Sécurité

Dix membres de l'EIIS arrêtés lors d'opérations de sécurité à Mossoul

Khalid al-Taie

image

Des membres de la sécurité fouillent une maison de Mossoul lors d'une opération de traque des cellules de « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par le commandement de la police de Ninive]

Les forces de sécurité de la province de Ninive ont arrêté « dix dangereux éléments » appartenant à « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) lors d'opérations de sécurité dans la ville de Mossoul, a annoncé la police de Ninive jeudi 27 septembre.

« Les forces de police ont lancé ces trois derniers jours des opérations de grande ampleur à la recherche d'éléments de l'EIIS qui se cachent à Mossoul, sur la base d'informations fournies par les habitants et les services de renseignement », a indiqué le lieutenant-colonel Mazen al-Ahmadi, responsable de la communication avec les médias de la police de Ninive.

« La 12e brigade de la force d'urgence de la police de Ninive a arrêté le 24 septembre huit éléments recherchés de l'EIIS dans les quartiers d'al-Qadisiya, de Somar et d'al-Zahraa, dans l'est de Mossoul », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Les trois individus arrêtés sont de dangereux éléments terroristes, notamment des combattants du divan al-Jund (le bureau des affaires des soldats de l'EIIS), et des divans de la sécurité et de l'al-hesba (la police religieuse), qui comptent parmi les principales et les plus importantes formations dans la structure de l'EIIS », a-t-il poursuivi.

Mercredi, le 3e bataillon de la police de Ninive a arrêté un membre de l'EIIS à Somar qui avait été détenu à la prison de Badoush et libéré par l'EIIS après que le groupe eut envahi Mossoul en juin 2014, a poursuivi al-Ahmadi.

Ce prisonnier travaillait au « divan de la sécurité » de l'EIIS et était en possession, au moment de son arrestation, de films et de photos d'opérations terroristes.

« Il avait participé à l'assassinat d'un citoyen à al-Qayyarah, selon le témoignage d'un autre citoyen », a ajouté al-Ahmadi.

Les forces de sécurité et de renseignement ont également arrêté « un suspect qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt pour des accusations de terrorisme », a-t-il par ailleurs fait savoir.

Ce détenu est propriétaire d'un bureau de change à Mossoul, et au moment de son arrestation il « envoyait de l'argent à l'étranger, enfreignant les lois et règlements en vigueur », a-t-il ajouté.

La coopération, « clé » d'une sécurité renforcée

« Les opérations visant à traquer les éléments de l'EIIS recherchés sont menées en coordination entre nous-mêmes et les autres services de sécurité et de renseignements », a expliqué al-Ahmadi.

« Chacun consent des efforts énormes et incessants pour traquer les cellules terroristes dormantes et les résidus de l'EIIS, que ce soit à Mossoul ou dans le reste de la province de Ninive », a-t-il poursuivi.

« Notre coopération avec la population locale s'accentue et les habitants sont désormais un élément clé dans nos efforts pour imposer la sécurité et combattre le terrorisme », a-t-il encore précisé.

Grâce à cette coopération, les forces de sécurité ont arrêté rien que cette année plus de 2 000 personnes recherchées pour terrorisme, et ont mis à jour des repaires et des caches d'armes et de matériel, a-t-il ajouté.

Mercredi, les forces de sécurité ont désamorcé des explosifs dans quatre maisons piégées, détruit 18 engins explosifs improvisés (EEI) et mis la main sur 250 obus de mortier lors d'opérations de recherche dans les environs d'al-Thawra, Umm Dhiban, Tal al-Sheikh, al-Risala, al-Hamdaniya et al-Jughaifi à Ninive.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)