NOUVELLES D’IRAK
Sécurité

Les habitants d'al-Hawija aident à éradiquer les cellules de l'EIIS

Par Khalid al-Taie

image

Des soldats irakiens font le signe de la victoire lors d'une opération visant à éradiquer les cellules dormantes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » à al-Hawija. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Saad Mohammed, un habitant de Kirkouk, et sa famille ont récemment pu réintégrer leur maison, dans le quartier al-Abbasi, à l'ouest d'al-Hawija, après deux années de déplacement.

« Rien n'est plus agréable que de vivre sous son propre toit et de pouvoir faire son travail, nourrir ses enfants et les éduquer sans peur », a expliqué Mohammed, 55 ans, propriétaire d'une petite boutique de vêtements et de produits de beauté.

Aujourd'hui, a-t-il affirmé à Diyaruna, il a l'impression de bénéficier « d'une nouvelle chance ».

« Les jours du terrorisme sont révolus », a-t-il poursuivi, ajoutant que les habitants de la ville souhaitent eux aussi maintenir la stabilité et éradiquer les résidus de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

image

Les habitants d'al-Hawija se réunissent pour étudier les moyens de protéger la région des cellules dormantes de « l'État islamique en Irak et en Syrie ». [Photo fournie par Cheikh Wasfi al-Assi, leader des tribus d'al-Hawija]

« Les forces de sécurité sont certes responsables de notre sécurité, mais c'est avant tout à nous qu'elle incombe », a-t-il ajouté. « Nous ne voulons pas revenir en arrière. »

Il reste des cellules dormantes

En dépit de la stabilité qui prévaut désormais à al-Hawija, les cellules dormantes de l'EIIS qui savent utiliser la topographie complexe de la région constituent toujours une menace.

La tâche la plus importante pour l'avenir consiste à savoir comment éradiquer ces cellules, a expliqué à Diyaruna Salah Razouqi, commandant de la mobilisation tribale sur le terrain.

« Ces dernières semaines, nous avons vu l'EIIS attaquer des villages isolés et s'en prendre à des civils, aux forces de sécurité et à des bénévoles », a-t-il indiqué.

Le 18 février, des militants ont tué 27 membres d'un groupe paramilitaire affilié aux forces irakiennes dans le village d'al-Saadaniya, au sud-est de la ville.

Ces attaques sont « des avertissements pour nous et pour la population locale », a déclaré Razouqi.

La coopération entre les forces de sécurité et les habitants locaux doit être renforcée, afin que ces militants ne disposent plus d'aucun endroit où se cacher, a-t-il ajouté, soulignant que les habitants tentent d'aider les forces de sécurité de plusieurs façons.

« Ils sont motivés par le sentiment de leur responsabilité et par un fort désir d'éradiquer la menace de leur ville et de préserver la victoire », a-t-il poursuivi.

La vie normale reprend ses droits

Dans plusieurs quartiers de la ville, notamment al-Abbasi et le Zab supérieur, la population déplacée est presque entièrement revenue, a expliqué à Diyaruna Maan Mohammed, membre du conseil provincial de Kirkouk.

La vie a repris dans ces deux quartiers, avec le bruissement des marchés et une saine activité commerciale, a-t-il indiqué, soulignant que les écoles accueillent à nouveau les élèves et que des services comme l'eau et l'électricité fonctionnent normalement.

Il en va de même pour le centre d'al-Hawija, « où la moitié de la population est maintenant rentrée, malgré les services encore limités », a poursuivi Mohammed.

La sécurité est en revanche plus complexe dans les districts administratifs d'al-Riyadh et al-Rashad, dans le sud et le sud-est d'al-Hawija, a-t-il précisé.

Dans les villages et les zones éloignées de ces districts, les militants profitent en effet du terrain accidenté pour se cacher, a-t-il expliqué.

Dans les grottes et les vallées

Les campagnes de sécurité en cours ne suffisent pas à éradiquer la menace que font peser ces cellules de l'EIIS, a mis en garde Razouqi , car al-Hawija se trouve dans la vallée de Zghaitoun, qui présente tout un ensemble de petites vallées et de vastes collines inhabitées.

Y mener des opérations de ratissage complètes exige « une campagne de grande envergure impliquant plusieurs unités militaires appuyées par une couverture aérienne permanente », a-t-il ajouté.

« Les dernières opérations terroristes en date ont été [des attaques de harcèlement] menées par de petits groupes d'activistes », a expliqué à Diyaruna Burhan al-Assi, président de la commission de sécurité du conseil provincial de Kirkouk.

Ces activistes lancent leurs attaques la nuit, à la faveur de l'obscurité, et retournent rapidement dans leurs grottes, où ils se terrent après leurs méfaits, a-t-il ajouté.

Ces attaques sporadiques servent avant tout à faire parler d'eux dans les médias, a précisé al-Assi, ajoutant qu'il est important de rétablir la pleine souveraineté de l'Irak sur les zones libérées.

Les habitants locaux apportent « un fort soutien aux forces de sécurité et veulent protéger leurs quartiers afin d'empêcher une nouvelle mainmise des terroristes », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Que la paix soit sur vous! Pouvez-vous s'il vous plaît nous informer si demain et lundi (9 Avril), sont fériés ou non? J'ai des examens, et les enseignants à l'école disent pourquoi nous devrions célébrer l'occupation de Bagdad. Pouvez-vous s'il vous plaît répondre sur le site, ou publier les informations pertinentes cette semaine? Jusqu'à présent, ils disent que les nouvelles confirmées sont que mardi, mercredi et jeudi sont fériés. Cependant, lundi est-il également fériés ou pas? Meilleures salutations. Merci. Pouvez-vous répondre s'il vous plaît?

Répondre

Mardi, mercredi et jeudi sont-ils des jours fériés à cause de la mort de Moussa al-Kadhemi? Et est-cela s'applique partout en Irak ou juste dans les régions du sud et du centre?

Répondre