https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/07/20/feature-01

×
×
Économie |

Les autorités locales de Mossoul s'efforcent de rétablir les services

Khalid al-Taie

image

Des employés municipaux réparent les lignes électriques pour tenter de rétablir l'alimentation électrique de la ville de Mossoul. [Photo fournie par la Direction de l'électricité de Ninive]

Le rythme de la reconstruction de Mossoul au lendemain de sa libération de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) l'année dernière s'accélère, ont expliqué certains responsables locaux à Diyaruna.

« Lorsque notre ville a été libérée, la plupart des services d'eau, d'électricité et municipaux, ainsi que de santé et d'éducation étaient soit détruits soit inopérants », a expliqué le gouverneur de Mossoul, Zuhair al-Araji.

Dès la libération de la ville, les autorités municipales ont élaboré un plan qui identifiait les services à rétablir le plus urgemment, a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Nous nous sommes initialement attachés à la fourniture d'eau potable et d'électricité à la population locale, au retrait des résidus de la guerre et à la réouverture des principales artères », a-t-il précisé.

image

Des employés municipaux de Mossoul posent le revêtement dans une rue de la ville. [Photo fournie par la municipalité de Mossoul]

« Nous avons réussi à rétablir tous les services en un temps record dans la partie est de la ville, malgré les dommages subis par plusieurs centrales hydrauliques et électriques dont l'EIIS avait vandalisé et brûlé le contenu », a expliqué al-Araji.

Les services n'ont en revanche été rétablis que dans 60% de l'ouest de Mossoul, car les combats y ont été plus féroces et des quartiers entiers ont été affectés, a-t-il ajouté.

« Notre plus gros défi se situe dans la Vieille Ville où tout a été détruit, notamment 12 000 unités résidentielles et commerciales », a-t-il ajouté.

Les bâtiments publics ont été réduits en cendres et les réseaux d'eau et d'électricité ont été totalement détruits, a poursuivi al-Araji.

« Nous travaillons actuellement au nettoyage de certains des vieux quartiers et à la réouverture des rues, ce qui a permis le retour de 4500 familles pour lesquelles nous mettons tout en œuvre pour rétablir les services publics », a-t-il précisé.

« Reconstruire cette partie de la ville demande l'intervention des pays donateurs et des organisations [internationales], car l'étendue des dommages dépasse nos capacités », a-t-il encore ajouté.

« Nous faisons notre travail »

La sécurité dans Mossoul est « très stable », grâce aux nombreux renseignements que les habitants locaux fournissent aux forces de sécurité, a-t-il ajouté.

« Les opérations militaires préemptives visant les résidus de l'EIIS ont permis de mettre un terme à la menace qu'ils font plâner », a-t-il expliqué.

Les employés municipaux travaillent 18 heures par jour à goudronner les rues et à retirer les décombres et les gravats.

La municipalité de Mossoul emploie actuellement 1000 ouvriers affectés au nettoyage, « mais il nous en faudrait neuf fois plus », a déclaré à Diyaruna Ahmed Saleh al-Juboury, directeur adjoint des services de la municipalité.

« Nous ne disposons actuellement que de 300 bulldozers et camions, car les terroristes ont vandalisé et détruit des centaines de ces véhicules », a-t-il ajouté.

« Mais malgré cette pénurie, nous faisons notre travail. »

« Par le biais de campagnes menées l'année dernière en coopération avec des volontaires locaux, nous avons réussi à déblayer trois millions de tonnes de gravats et 700 000 tonnes de résidus de la guerre, et à goudronner 900 000 mètres carrés de routes », a expliqué al-Juboury.

« Nous travaillons comme une véritable ruche jusque tard le soir, en surmontant tous les défis pour servir les habitants », a-t-il poursuivi.

Tous les services publics ont été rétablis à un niveau acceptable dans tous les quartiers résidentielles de l'est et de l'ouest de Mossoul, a-t-il précisé, « à l'exception du Vieux Mossoul, car cette zone souffre encore en dépit des efforts de nettoyage et de réhabilitation en cours ».

Santé et éducation

Dans le secteur de l'éducation, une cinquantaine d'école de Mossoul ont été réhabilitées l'année dernière, et de nouvelles écoles ont été ouvertes.

Les autorités locales tentent également de réhabiliter seize hôpitaux généraux et spécialisés dont le niveau de détérioration est compris entre 40 % et 70 %, a ajouté pour sa part le docteur Falah Hassan, directeur des services de santé de Ninive.

« Les services médicaux s'améliorent car les centres sanitaires détruits, près de sept d'entre eux, rouvrent avec le soutien d'organisations internationales », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Mais la plupart des hôpitaux, notamment l'Hôpital général, l'hôpital Ibn Sina et l'hôpital al-Batool, ne sont pas encore entièrement réhabilités et ne fonctionnent pas encore à pleine capacité », a-t-il ajouté.

« Avant la guerre, ces institutions proposaient 5000 lits, elles n'en n'offrent aujourd'hui que 700 », a précisé Hassan.

La municipalité a élaboré des plans pour utiliser temporairement des hôpitaux mobiles de campagne, a-t-il expliqué, « dont l'un d'eux a ouvert dans l'ouest de Mossoul, avec une capacité de 100 lits ».

« Nous ouvrirons prochainement un second hôpital d'une capacité de 150 lits également dans la partie ouest de la ville », a-t-il précisé en conclusion.

Aimez-vous cet article?
1
NON
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

L'explosion du restaurant Abou Leili n'était pas un attentat terroriste. C'était à cause de la concurrence et la rancune de son ancien partenaire dans l'activité qui a ouvert un autre restaurant du côté droit du restaurant de Mossoul. J'habite à Mossoul et je connais tous les détails de cet incident. Tous les responsables de cet acte ont été arrêtés.

Répondre

J'espère que vous pourriez donner des opportunités de travail aux nécessiteux, ou que vous nous donniez des contrats de travail pour que nous puissions créer nos sociétés et fournir les services à nos compatriotes à Ninive.

Répondre