https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/06/26/feature-02

×
×
Sécurité |

Des milliers de personnes fuient Daraa alors que le régime syrien progresse

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Une bombe baril larguée par un avion du régime syrien sur la ville de Busra al-Harir, dans la province de Daraa, explose au sol. [Photo fournie par Jumaa al-Masalma]

Des milliers de civils de la ville de Daraa et de son arrière-pays, dans le sud de la Syrie, se sont réfugiés dans des champs et des vergers alors que les frappes aériennes et les bombardements par le régime et ses milices alliés ont repris, a rapporté un militant local à Diyaruna.

Les forces du régime syrien se sont emparées dans la nuit de deux villages de la province de Daraa, a indiqué mardi 26 juin l'Observatoire syrien des droits de l'homme, coupant ainsi une poche de territoire tenue par l'opposition.

Cette action signifie que la partie nord-est de ce territoire en forme de U contrôlé par l'opposition est entièrement encerclée par le régime, a expliqué l'AFP.

Les forces du régime ont pris le contrôle des villages de Busra al-Harir et Mlehat al-Atash lors d'une opération de nuit, effectuant la plus importante progression du régime en une semaine, a rapporté l'observatoire.

Cette dernière offensive place les forces du régime au cœur de la province de Daraa, et les relie directement à celles de la province voisine de Sweida.

D'intenses combats ont lieu sur tous les fronts de la région, qui était calme depuis plus d'un an, a déclaré à Diyaruna Jumaa al-Masalma, militant de la campagne de Daraa.

Il y a eu des frappes aériennes et des bombardements au cours des quelques dernières heures contre les villes d'al-Lujat, Rakham, el-Nayimah, al-Mlaihah, al-Sourah, al-Hrak, el-Karak al-Sharqi, Alma et Nahtah, a-t-il précisé.

Selon l'observatoire, au moins quinze combattants de l'opposition ont été tués lors de la dernière bataille, un total de 29 combattants de l'opposition, 24 combattants favorables au régime et au moins 32 civils ayant perdu la vie.

Cinq enfants et neuf femmes font partie des victimes, a fait savoir al-Masalma.

Les groupes de l'opposition ripostent

Les bombardements et les frappes aériennes ont été accompagnés par d'intenses combats, les groupes de l'opposition dirigés par le commandement central des opérations dans le sud ayant tenté de repousser ces attaques, a-t-il indiqué.

« Des rapports indiquent que certains combattants de groupes alliés au régime soutenus par le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) ont été tués », a-t-il déclaré, « et que de nombreux véhicules militaires ont été détruits ».

Un impact direct contre un avion de chasse MiG-23 du régime syrien a également été signalé, ainsi que la capture de plusieurs soldats du régime par des groupes d'opposition.

« A l'heure actuelle, l'inquiétude principale concerne les civils fuyant leurs maisons », a affirmé al-Masalma, car la plupart d'entre eux passent la nuit dans des camps non officiels, par peur des frappes aériennes et des bombardements.

Certains ont obtenu des tentes, tandis que d'autres ont trouvé refuge dans des hangars de stockage en blocs de béton dans les champs qui étaient auparavant utilisés par des fermiers qui y entreposaient leurs outils et leurs semences pour les protéger du soleil et de la pluie.

Mardi, l'ONU a déclaré que les combats ont forcé 45 000 personnes du sud de la Syrie à fuir, ce qui représente le plus grand déplacement dans cette zone jusqu'à aujourd'hui, a rapporté l'AFP.

« Nos estimations se chiffrent à 45 000, potentiellement plus », a déclaré Linda Tom, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) en Syrie.

Les déplacements se sont déroulés de plus en plus rapidement ces derniers jours avec l'escalade de la violence, a conclu Tom.

Aimez-vous cet article?
1
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha