https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2018/02/20/feature-02

×
×
Terrorisme |

Le CGRI recrute des combattants pour une milice à Daraa

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des éléments d'une milice affiliée au CGRI dans la région de Horan, dans le sud de la Syrie. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Alors que le régime iranien cherche à étendre son influence dans plusieurs régions stratégiques de Syrie, des responsables du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) recrutent activement des combattants pour une brigade de la province de Daraa, ont indiqué à Diyaruna des habitants et des militants.

Des officiers du CGRI supervisent directement le recrutement pour la Brigade 313, basée dans la ville d'Azraa, dans le sud-ouest du pays, et placée sous le commandement direct de l'Iran, ont-ils affirmé.

Cette campagne de recrutement cible les jeunes à faible revenu et ceux qui souhaitent échapper à la conscription dans l'armée régulière syrienne, selon Yasser al-Khalid, un habitant local âgé de 20 ans recruté par le CGRI.

Dès leur 18e anniversaire, les jeunes Syriens doivent servir dans les forces armées.

image

Mahmoud Khodr, également appelé Abou Kazim, était un ancien commandant de la Brigade 313 tué lors des combats dans la province de Daraa. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Sous couvert d'un pseudonyme pour protéger son identité, al-Khalid a expliqué que son père était intervenu pour tenter de le protéger, en versant des pots-de-vin à plusieurs responsables pour le soustraire au service militaire, ce qui à l'époque était synonyme de participation directe aux combats.

Un responsable avait dit à son père de l'envoyer rejoindre la Brigade 313, a expliqué al-Khalid à Diyaruna, ajoutant que cela le libérerait de ses obligations militaires.

Mais en arrivant au sein de cette brigade locale, a-t-il expliqué, il s'est aperçu qu'il était placé sous le commandement d'officiers du CGRI, qui « supervisaient directement l'accueil et l'inscription des volontaires ».

Chaque recrue reçoit une carte de sécurité portant le logo du CGRI qui l'empêche d'être stoppé aux postes de contrôle du régime, a-t-il précisé, et perçoit un salaire de 300 dollars américains par mois.

Quelques jours seulement avant de rejoindre la brigade, al-Khalid a appris que les responsables du CGRI avaient emmené les recrues vers d'autres lieux pour y être entraînés, avant de les envoyer au front, a-t-il indiqué, ce qui l'a incité à fuir vers Damas.

La Brigade 313 sous le commandement du CGRI

« La Brigade 313 est une unité purement sectaire, dont la mission est de mener des opérations militaires pour le compte du CGRI et non de l'armée régulière », a ajouté al-Khalid.

Depuis novembre, date à laquelle il a resserré son emprise sur la ville de Daraa, le CGRI a recruté des combattants pour revitaliser la Brigade 313, selon Yasser al-Turkmani, l'un des responsables de la brigade Tawheed Kataib Horan basée à Daraa.

La Brigade 313 n'était certes pas un nouveau groupe, a-t-il précisé à Diyaruna, mais elle ne comptait que peu de membres avant d'être « revitalisée par le CGRI ».

Les responsables du CGRI ont ciblé les habitants de la ville de Daraa et des villages environnants « en exploitant leurs misérables conditions de vie », a expliqué al-Turkmani.

La plupart des recrues avaient cherché à échapper au service militaire obligatoire dans les rangs de l'armée syrienne et avaient rejoint cette brigade dans ce but, a-t-il poursuivi, « alors que d'autres souffraient de la pauvreté et n'étaient pas en mesure de trouver un emploi ».

Ces derniers avaient été attirés par un salaire mensuel de 300 dollars, qui pouvait augmenter en fonction des responsabilités attribuées à chaque recrue, a-t-il expliqué.

Le quartier général de la Brigade 313 se trouve au centre de jeunes d'Azraa, a-t-il indiqué, soulignant que les recrues subissent un entraînement dans les camps d'Azraa et de Cheikh Meskin, sous la surveillance d'officiers du CGRI et de formateurs venus de la milice libanaise du Hezbollah.

Faire avancer les plans de l'Iran dans la région

« Le CGRI s'efforce de s'étendre dans des régions de Syrie contrôlées par le régime, en particulier dans le sud », a expliqué Sheyar Turko, spécialiste du financement et des méthodes de prolifération du CGRI.

Cette région stratégique est proche de la frontière avec la Jordanie et constitue l'un des maillons d'un couloir qui relie Damas à la région syrienne de Badiya (dans le désert oriental) et à la frontière avec l'Irak, a-t-il précisé à Diyaruna.

« Le CGRI souhaite maintenir ses groupes armés dans le corridor qu'il s'efforce de mettre en place pour relier Téhéran à Beyrouth », a-t-il expliqué. « La région de Daraa est un passage obligatoire sur cette route. »

« Le projet du CGRI a été révélé au grand jour », a-t-il déclaré, soulignant que pour ne pas être accusé d'intervenir directement dans le conflit syrien, l'Iran s'est attaché à créer des milices locales telles que la Brigade 313.

Elle n'est que l'une des nombreuses autres milices qui combattent en Syrie sous la surveillance du CGRI, a-t-il précisé, à l'instar des milices Fatemiyoun et Zainabiyoun, composées respectivement de mercenaires étrangers d'Afghanistan et du Pakistan.

Aimez-vous cet article?
15
NON
8 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

Salut. J'ai 27 ans. Mon niveau de scolarité le plus élevé est la troisième année du primaire (école primaire). Je souhaite servir au sein du CGRI et lutter contre le sale EIIS. Comment puis-je devenir membre? Merci.

Répondre

Je m'appelle Ghasem Vahedi et je suis un combattant de Fatemyioun. Je voudrais me renseigner sur les forces de recrutement pour le Yémen.

Répondre

Je souhaite être recruté dans cette brigade. Est-ce qu'il est possible de me dire où et comment on pourra être recruté?

Répondre

Très bien.

Répondre

Je n'ai pas de commentaire.

Répondre

Comment peut-on être recruté?

Répondre

Comment peut-on être recruté?

Répondre

Un amour écrasant pour le CGRI et le Guide suprême [d'Iran.] L'objectif: Atteindre les territoires d'Israël et détruire ce régime.

Répondre