https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/09/21/feature-04

×
×
Sécurité |

Irak lance une bataille pour la reprise d'al-Hawija

Diyaruna et AFP

image

Les forces de police fédérale irakienne sont déployées près d'al-Hawija pour participer à la bataille pour libérer la ville de Kirkouk de la province de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie. [Photo de la page Facebook de la police fédérale irakienne]

L'Irak a lancé jeudi 20 septembre une offensive contre tout son territoire encore détenu par "l'Etat islamique en Irak et en Syrie (EIIS), en obligeant le groupe à se mettre à la défensive dans son "caliphat" autoproclamé s'étendant vers la Syrie voisine.

Les forces de sécurité irakiennes ont lancé un attentat à l'aube sur une poche de l'EIIS assiégée autour de la ville nordique d'al-Hawija, dans la province de Kirkouk, quelques jours seulement après avoir attaqué la seule autre position du groupe dans le pays, a rapporté l'AFP.

Le territoire encore détenu par l'EIIS a diminué rapidement depuis sa défaite à Mossoul en juillet, où bastion après bation tombe des deux côtés de la frontière avec la Syrie.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abbadi a prédit que l'assaut contre la région d'al-Hawija entraînerait rapidement une nouvelle victoire contre le groupe en désarroi.

Après la défaite de l'EIIS à Mossoul et la reprise de zones adjacentes, al-Hawija et les villes voisines forment la dernière enclave encore détenue par l'EIIS en Irak, à l'exception d'une partie de la vallée de l'Euphrate en aval de la frontière avec la Syrie.

"A l'aube d'un nouveau jour, nous annonçons le lancement de la première étape de la libération d'al-Hawija, conformément à notre engagement envers notre peuple à libérer tout le territoire irakien et à éradiquer les groupes terroristes de l'EIIS", a déclaré Al-Abbadi.

"Salutations à toutes nos forces, qui menacent plusieurs batailles de libération en même temps et qui gagnent victoire après victoire et ce sera une autre, avec l'aide de Dieu", a-t-il dit.

Les forces tribales participent à la bataille

La première étape de la bataille se concentrera sur la reprise de la partie orientale de la ville d'al-Sharqat au nord-ouest d'al-Hawija, ont déclaré des responsables irakiens à Diyaruna.

Les forces de sécurité Irakiennes blindées, la réponse rapide et la police fédérale participent à la bataille.

Les forces irakiennes ont lancé la bataille après avoir terminé le déploiement et les préparatifs pour se lancer dans la région au cours des derniers jours, a déclaré Wasmi al-Sohn, directeur de la province d'al-Sharqat.

"Environ un millier de combattants des tribus d'al-Sharqat et d'autres forces locales participent à la bataille", a-t-il déclaré à Diyaruna.

Les forces militaires, avec le soutien aérien de la force aérienne irakienne et les avions de combat de la coalition internationale, ont réussi à détruire les lignes défensives et les fortifications de l'EIIS, a-t-il affirmé.

Ils ont libéré dès les premières heures de la bataille six villages, y compris Kawa, Cysbana, Hasarouk, Upper Shandar, Hoshtar et Laluk, a déclaré le porte-parole du Commandement conjoint le général de brigade Yahya Rassoul.

Vingt-cinq éléments de l'EIIS ont été tués jusqu'à présent, a-t-il déclaré à Diyaruna.

Les éléments de l'EIIS se rendent

"L'EIIS s'effondre, et au cours des jours qui ont pécédé le début de la bataille, des dizaines d'éléments du groupe se sont rendus", a indiqué Al-Sohn.

Ils ont poussé leurs familles à partir vers le côté ouest d'al-Sharqat, qui est sous le contrôle des forces irakiennes, a-t-il dit, alors qu'ils se rendaient aux forces de Peshmerga stationnées près des parties nord et est d'al-Hawija.

Al-Sohn a déclaré que la plupart des résidents d'al-Sharqat de l'est avaient fui longtemps avant le début de la bataille.

"Des centaines de familles fuient tous les jours, et ces derniers jours, ce nombre est passé à plus de six ou sept familles par jour", a-t-il dit.

"Les forces de sécurité placent la sécurité des civils bloqués au sommet de leurs priorités", a-t-il noté.

Préoccupation pour les civils

Les organisations humanitaires se sont déclarées préoccupées par le sort des civils pris dans l'offensive.

"Les 85 000 civils qui se trouvent à al-Hawija, dont environ 40 000 enfants, sont confrontés à un moment terrifiant car ils s'inquiètent d'être pris dans les combats ou d'être frappés par une attaque aérienne", a déclaré Jason Kajer, le directeur du comité international de secours.

"Pour ceux qui décident de fuir, il existe un risque important d'être ciblé par les tireurs d'élite de l'EIIS ou tués par une mine", a-t-il ajouté.

L'EIIS a vu le territoire sous son contrôle diminuer rapidement ces derniers mois face à de multiples offensives contre ses combattants en Irak et en Syrie.

Mardi, les forces irakiennes ont lancé une attaque sur la vallée de l'Euphrate contre l'autre des deux enclaves restantes de l'EIIS en Irak.

Et dans la province orientale de Deir Ezzor en Syrie, l'EIIS fait face à deux assauts - l'un par les troupes gouvernementales et l'autre par les combattants des forces démocratiques syriennes.

Plus haut de l'Euphrate, les forces des FDS contrôlent maintenant 90% de la ville d'al-Raqa, a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme mercredi.

Aimez-vous cet article?
8
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha