https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/04/06/feature-01

Société |

Mise en œuvre d'un contrat de coexistence pacifique dans les Plaines de Ninive

Khalid al-Taie

image

Le Premier ministre irakien Haider al-Abbadi s'exprime lors d'une conférence organisée le 14 mars consacrée à la coexistence pacifique dans la région des Plaines de Ninive. [Photo fournie par les services de la primature]

Les responsables locaux de la région des Plaines de Ninive en Irak commencent à faire appliquer les dispositions d'un nouvel accord de coexistence pacifique, dont le but est de remédier aux divisions sociales qui avaient commencé à germer sous le règne de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Des responsables gouvernementaux et des représentants des divers groupes ethniques et religieux de la région ont signé « l'Accord de coexistence pacifique dans les Plaines de Ninive », lors d'une conférence réunie le 14 mars dans la ville de Bartella, dans le district d'al-Hamdaniya.

Les Plaines de Ninive regroupent les districts d'al-Hamdaniyah, Tal Keif et Shikhan, qui abritent diverses communautés.

Cet accord est conçu comme une sorte de feuille de route, destinée à aider les leaders locaux à bâtir la paix et la prospérité et à lutter contre l'héritage négatif de l'EIIS.

image

Des responsables et des dignitaires locaux irakiens se rassemblent lors d'une conférence organisée le 14 mars pour annoncer la signature de l'accord intulé « Coexistence pacifique dans les Plaines de Ninive ». [Photo fournie par les services de la primature]

« Cet accord de coexistence pacifique définit un cadre clair pour remettre de l'ordre dans les affaires de la région », a expliqué à Diyaruna le président du conseil de district d'al-Hamdaniya, Faisal Iskandar.

« L'assaut perpétué par les éléments de l'EIIS durant leur trois années d'occupation des villes de Ninive, et les crimes qui s'ensuivirent, ont tous eu un impact négatif sur le tissu social des communautés locales », a-t-il déclaré.

Coexistence pacifique

« Après la libération de nos villes en novembre 2016, nous avons initié nos efforts pour corriger la situation et tenter de résoudre les problèmes sur la base d'une vision claire, grâce à laquelle nous restaurerons la cohésion et la coexistence », a-t-il ajouté.

Ces efforts ont suscité l'intérêt du gouvernement fédéral et de plusieurs organisations locales et internationales, qui ont envoyé des représentants visiter la région et étudier la situation sur le terrain, a expliqué Iskandar.

Cela a débouché sur la conférence intitulée « Coexistence pacifique dans les Plaines de Ninive », organisée sous le patronage du Premier ministre Haider al-Abbadi.

Lors de cette conférence, les participants ont officiellement signé l'accord en huit points qu'ils avaient formulé ensemble, fruit de près de six mois de réunions.

« Ils travaillent actuellement à parachever ce qu'ils ont entamé et se consultent les uns les autres sur la manière de traduire les décisions de ce document sur le terrain », a poursuivi Iskandar.

« Nous avons commencé à préparer la mise en place d'une instance baptisée le Comité des Sages, composé de trente membres représentant l'ensemble des composantes de la région », a-t-il précisé.

Ce comité « travaillera avec le gouvernement pour traduire cet accord en pratique », a-t-il ajouté.

Panser les blessures sociales

Cet accord comporte des dispositions qui « pénalisent le sectarisme et le racisme, rejettent la violence et la haine, favorisent la création de l'harmonie sociale et garantissent les droits des citoyens », a ajouté Iskandar.

Il appelle à l'application de la loi et des décisions de justice, et à l'utilisation de la raison dans la résolution des abus et des infractions individuels.

Il appelle également les gens à respecter les ordres du commandant en chef des forces armées et des agences de sécurité pour le maintien de la sécurité et la protection des populations et des biens.

« Cet accord trace une feuille de route qui se définit par une approche réaliste pour relever les défis de la région liés au rétablissement de la stabilité et de la paix civile », a ajouté Duraid Hikmat, conseiller auprès du gouverneur de Ninive.

Il ouvre la voie à la réhabilitation des installations de services détruites par l'EIIS, a-t-il expliqué à Diyaruna, bien que panser les blessures sociales soit l'objectif principal.

Lutter contre l'extrémisme

« Pour parvenir à la coexistence, nous devons tout faire pour combattre l'idéologie extrémiste, consolider la culture de l'acceptation des autres et accepter leur droit de pratiquer leur culte et de s'occuper de leurs affaires sans restrictions », a poursuivi Hikmat.

L'accord des Plaines de Ninive définit les obligations de tous ses signataires, a précisé Luis Marcos Ayoub, membre du conseil local d'al-Hamdaniya, également vice-président de l'organisation des droits de l'homme Hammourabi.

Mettre en oeuvre cet accord nécessite des mécanismes soigneusement pensés, qui prennent en compte la structure démographique unique de la région et ses valeurs, a-t-il expliqué à Diyaruna, soulignant que « sans mise en œuvre sur le terrain, le document reste sans valeur ».

« Changer la tragique réalité créée par [l'EIIS] est une responsabilité qui incombe à chacun », a-t-il ajouté, rappelant que la première étape consistera à venir en aide aux familles des victimes du groupe.

Elle requiert également le développement des ressources de la région, le respect de la règle de la loi et la préservation des droits des Irakiens de toutes confessions », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
2
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire