Terrorisme

Une nouvelle alliance extrémiste inquiète Idlib

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un élément d'Ansar al-Tawhid observe le terrain à Idlib. Ansar al-Tawhid a récemment fusionné avec Hourras al-Deen et formé la nouvelle alliance Nosrat al-Islam. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

Une nouvelle alliance entre deux groupes affiliés à al-Qaïda inquiète les civils d'Idlib pour leur propre sécurité et pour la situation générale de la région, qui pourrait devenir plus instable, a expliqué un militant local.

Dans un récent communiqué, Hourras al-Deen et Ansar al-Tawhid ont annoncé leur fusion, pour former l'alliance Nousrat al-Islam, a expliqué le militant Haisam al-Idlibi.

L'inquiétude des civils est double, a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Ils s'inquiètent de voir la coalition internationale s'en prendre aux régions de la province d'Idlib où sont présents ces groupes, et que des combats éclatent entre cette nouvelle alliance et d'autres factions, en particulier Tahrir al-Sham. »

image

L'ancien commandant en second du Front al-Nosra, le Jordanien Sami al-Uraidi, est l'un des principaux leaders de la nouvelle alliance Nosrat al-Islam. [Photo fournie par Haisam al-Idlibi]

Le nord de la Syrie, plus spécifiquement la province d'Idlib, est devenu « un énorme réservoir humain » pour ceux qui épousent l'idéologie extrémiste, a ajouté al-Idlibi.

Ces combattants ont fui d'autres zones, ou y ont été amenés en vertu des pourparlers de réconciliation en cours avec le régime syrien, a-t-il poursuivi.

Idéologie extrémiste

Même si « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) a récemment attaqué Hourras al-Deen, c'est lui qui reste le plus proche de lui sur le plan idéologique, a expliqué al-Idlibi.

Hourras al-Deen a été formé fin février, et bien que ses éléments soutiennent al-Qaïda, la probabilité d'une coopération avec l'EIIS reste forte, a-t-il ajouté.

Des éléments de Hourras al-Deen ont préalablement combattu dans les rangs du Front al-Nosra (FAN) et refusé de se désengager d'al-Qaïda ou de lutter contre l'EIIS, a-t-il poursuivi.

Ils sont issus du bataillon al-Battar, du bataillon Abou Oubaida ben al-Jarrah, de l'armée al-Badiya, du bataillon Abou Bakr al-Siddiq, de Saraya Kabul, Jaish al-Sahel et Jaish al-Malahem.

Commandé par Abou Houmam al-Shami, Hourras al-Deen comprend plusieurs émirs influents, parmi lesquels Jamal Zayniyah, également connu comme Abou Malek al-Talli, Khalid al-Arouri, qui se fait aussi appeler Abou al-Qassam al-Ourdouni, Iyad al-Toubasi, alias Abou Julaybib al-Ourdouni, et Sami al-Ouraidi.

Au total, Hourras al-Deen se compose de près de 2 500 éléments, dont près de 900 combattants étrangers, a précisé al-Idlibi.

Ansar al-Tawhid est apparu sur la scène fin 2016 après que plusieurs centaines de ses éléments ont quitté Jund al-Aqsa, et est basé dans la ville de Sarmin, dans la partie rurale de la province d'Idlib.

Il est commandé par Abou Diab, l'un de ses fondateurs, et comprend dans ses rangs un ensemble de combattants syriens et étrangers, partisans de l'idéologie d'al-Qaïda.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500