NOUVELLES D’IRAK
Droits de l'Homme

Le Conseil civil d'al-Tabqa aide les personnes dans le besoin

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des familles fuyant al-Raqqa avec leurs biens arrivent dans la ville d'al-Tabqa. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Le Conseil civil d'al-Tabqa travaille pour répondre aux besoins de base des résidents de la ville et de ses déplacés internes, malgré le manque de ressources et de l'aide des organisations internationales.

Pour ce faire, il a géré la distribution de l'aide, s'assurant qu'elle parvient au plus grand nombre de bénéficiaires prévus que possible.

« Au niveau humanitaire, le conseil est confronté au problème du nombre très important de déplacés internes (DI) », a expliqué Khalil Uweis, adjoint au conseil de la coprésidence.

Il y a actuellement environ 25 000 DI dans la zone, la plupart étant déplacés de la province d'al-Raqqa et des régions contrôlées par le régime, comme la campagne d'Alep, Palmyre et Deir Ezzor, a-t-il précisé à Diyaruna.

image

Des enfants déplacés reçoivent de la nourriture du conseil civil d'al-Tabqa. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

image

Des déplacés internes venus de la ville d'al-Raqqa et de la campagne environnante se sont réfugiés dans cette école d'al-Tabqa, où ils reçoivent de la nourriture et une aide médicale de base de la part du conseil civil de la ville. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Cela porte la population totale d'al-Tabqa et ses environs à 45 000, a-t-il rapporté.

« La plupart de ces personnes n'ont pas d'abri, et certains vivent dans des écoles et des bâtiments publics », a-t-il ajouté. « Le conseil, avec l'aide de bénévoles, fournit quotidiennement du pain, de l'eau et des repas chauds aux DI et aux habitants. »

Un appel lancé à la communauté internationale et aux organisations humanitaires au nom des DI n'a rencontré qu'une réponse modérée, a fait savoir Uwais.

Le conseil a distribué cette aide équitablement entre les destinataires, et des paniers alimentaires aux plus nécessiteux, a-t-il indiqué. Il a également fourni des services médicaux, en particulier aux enfants et aux personnes âgées.

Les vaccins des enfants sont une priorité, a-t-il poursuivi, car beaucoup d'entre eux n'ont pas reçu de services sanitaires préventifs pendant que « l'État islamique » (Daech) était au pouvoir.

Soupes populaires

« L'augmentation quotidienne du nombre de DI venus d'al-Raqqa et d'autres zones rend presque impossible la fourniture de toutes l'aide humanitaire nécessaire », a déclaré Azad Dudeki, qui dirige une équipe du Croissant-Rouge kurde opérant à al-Tabqa.

Certains jours il y a des centaines de nouveaux arrivants, a-t-il indiqué à Diyaruna, « et le soutien international est presque inexistant ».

C'est donc le conseil qui doit fournir à lui seul les objets de première nécessité, comme des tentes, des matelas, des couvertures, de la nourriture et de l'eau, a-t-il fait savoir.

Certaines organisations d'aide essaient de palier à ce manque, a-t-il fait remarquer, « mais leur rôle se limite à des zones restreintes, et elles préfèrent apporter de l'aide par le biais du conseil, car celui-ci peut la distribuer équitablement et de façon organisée. »

Le conseil a mis en place une soupe populaire principale ainsi que plusieurs autres plus petites dans les zones comportant le plus de DI, a-t-il rapporté.

« Le fonctionnement de ces soupes populaires dépend des efforts du conseil et des dons qu'il reçoit des habitants et des organisations d'aide locales et internationales », a-t-il ajouté.

Le Croissant-Rouge kurde se coordonne avec le conseil civil pour obtenir des vaccins pour les enfants et d'autres médicaments nécessaires, a-t-il fait savoir.

« Sept boulangeries de la région d'al-Tabqa ont repris leur activité pour répondre aux besoins de la ville »,a-t-il déclaré, notant que plus de 10 000 pains sont distribués gratuitement chaque jour.

La farine et le carburant dont les boulangeries ont besoin pour fonctionner sont fournis par le conseil.

Solidarité sociale

Le Conseil civil d'al-Tabqa a distribué des tentes, des matelas et des couvertures à la population déplacée, mais ce n'est pas suffisant pour satisfaire tous ceux qui sont dans le besoin, a déploré Dudeki.

« Le conseil hébergé les DI dans des maisons vides de la région et dans certaines écoles qui n'ouvriront pas pour cette année scolaire », a-t-il précisé.

Fathi al-Salloum, natif d'al-Raqa, a raconté à Diyaruna qu'il a fui la ville d'al-Tabqa il y a environ un mois avec sa femme, sa mère et ses quatre enfants.

Il a déclaré avoir été suffisamment chanceux d'avoir réussi à s'enfuir à bord de son tracteur, qu'il avait chargé de couvertures, de matelas et d'autres provisions, avant de s'installer dans un bâtiment en construction avec l'aide de proches vivant à al-Tabqa.

« Le Conseil civil d'al-Tabqa ne nous a pas laissés sans aide », a-t-il fait savoir. « Au contraire, il nous fournit de la nourriture autant qu'il lui en est possible, et du pain frais tous les jours gratuitement. »

« Un sentiment de solidarité sociale règne dans la région entre les résidents et les DI, ainsi qu'au sein de la population déplacée », a-t-il déclaré. « Tout le monde est conscient du sérieux de la situation en ce moment, et du besoin de persévérer avec un minimum de ressources. »

La priorité est de nourrir les enfants et de leur assurer une aide médicale, ainsi qu'aux personnes âgées, a-t-il affirmé.

De nombreuses organisations travaillent pour répondre aux besoins quotidiens de la population sous les auspices du conseil et à travers les bureaux du Croissant-Rouge kurde, a-t-il fait savoir, malgré le manque de ressources disponibles.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500