Sécurité

Plusieurs hauts dirigeants de l'EIIS tués lors d'un raid aérien de l'Irak en Syrie

Khalid al-Taie

image

Un avion de chasse irakien se prépare à lancer des frappes contre des bastions de « l'État islamique en Irak et en Syrie » sur cette photo postée en ligne le 21 avril. L'Irak a lancé des raids aériens contre un rassemblement de hauts dirigeants du groupe en Syrie la semaine dernière. [Photo fournie par le commandement de l'armée de l'air irakienne]

La frappe aérienne lancée par les forces irakiennes la semaine dernière en Syrie a pris pour cible un « grand rassemblement » d'éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans la campagne de Deir Ezzor, a fait savoir mardi 24 avril à Diyaruna le lieutenant général Anwar Hama Amin, commandant de l'armée de l'air irakienne.

« Jeudi matin, des F-16 irakiens ont mené une frappe contre un grand bâtiment à plusieurs étages en Syrie, à 25 km de la frontière ouest de l'Irak », a-t-il déclaré.

Dans ce bâtiment se tenait « une réunion réunissant plusieurs éléments de l'EIIS, parmi lesquels des hauts dirigeants, qui au moment de la frappe, tenaient une importante réunion pour planifier des opérations suicides et terroristes en Irak », a précisé Amin.

La frappe aérienne contre ce bâtiment, situé dans la ville d'Hajin, dans la campagne de Deir Ezzor, a causé la mort de trente-six éléments de l'EIIS, selon les renseignements irakiens.

image

Un pilote de l'armée de l'air irakienne se prépare à décoller pour une mission militaire. [Photo fournie par le commandement de l'armée de l'air irakienne]

Parmi les morts se trouvaient Abou Tariq al-Hamdani, Abou Mariam al-Akkawi, Abou Islam, Abou Yasser et Abou Jaafar.

Un autre leader de l'EIIS, Abou Hussein, a perdu une jambe lors de cette attaque, a ajouté Amin.

Cette frappe a été « un succès », a-t-il déclaré, notant qu'elle était destinée à « éliminer tous ces terroristes avant qu'ils puissent mener à bien leurs plans ».

« Nous avons mené l'opération sur la base d'informations fournies par le commandement des opérations militaires conjointes, et en coordination avec des forces de la coalition internationale, avec lesquelles nous coordonnons en permanence l'échange de renseignements et le soutien aérien », a-t-il poursuivi.

Frappes précédentes en Syrie

Ce raid aérien contre des sites de l'EIIS en Syrie est le troisième de ce type.

Le 24 février 2017, l'Irak a déclaré avoir mené des « frappes ariennes de précision » contre deux bâtiments où des activistes de l'EIIS étaient barricadés, dans la ville syrienne frontalière d'Albou Kamal.

Le 18 septembre 2017, des avions irakiens ont détruit six sites de l'EIIS dans la ville syrienne d'al-Mayadeen, près de la frontière irakienne.

Cette attaque a provoqué l'explosion de trois voitures piégées et d'un entrepôt contenant des munitions, des ceintures d'explosifs et des engins explosifs, et a tué et blessé des dizaines d'éléments de l'EIIS, ont rapporté les médias locaux.

Les frappes contre les bastions de l'EIIS en Syrie ou ailleurs ne cesseront pas, a fait savoir Amin.

« Nos forces sont prêtes à frapper les bases de l'ennemi où qu'elles se trouvent », a-t-il affirmé.

« Dans l'armée de l'air, le bras solide des forces irakiennes, nous n'hésiterons pas à frapper toutes les cibles hostiles qui menacent notre pays », a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500