https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/09/24/feature-02

×
×
Sécurité |

Une opération dans le désert occidental d'Irak permet la capture d'éléments de l'EIIS

Khalid al-Taie

image

Des unités de l'armée irakienne participent à une campagne de sécurité lancée samedi 22 septembre pour traquer les derniers éléments de l'EIIS dans le désert occidental du pays. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Des dizaines d'éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont été arrêtés ou tués lors d'une campagne de sécurité en cours dans le désert occidental en Irak, a annoncé le ministère de la Défense lundi 24 septembre.

Samedi, les forces irakiennes ont lancé un vaste ratissage des zones désertiques entre les provinces de l'Anbar, de Salaheddine et de Ninive, jusqu'à la frontière avec la Syrie.

Cette campagne a été lancée sur sept axes, a fait savoir lundi à Diyaruna le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du ministère de la Défense.

L'armée irakienne et les commandements opérationnels d'al-Jazeera, de l'Anbar et de Ninive, ainsi que les forces de mobilisation tribales, participent à cette opération, a-t-il indiqué, avec un soutien aérien fourni par l'armée irakienne et la coalition internationale.

image

Des soldats irakiens inspectent les affaires d'éléments de l'EIIS trouvées lors d'une campagne de sécurité toujours en cours dans le désert occidental et lancée samedi 22 septembre. [Photo tirée de la page de Mujtahid al-Anbar]

« La campagne a été précédée d'une réunion de sécurité étendue à la base d'Aïn al-Assad, dans la région d'al-Baghdadi dans l'ouest de l'Anbar, dirigée par l'état-major de l'armée et le commandant adjoint des opérations conjointes », a déclaré al-Khafaji.

Cette réunion a été organisée après que des renseignements fournis par le Commandement de la coalition internationale et les directions des renseignements militaires irakiens et de la sécurité ont révélé la présence d'éléments de l'EIIS dans le désert, a-t-il précisé.

« Lors de cette rencontre, les rôles et les responsabilités ont été répartis entre les commandements opérationnels et les autres unités militaires et de sécurité, puis les forces se sont lancées dans leur campagne samedi à l'aube », a rapporté al-Khafaji.

L'opération se poursuit

« Au cours des deux derniers jours, nous avons tué ou arrêté des dizaines de terroristes », a déclaré al-Khafaji. Ce dernier n'a pas donné de chiffre précis, mais a indiqué que « quatre terroristes ont été tués dans la région des collines de Cheikh Ibrahim, dans le désert de Ninive ».

« Des maisons de repos et des repaires de combattants ont été saisis, et d'importantes quantités d'armes, d'explosifs et de motos ont été détruites lors des fouilles », a-t-il indiqué.

Jusqu'ici, la campagne a mené à la destruction de 57 engins explosifs improvisés (EIIS), six maisons de repos, cinq tunnels et cinq motos, a-t-il ajouté.

Un grand nombre de villages et de zones désertiques ont également été fouillés, a-t-il poursuivi, dont al-Kuwairat, Umm Samawa, Abou Sabiha, Sawisa, Tuwaisan, al-Sukhairiyat, Wadi Muhairija, al-Ghardakiya, Tarifawi et Wadi al-Ajij.

Des bergers présents dans la région ont été interrogés dans le cadre de la campagne.

Les avions de l'armée irakienne ont mené plus de quatorze missions de combat pour soutenir les forces de sécurité dans le désert de l'Anbar, a fait savoir al-Khafaji, notant que la campagne « se poursuit avec beaucoup de succès ».

« Nous avons obtenu de meilleurs résultats que prévu grâce à la coopération et l'aide des habitants, et aux informations que nous recevons », a-t-il indiqué.

Il y a deux objectifs principaux dans cette campagne et dans toutes celles qui suivront, a-t-il déclaré « Tout d'abord, ne pas permettre aux éléments de l'EIIS de trouver refuge dans ce vaste désert », et deuxièmement, de « renforcer nos frontières contre les infiltrations. »

Cela est particulièrement important maintenant, au vu de l'augmentation de la pression militaire à laquelle les groupes extrémistes comme l'EIIS sont confrontés du côté syrien de la frontière, a-t-il indiqué.

Aimez-vous cet article?
3
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha