Économie

Reprise du commerce dans les villes de l'Anbar

Saïf Ahmed dans l'Anbar

image

Le parc public de la ville de Falloujah, dans la province de l'Anbar, est rempli d'habitants qui s'y rassemblent chaque soir après l'iftar. [Saïf Ahmed/Diyaruna]

Compte tenu de l'amélioration de la sécurité et de la stabilité, la province de l'Anbar connaît une recrudescence de nouvelles coopératives de consommateurs, de centres commerciaux et de supermarchés modernes dans toutes ses villes principales.

Ces magasins proposent des produits à prix réduits et la possibilité pour les consommateurs de les payer en plusieurs fois.

Depuis que « l'Etat islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) a été chassé de l'Anbar et que ses habitants déplacés sont revenus, la province a connu un changement positif, a déclaré Shamel al-Rawi, enseignant de 38 ans à Ramadi.

La province a pu commencer à rebâtir et à remettre sur pied les services et les projets, a-t-il indiqué.

image

Des villes de la province de l'Anbar, dont Falloujah, constatent un retour de l'activité économique. Sur cette photo, des habitants de Falloujah affluent dans le parc public de la ville après l'iftar pendant le mois du ramadan. [Saïf Ahmed/Diyaruna]

« La nouveauté dans les villes de l'Anbar, c'est l'émergence de coopératives de consommateurs qui vendent des produits payables en plusieurs fois, et de centres commerciaux modernes offrant de tout, de l'alimentaire aux produits ménagers en passant par les appareils électriques et tout ce dont les consommateurs ont besoin », a-t-il rapporté.

Les prix sont raisonnables, surtout avec la possibilité de payer en plusieurs fois jusqu'à 10 mois, ce qui donne aux fonctionnaires et aux habitants à faibles revenus une durée confortable pour régler leurs achats, a indiqué al-Rawi.

Les services fournis par les nouveaux magasins comprennent aussi la location de grandes salles pour les fêtes et les événements, et des espaces de jeu intérieurs pour les enfants, a rapporté à Diyaruna Suhad Khamis, habitante de Falloujah de 36 ans.

« Les coopératives nous ont grandement facilité le processus d'achat de meubles, d'équipement de réfrigération et de chauffage, d'ensembles pour chambre à coucher et de nombreux autres produits », a-t-elle déclaré.

« La possibilité de payer en plusieurs fois a rendu les choses beaucoup plus faciles pour les habitants », a-t-elle expliqué, ajoutant que cela leur a enlevé un lourd fardeau.

La sécurité encourage la croissance

L'objectif de l'ouverture des coopératives et des centres commerciaux est de stimuler l'économie et de créer une atmosphère agréable pour les habitants de l'Anbar, laquelle manquait au cours des dernières années, a fait savoir Ali Hadi, propriétaire d'une coopérative à Falloujah.

« Les centres commerciaux et les coopératives donnent aux rues de l'Anbar une apparence civilisée et esthétique, avec des devantures colorées et décorées avec des dessins et de l'éclairage moderne », a-t-il déclaré.

« La situation de sécurité stable et la protection apportée aux citoyens, aux entrepreneurs et aux sociétés d'investissements ont grandement contribué à l'ouverture fréquente de coopératives, de centres commerciaux et de supermarchés », a expliqué à Diyaruna Hamid al-Dulaimi, membre du conseil provincial de l'Anbar.

Ces établissements vendent tout type de nourriture au détail et en gros, et distribuent des aliments et des appareils électriques importés pour les magasins, a-t-il poursuivi.

« Le gouvernement local offre aux investisseurs et aux entrepreneurs des facilités administratives et de service pour garantir la construction de l'infrastructure du secteur privé », a-t-il précisé.

Ceci est destiné à stimuler la création d'emploi pour les jeunes au chômage et répondre aux besoins des consommateurs, a expliqué al-Dulaimi.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)