Sécurité

Nouvelle opération contre l'EIIS par les forces irakiennes à al-Sharqat

Khalid al-Taie

image

Les forces irakiennes ratissent le désert proche d'al-Sharqat à la recherche des derniers éléments de l'EIIS le 24 juillet. [Photo fournie par la direction de la police de Salaheddine]

Les forces irakiennes et des unités tribales ont lancé vendredi 28 septembre une opération de sécurité pour traquer les derniers éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) qui se cachent encore dans le district d'al-Sharqat, dans le nord de la province de Salaheddine.

Des unités de la police locale, de l'armée et de la 51e brigade des forces de la mobilisation tribale d'al-Sharqat participent à cette opération.

Cette nouvelle campagne, dernière en date d'une série d'opérations sécuritaires réparties sur plusieurs semaines, vise à débarrasser les faubourgs de la ville d'al-Sharqat des poches d'éléments restants de l'EIIS.

« Nous avons lancé une nouvelle opération pour traquer l'ennemi », a déclaré à Diyaruna Cheikh Asham al-Jubury, commandant de la 51e brigade tribale, ajoutant que les combattants de l'EIIS « ne bénéficieront d'aucun moment de répit ou d'apaisement ».

image

Un officier irakien prépare ses troupes en vue d'un assaut contre un repaire de l'EIIS sur les rives du Tigre au sud d'al-Sharqat le 19 avril. [Photo fournie par la direction de la police de Salaheddine]

Les précédentes opérations de ratissage s'étaient concentrées sur les villages situés au sud d'al-Sharqat, sur les rives du Tigre, dans les montagnes de Makhoul et aux confins du désert d'al-Hadr.

« Nous sommes en état d'alerte permanent, ratissons ces régions et traquons les terroristes sur les îles du fleuve, dans les grottes, les vallées et le désert », a-t-il précisé.

Un repaire de l'EIIS détruit

Ces opérations de ratissage ont débuté samedi dernier par une « attaque majeure », a expliqué al-Jubury.

« Nos unités, en coopération avec les forces de police et le commandement des opérations à Salaheddine, ont ratissé la zone comprise entre le village d'al-Zawiya et la montagne d'al-Naml », a-t-il précisé.

« Lors de ces recherches, nous avons découvert un repaire de l'EIIS et durant son blocus et les affrontements qui s'en sont suivis, les [éléments] ont fui vers un tunnel dans la montagne [d'al-Naml] », a-t-il poursuivi.

« Ils ont été pris pour cibles par une frappe aérienne et leur tunnel a été détruit. »

Au total, ce sont onze membres irakiens de l'EIIS qui ont été tués dans cette frappe aérienne, dont deux ont été identifiés, a-t-il continué, ainsi que leur lieu de résidence.

Des armes et des explosifs ont été saisis dans le tunnel, a ajouté al-Jubury.

Cet assaut a été suivi par des opérations de recherche et de ratissage dans les zones environnantes, qui n'ont donné aucune autre indication sur une éventuelle présence ou activité de l'EIIS.

« Nous pensons que cette attaque a rompu l'ossature terroriste dans ces régions », a-t-il poursuivi, ajoutant que « cela ne signifie pas nécessairement que tout danger est écarté ».

« Nos campagnes et nos efforts de sécurité continueront de porter les coups les plus durs contre les derniers membres de l'EIIS », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)