Manifestations

Une faction locale d'Idlib quitte Tahrir al-Sham

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les jeunes de la ville de Binnish, dans la province rurale d'Idlib, ont manifesté la semaine dernière contre Tahrir al-Sham. [Photo fournie par Ahmed al-Hassoun]

Les tensions sont à leur comble dans la ville de Binnish, dans la province rurale d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, après que des éléments de Tahrir al-Sham ont encerclé la ville vendredi 2 février pour punir les habitants d'avoir manifesté leur opposition à l'alliance extrémiste.

Les habitants de Binnish manifestaient contre la tentative faite par Tahrir al-Sham de dissoudre le conseil local de la ville au moyen d'une directive émise par le « gouvernement de salut » du groupe.

Ce Gouvernement de salut national, mis en place le 2 novembre, est vu par beaucoup comme une couverture pour Tahrir al-Sham.

Les habitants protestaient également contre l'incendie vendredi soir par le groupe du drapeau de la révolution syrienne qu'ils avaient érigé sur la place publique, a expliqué le militant Ahmad al-Hassoun, membre du comité de coordination de Binnish.

Défections dans les rangs de Tahrir al-Sham

Une faction locale armée dirigée par Abou Dujana Binnish a annoncé dimanche qu'elle quittait l'alliance extrémiste, a ajouté al-Hassoun.

« Cela est le résultat des transgressions commises presque quotidiennement par les éléments de Tahrir al-Sham », a-t-il précisé pour Diyaruna.

« Cette faction était auparavant affiliée à l'Armée syrienne libre (ASL), mais ses éléments furent forcés par Tahrir al-Sham de lui jurer fidélité, en leur donnant le choix entre cela ou déposer les armes et quitter la région », a-t-il poursuivi.

Al-Hassoun a expliqué que les tensions entre les habitants de Binnish et Tahrir al-Sham viennent du refus des personnalités de la ville de dissoudre le conseil local.

« Le conseil local a continué d'administrer les affaires de la ville à la demande de ses habitants et de ses responsables, favorables à cette mesure », a-t-il ajouté.

Cela a irrité Tahrir al-Sham et a incité le groupe à envoyer un grand nombre de ses éléments pour encercler la ville et d'en prendre d'assaut les maisons à la recherche d'habitants recherchés rejetant ouvertement le groupe, a-t-il poursuivi.

Les éléments de Tahrir al-Sham ont tué le jeune militant Hussam Hourani alors qu'ils tentaient de l'arrêter, a-t-il indiqué.

Cela a conduit à des affrontements directs avec les éléments du groupe, tandis que certains habitants prenaient d'assaut le poste de police affilié à Tahrir al-Sham et en chassaient les éléments de la ville.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500