NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Des femmes et des enfants druzes kidnappés par l'EIIS en Syrie

Par l'AFP

image

Des hommes druzes sur les hauteurs du Golan contemplent la province syrienne du sud-ouest de Quneitra, visible de l'autre côté de la frontière le 7 juillet. [Jalaa Marey / AFP]

"L'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) a kidnappé des dizaines de femmes et d'enfants druzes lors d'une attaque sur leur village la semaine dernière dans la province de Sweida en Syrie, a annoncé lundi 30 juillet un observateur.

Sweida, qui est principalement détenue par le gouvernement et peuplée de membres de la minorité druze syrienne, a été largement isolée du conflit qui sévit dans le reste du pays depuis 2011.

Mais mercredi, une série d'attentats suicides et de fusillades revendiqués par l'EIIS ont fait plus de 250 morts, pour la plupart des civils, dans la capitale provinciale et dans les villages voisins.

Après l'attaque, les extrémistes de l'EIIS ont également enlevé plusieurs dizaines de femmes et d'enfants d'un village, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme et les habitants de Sweida.

L'Observatoire a indiqué que 36 femmes et enfants druzes avaient été enlevés, mais que quatre femmes avaient réussi à s'échapper et que deux autres étaient mortes.

Cela a laissé 14 femmes et 16 enfants dans la captivité de l'EIIS, a déclaré le chef de l'Observatoire, Rami Abdel Rahman. Dix-sept autres hommes ont été portés disparus, mais on ne sait pas s'ils ont également été enlevés.

Selon l'organe de presse Sweida24, les 36 civils ont été kidnappés mercredi dans le village d'al-Shabki, dans l'arrière-pays de la province de Sweida.

Sweida24 et d'autres sites en ligne ont publié une vidéo qui semblait montrer l'un des otages faisant des revendications au gouvernement syrien, prétendument au nom de l'EIIS.

L'AFP n'a pas pu vérifier de manière indépendante son authenticité, mais plusieurs résidents de Sweida ont confirmé qu'une femme apparaissant dans les images figurait parmi les disparus après les attentats.

Discussions sur les otages

Les otages sont principalement originaires de deux grandes familles à al-Shabki, a déclaré la journaliste Nour Radwan, qui dirige Sweida24.

Le village reculé se trouve à la limite orientale de la province de Sweida et a souffert de la violence la plus meurtrière des attaques de mercredi, avec plus de 60 civils tués à al-Shabki seulement, a déclaré Radwan.

"La plupart de ses habitants sont des fermiers et n'ont pas beaucoup plus de fusils de chasse en termes d'armes, donc il y avait peu de résistance de la part d'al-Shabki par rapport aux autres villages", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Lorsque l'EIIS a vu cela, il a kidnappé un premier groupe de personnes de leurs maisons et les a emmenées à l'est vers Badiya, selon des survivants", a-t-il ajouté.

Badiya est le vaste désert de la Syrie, qui s'étend du centre du pays à sa frontière orientale avec l'Irak et comprend plusieurs poches isolées détenues par l'EIIS.

L'EIIS a également pris contact avec les familles des personnes enlevées avec des images et des vidéos.

Les extrémistes exigent la libération par le gouvernement syrien "de personnes détenues par l'EIIS, dont le nombre est en cours de négociation", a déclaré Radwan.

L'EIIS veut également mettre un terme à l'offensive du régime syrien sur les positions extrémistes, a-t-il dit.

Les responsables religieux de la communauté druze sont intervenus depuis lors, a indiqué à l'AFP Radwan et une autre source locale ayant connaissance des discussions.

"A partir de dimanche, les otages étaient toujours détenus à Badiya. Des négociations sont en cours entre l'EIIS et les cheikhs druzes", a indiqué la source.

L'EIIS a perdu des bastions urbains en Syrie, mais détient toujours des parties de Badiya, y compris les régions du nord-est de Sweida et le territoire de la frontière irakienne.

Les extrémistes contrôlent également une poche dans la province de Daraa, directement à l'ouest de Sweida.

Lundi, les troupes syriennes ont commencé des opérations de bombardement en prévision d'une attaque contre la principale ville d'Ash-Shajara, tenue par l'EIIS à Daraa, a annoncé la télévision publique syrienne.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500