Société

Réouverture d'un salon de coiffure à Mossoul grâce à l'aide de bénévoles

Alaa Hussain à Bagdad

image

Des bénévoles de l'organisation Ninawa First réparent le salon de coiffure d'Omar al-Mosuli dans le cadre de l'initiative Bab Rizk. [Photo extraite de la page Facebook de Ninawa First]

Omar al-Mosuli, habitant de l'ouest de Mossoul, est de retour dans son salon de coiffure, grâce aux efforts de bénévoles locaux.

Le salon de coiffure d'al-Mosuli, dans la rue al-Nabi Sheet, avait été incendié lors des combats pour chasser « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) de la capitale de la province de Ninive.

Il est aujourd'hui totalement réparé, avec du mobilier et des équipements neufs, grâce aux jeunes bénévoles de Ninawa First.

Cette organisation de la société civile s'est impliquée dans la réparation de ce salon et a apporté des fonds à al-Mosuli pour qu'il puisse acheter les nouveaux équipements dont il avait besoin.

image

Un bénévole repeint le salon de coiffure d'Omar al-Mosuli, endommagé lors des combats pour chasser « l'État islamique en Irak et en Syrie » de Mossoul. [Photo extraite de la page Facebook de Ninawa First]

image

Des bénévoles de Mossoul dans le salon de coiffure d'Omar al-Mosuli après sa rénovation, qui lui permet à nouveau de subvenir aux besoins de sa famille grâce à un revenu régulier. [Photo extraite de la page Facebook de Ninawa First]

« Ils ont dépensé 600 dollars en équipement, et je n'ai pas eu à payer un centime », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Son salon de coiffure peut à nouveau accueillir des clients, ce qui l'a sauvé de la ruine financière, a-t-il ajouté, précisant qu'il est désormais en mesure de subvenir aux besoins de sa petite famille grâce à un revenu régulier.

Bénéficiaires de Bab Rizk

Al-Mosuli fait partie des dizaines de bénéficiaires de l'initiative Bab Rizk de Ninawa First, a indiqué le coordinateur de cette organisation, Laith al-Rashedi, à Diyaruna.

Le but de cette initiative est de permettre à de petites entreprises de déplacés internes (DI) qui reviennent dans l'ouest de Mossoul de reprendre leur activité, a-t-il indiqué, soulignant qu'elle avait à ce jour aidé 30 personnes dans la ville.

Ces entreprises sont diverses, de la fourniture de chariots de vendeurs à des jeunes pour vendre de la nourriture à la rénovation de boutiques et de cafés, a-t-il expliqué.

Le coût de chaque projet va de 500 à 600 dollars, a-t-il ajouté.

Et de poursuivre en expliquant que l'intégralité du financement de cette initiative provient des membres de la communauté en mesure d'apporter leur contribution, ajoutant que 30 bénévoles sont natifs de Mossoul, et qu'ils sont aidés par d'autres venus d'autres provinces.

Soutien aux efforts du gouvernement

L'initiative Bab Rizk, et d'autres initiatives de ce genre, sont un pilier essentiel du soutien apporté aux agences gouvernementales dans la ville, a expliqué le chef du district de Mossoul, Zouhair al-Araji.

« Le travail des bénévoles à Mossoul a grandement contribué au fonctionnement des services municipaux nécessaires », a-t-il précisé pour Diyaruna.

Parmi ceux-ci, le nettoyage des rues et des écoles, la peinture de fresques murales et le retrait des affiches de propagande de l'EIIS, a-t-il expliqué, auxquels viennent s'ajouter le nettoyage, la reconstruction de l'université de Mossoul et l'apport d'un soutien aux familles à bas revenu.

Al-Araji a souligné la participation des femmes dans ce bénévolat, expliquant qu'il s'agit là d'une première pour la société de Mossoul.

Et de conclure : « Les efforts des jeunes militants et des femmes ont contribué à alléger la charge pesant sur les différents ministères, qui souffrent déjà de la rareté des équipements et des outils. »

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)