers d'al-Marja, al-Saleheen, Bab al-Nairab et al-Sakhour, a-t-il précisé.

La principale raison de ces affrontements, outre le contrôle du territoire, est de prendre les maisons abandonnées par les habitants d'Alep déplacés, a ajouté al-Ahmad.

Il est désormais manifeste que les propriétaires et les anciens occupants de centaines de maisons ne reviendront pas dans la ville à cause de ces divisions sectaires, a-t-il précisé.

Cela a encouragé certains individus dans les deux camps à falsifier des titres de propriété et à obtenir des arrêtés et des décrets des tribunaux leur garantissant la propriété de ces maisons sur la base de fausses informations, a-t-il indiqué.

Ces maisons sont ensuite revendues pour en tirer un profit, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500