Société

La province de l'Anbar rétablit le système des moukhtars

Saïf Ahmed dans l'Anbar

image

Des Irakiens partagent un repas dans une maison de Ramadi, capitale de la province de l'Anbar, le 27 février. [Moadh al-Dulaimi/AFP] 

L'Anbar rétablit le système des moukhtars dans tous les districts de la province pour renforcer la stabilité et améliorer les services administratifs, ont rapporté des responsables à Diyaruna.

Ces moukhtars, des dignitaires locaux à la tête d'un village ou d'un quartier, seront autorisés à effectuer des démarches civiles et à tamponner des formulaires dont les habitants ont besoin.

« La situation de sécurité dans les villes de l'Anbar a pu être stabilisée grâce à la coopération des habitants avec les agences de sécurité », a expliqué Fahd al-Rashed, membre du conseil provincial de l'Anbar, à Diyaruna.

Le rétablissement du système des moukhtars dans l'Anbar est conforme aux règles établies et aidera à garantir la pérennité de cette sécurité, a-t-il affirmé.

Chaque moukhtar sera responsable des habitants d'un district résidentiel spécifique, qui sera identifié par des limites claires, a précisé al-Rashed.

« Le travail du moukhtar est crucial, et implique de surveiller la situation de sécurité et de connaître tous les habitants », a-t-il indiqué.

Grâce à leur connaissance approfondie de la région, les moukhtars peuvent vérifier l'identité et l'adresse des personnes impliquées dans diverses démarches administratives, et ils ont reçu le pouvoir de tamponner les formulaires gouvernementaux.

« Les moukhtars vivent dans les zones [qu'ils servent], et sont tous des anciens bien connus dans leurs communautés et par les tribus », a-t-il déclaré.

Ils sont notamment chargés d'empêcher que des familles s'installent sans l'accord préalable des autorités et de la sécurité, et d'aider à résoudre les différends, a-t-il poursuivi.

Figures bien connues

Les moukhtars sont connus au sein de leurs communautés, beaucoup d'entre eux étant membres de conseils locaux ou tribaux ou étant proches de ces organismes et d'autres organisations civiles, a expliqué à Diyaruna le colonel Shaker al-Rishawi, commandant des Faucons de désert.

« Dans les régions de l'ouest de l'Anbar, le travail des moukhtars a commencé à inclure la coopération avec les départements de service », a-t-il indiqué, notant qu'ils sont en mesure de faciliter la fourniture de services municipaux.

Les moukhtars effectuent également des tâches d'accompagnement d'équipes médicales mobiles qui mènent des campagnes de vaccination, a-t-il ajouté, et aident les habitants sur des sujets comme la santé publique et la sécurité.

« Dans chaque zone de la province de l'Anbar, le moukhtar dispose d'un tampon, il est respecté par la communauté et offre des conseils sur la sécurité et les questions civiles », a-t-il précisé.

Les moukhtars connaissent en général chaque famille qui vit dans leurs zones de responsabilité, a-t-il ajouté, ce qui aide à maintenir la sécurité.

« L'Anbar dépendait par le passé des moukhtars » pour maintenir la sécurité, diffuser les informations officielles et tenir les citoyens informés sur les questions civiles, a fait savoir à Diyaruna Mouttalib al-Naeemi, habitant à Falloujah.

Les moukhtars inspiraient le respect, a-t-il déclaré, et les gens les écoutaient.

De nos jours, leur travail inclut plus de choses, comme la résolution des problèmes de manque d'eau et la distribution efficace du gaz domestique.

« Le moukhtar occupe une place importante et jouit d'un certain prestige au sein de la communauté, car la plupart des familles vont le voir pour obtenir des informations sur un marié ou une mariée potentiels », a indiqué al-Naeemi.

On compte également sur lui pour signaler les familles à faibles revenus et dans le besoin aux personnes et organisations qui peuvent les aider.

Investis de pouvoirs

« La sélection d'un moukhtar se fait par candidature auprès de conseils municipaux dans les districts et les localités », a fait savoir Mahmoud al-Rawi, moukhtar du district d'al-Andalus.

Chaque candidat est d'abord approuvé par les agences de sécurité et les conseils tribaux, a-t-il fait savoir.

« Je suis le moukhtar du district d'al-Andalus depuis plus de dix ans, comme mon père avant moi », a-t-il déclaré. « Notre travail consiste à transmettre les plaintes et les demandes des habitants aux agences gouvernementales et à résoudre les conflits tribaux. »

« Chaque district et chaque zone de Ramadi possède un moukhtar, et nous organisons des réunions mensuelles avec tous les moukhtars, dignitaires et chefs de tribus pour parler des problèmes et des obstacles que rencontrent les habitants », a fait savoir al-Rawi.

« Nous soutenons l'État de droit, nous combattons le terrorisme et l'extrémisme, et nous empêchons les influences négatives de pénétrer dans la société de l'Anbar », a-t-il ajouté.

« Chaque zone de l'Anbar a ses propres conditions, diversités et zones géographiques particulières », a déclaré Qahtan al-Nimrawi, moukhtar du district de Heet, à l'ouest de Ramadi.

Les districts de Heet sont connus pour leur caractère tribal et religieusement conservateur, par exemple, et leur mélange de villages et de zones rurales, a-t-il rapporté.

« La présence de tribus et de dignitaires qui soutiennent le travail des moukhtars rend le travail de ces derniers plus facile », a conclu al-Nimrawi, ce qui aide l'amélioration de la sécurité et des services et facilite la communication entre le gouvernement et les habitants.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)