Terrorisme

Tahrir al-Sham ferme les bureaux du gouvernement temporaire à Idlib

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Ahmed Qassoum, ministre adjoint à l'Administration locale du gouvernement syrien temporaire a été arrêté par des éléments de Tahrir al-Sham mardi 19 décembre. [Photo fournie par Mousab Assaf]

Tahrir al-Sham, une alliance extrémiste dominée par l'ancien Front al-Nosra (FAN) a attaqué les bureaux du gouvernement syrien temporaire mardi 19 décembre à Idlib et a arrêté plusieurs membres du personnel, ont rapporté des militants à Diyaruna.

Sous l'apparence d'un « gouvernement de salut », Tahrir al-Sham a publié un avertissement le 11 décembre, invitant au gouvernement syrien temporaire de fermer ses bureaux d'Idlib.

Mardi, plusieurs éléments de sécurité de Tahrir al-Sham ont bloqué les rues de Maarat al-Numan et ont attaqué le siège du gouvernement temporaire, a fait savoir Hani al-Numan, un jeune militant de la ville.

Ils s'en sont également pris aux bureaux du ministère de l'Éducation et du ministère de la Santé, a-t-il déclaré, ajoutant que les éléments du groupe ont arrêté le ministre adjoint à l'Administration locale Ahmed Qassoum, et le ministre adjoint à l'Éducation Abdoul-Salam al-Amin.

« Ces actions font partie des efforts de Tahrir al-Sham pour éliminer le gouvernement provisoire et le remplacer par le gouvernement de salut national formé par l'alliance, lequel est totalement rejeté par la population locale », a-t-il expliqué.

Répression contre des bureaux d'aide et des pharmacies

Al-Numan a déclaré que les éléments de Tahrir al-Sham ont également arrêté lundi le gardien d'un entrepôt d'une des organisations d'aide humanitaire dans la ville de Harem, dans la campagne d'Idlib.

Tahrir al-Sham a accusé Abdoullah al-Youssef, le gardien, d'avoir refusé de se coordonner avec les bureaux d'aide de l'alliance, a-t-il rapporté.

Dans le même temps, à Saraqeb, « le groupe a attaqué le bâtiment du tribunal civil et a arrêté sept employés qui avaient poursuivi leur travail malgré le fait que le groupe leur ait dit de quitter les lieux », a-t-il indiqué.

Mardi, des éléments de Tahrir al-Sham ont aussi fermé plusieurs pharmacies et les ont scellées à la cire rouge après avoir confisqué de grandes quantités de médicaments, a rapporté al-Numan.

Les propriétaires des pharmacies ont été pris pour cibles parce qu'ils avaient « refusé de payer des taxes au groupe ou au gouvernement de salut, et continuaient de les verser au gouvernement temporaire », a-t-il ajouté.

Al-Numan a indiqué que de fortes tensions persistaient dans la ville d'Idlib et le reste de la région rurale d'Idlib à cause des actions du groupe.

« Cela est accompagné de sérieuses inquiétudes quant au fait que "l'État islamique" (Daech) s'approche des frontières de la province », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)