NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

L'EIIS utilise les otages de Sweida comme moyen de négociation

Par Waleed Abou al-Khair au Caire et l'AFP

image

Les habitants de Sweida assistent à l'enterrement de masse des victimes de l'attaque de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" dans la région le 25 juillet. [Photo fournie par Nizar Abou Ali]

Des dizaines de combattants de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) ont été acculés dans une poche de Daraa en Syrie, mardi 31 juillet, après avoir perdu tous les autres territoires suite à l'assaut du régime soutenu par la Russie, a rapporté l'AFP.

Pour s'en sortir, l'EIIS utilisait la libération de 30 femmes et enfants druzes enlevés la semaine dernièrecomme monnaie d'échange, a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

"Il y a eu des pourparlers depuis hier entre les forces du régime et l'EIIS pour évacuer environ 100 combattants du groupe et leurs familles de la partie sud-ouest de Daraa vers Badiya", a déclaré le chef de l'Observatoire Rami Abdel Rahman.

Badiya fait référence au vaste désert qui s'étend du centre de la Syrie à la frontière orientale avec l'Irak, et où l'EIIS détient encore un territoire.

image

L'une des femmes enlevées par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie" lors de son attaque contre Sweida a été montrée dans une vidéo relayant les revendications du groupe au régime syrien. [Photo fournie par Nizar Abou Ali]

"En échange, l'EIIS libérerait 30 otages qu'il a pris de Sweida la semaine dernière", a déclaré Abdel Rahman.

"Pour faire pression sur l'EIIS, les avions de guerre russes ont mené des frappes dans la région aujourd'hui", a-t-il ajouté.

L'EIIS a enlevé les femmes et les enfants druzes d'un village isolé de Sweida, une province située directement à l'est de Daraa lors d'un carnage meurtrier le 25 juilletqui a fait plus de 250 morts dans cette zone peuplée de minorités.

Une femme prise en otage apparaît en vidéo

L'EIIS a contacté les familles des otages, qui sont originaires de la ville d'al-Shabaki, dans la province rurale de Sweida, a déclaré à Diyaruna l'habitant de Sweida et l'activiste politique Nizar Abou Ali.

Le groupe a envoyé à certaines familles des photos des otages et un "clip vidéo répertoriant ses revendications", a-t-il dit.

Un clip vidéo de 22 secondes publié par les médias locaux montre l'une des otages femmes disant qu'elle est détenue par l'EIIS, a-t-il dit.

La femme a déclaré que l'EIIS exigeait l'arrêt des opérations contre le bassin de Yarmouk, la partie de Daraa tenue par le groupe et la libération des éléments de l'EIIS des prisons syriennes, a indiqué Abu Ali.

La femme otage est apparue dans la vidéo vêtue de blanc aux côtés d'un certain nombre de femmes et d'au moins un enfant.

L'authenticité de la vidéo n'a pas pu être vérifiée de manière indépendante, mais plusieurs habitants de Sweida ont confirmé que la femme était une résidente d'Al-Shabaki et parmi ceux qui ont disparu après les attaques.

La situation à Sweida est "très tendue", a déclaré Abu Ali, alors que des miliciens armés locaux sont présents dans les rues en grand nombre et ont vérifié les documents d'identité "de tous les passants sans exception".

Le manque de coordination et la suspicion accrue entre ces milices au cours des derniers jours ont conduit à des affrontements armés qui ont fait quatre morts et un certain nombre d'autres blessés, a-t-il dit.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500