NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Les épouses de l'EIIS cherchent la séparation de leurs époux

Par Khalid al-Taie

image

Les femmes irakiennes déplacées s'inscrivent pour l'aide du gouvernement. [Crédit photo : Ministère irakien de la migration et des déplacements]

Les tribunaux de l'état personnel dans les villes irakiennes libérées reçoivent une vague constante de femme sollicitant le divorce des éléments de «de l'Etat islamique à l'Irak et en Syrie » (EIIS).

Plusieurs de ces femmes avaient été forcées à épouser des éléments de l'EIIS et ne souhaitent plus continuer les mariages.

Le mariages forcé, parfois dans une situation de polygamie, fait partie des séquelles de la violence sexuelle des éléments de l'EIIS perpétrée par eux contre les femmes, en plus des enlèvements et viols des femmes ou leur vente ou achat en tant qu'esclaves .

Nour, 28 ans, dont le vrai nom a été changé, a affirmé à Diyaruna qu'elle avait été forcée à épouser un combattant de l'EIIS avant que le groupe n'envahissent Mossoul en 2014.

« Malgré mon refus répété à l'épouser, j'ai cédé après que ma famille et moi avons été menacés de mort », a-t-elle confié. « C'était un mariage totalement incompatible et nous avions eu beaucoup de problèmes. »

« Je n'ai jamais été heureuse avec son comportement et pensée extrémistes », déclare-t-elle, ajoutant qu'il est « une source de honte, avec qui je veux plus être associée ».

Nour a précisé qu'il n'avait plus de ses nouvelles depuis fin 2016, lorsque le combat à Mossoul a commencé. Elle a déposé une requête de divorce, et maintenant elle attend le verdict du tribunal.

'Extrême violence'

« Le mariage forcé est une forme de violence extrême dirigée contre les femmes », a souligné Abeer Chalabi, chef de l'Autorité du bien-être de la femme et de l'enfant au sein du ministère.

« Les membres de l'EIIS ont forcé les filles à les épouser dans un contrat inconditionnel, et les filles et leurs familles n'avaient pas d'autres choix que d'accepter car le refus leur coûterait la vie », a-t-elle expliqué à Diyaruna.

La requête de divorce de ces femmes représente « une forte évidence que les terroristes sont rejetés par leurs femmes et familles aussi bien que la société », a-t-elle affirmé.

Les éléments de l'EIIS ont violé la dignité des femmes, les considérant pas plus qu'un « objet, avec des viols de gang contre les jeunes filles qui était une autre atrocité », poursuit-elle. « Leurs crimes violaient toutes les valeurs humanitaires et religieuses. »

Le nombre total des épouses de l'EIIS n'est pas connu, mais Chalabi a noté que 800 épouses de l'EIIS vivent dans des maisons de refuge au nord et au sud de l'Irak avec leurs enfants.

« La plupart des femmes qui sont mariées à des membres de l'EIIS ont été soumises à l'extorsion et à la violence pour accepter ces mariages », a signalé Nuha Darwish, qui enseigne la psychologie à l'Université de Bagdad.

Mais certaines femmes avaient accepté ces mariages, confie-t-elle, ajoutant que « ces femmes seront soumises à l'interrogatoire et peuvent être accusée de soutien au terrorisme ».

Mariage illégal

Plusieurs mariages forcées ont eu lieu au moment où l'EIIS exerçait un contrôle total sur les villes et dirigeait la ville avec la force brutale, a indiqué Darwish.

« Ces mariages n'ont aucun statut officiel et sont enregistrés plutôt sous des licences non-officielles », a-t-elle affirmé.

Ces licences étaient « émises par les tribunaux de l'EIIS avec des pseudonymes au lieu des vrais noms des hommes, car les terroristes faisaient attention à ne pas révéler leur identité », poursuit-elle, ce qui rend ces mariages illégaux.

Toutes les femmes qui étaient la proie des éléments de l'EIIS et dont les droits ont été violés doivent recevoir l'aide, a insisté Darwish.

« Nous ne pouvons pas les laisser », a-t-elle déclaré. « Nous devons les accueillir et les réhabiliter. »

« Les combattants de l'EIIS sont rejetés non seulement par la société, mais aussi par leurs femmes et tribus », a affirmé Sheikh Abdullah al-Jughaifi, président du parti Ahrar al-Fourat et ancien commandant des forces de la mobilisation tribale à l'Anbar.

« Toutes les tribus ont renoncé leurs hommes qui ont rejoint l'EIIS », a-t-il confié à Diyaruna, notant que lorsqu'une tribu est certaine que l'un de ses membres a rejoint le groupe, elle informera immédiatement les autorités.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500