Terrorisme

Les dissidences affaiblissent Tahrir al-Sham, dit un activiste d'Idlib

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Le clergé radical Abdoullah al-Mouhaysini et le clerc Mousleh al-Alyani ont récemment annoncé leur démission de l'alliance Tahrir al-Sham. [Photo fournie par de Moussab Assaf]

Un certain nombre de factions militaires qui opéraient dans le nord de la Syrie sous la bannière de Tahrir al-Sham ont annoncé leur scission de l'alliance, ainsi que plusieurs clergé bien connus, a déclaré à Diyaruna un activiste syrien.

Mardi 12 septembre, un certain nombre de clercs et de factions armées ont annoncé leur scission de l'alliance extrémiste, dominée par l'ancien Front d'al-Nosra (FAN), a déclaré à Diyaruna l'activiste médiatique d'Idlib, Moussab Assaf.

La raison indiquée pour la scission était qu'un certain nombre d'enregistrements audio filtrés publiés en ligne révèlent que les émirs du groupe ont marginalisé et méprisés les clercs.

"Cependant, la vraie raison est l'appréhension dominante parmi les leaders et dans les rangs des factions quittant l'alliance que le FAN pourrait devenir la cible d'une frappe militaire pour éliminer sa présence dans le nord de la Syrie", a déclaré Assaf.

image

Les combattants Al-Fawj al-Awal prennent position en Syrie. Le groupe a été l'un des premiers à annoncer sa division de l'alliance extrémiste Tahrir al-Sham. [Photo fournie par de Moussab Assaf]

Les factions qui ont choisi de partir ne sont pas disposées à le défendre, a-t-il indiqué, d'autant plus que la véritable raison de l'établissement de l'alliance a été exposée, à savoir permettre au FAN de se cacher parmi les autres factions et d'échapper à la frappe prévue.

La démission des érudits, le clergé radical saoudien Abdoullah al-Mouhaysini, un membre fondateur de l'alliance, et Mosleh al-Alyani, de l'alliance a été confirmée, a souligné Assaf.

Leur démission aura un impact significatif sur les positions de nombreux groupes alliés à Tahrir al-Sham et à leurs émirs et éléments, a-t-il ajouté, en raison de l'influence exercée par les clergés.

Les factions locales sont partis

Parmi les groupes qui sortent de l'alliance, on peut citer Katibat Abou Rabei, qui a annoncé sa fusion avec le rival Ahrar al-Sham et Katibat Fadi al-Hisyan, positionné dans la montagne de Shahshabo dans la province rurale d'Idlib.

D'autres groupes incluent al-Fawj al-Awal, situé dans les régions rurales d'Idlib et d'Alep rural, Katibat Ahfad Omar, situé dans les régions rurales d'Idlib, Katibat al-Ansar wal Mohajireen, situé à Sarmada dans les régions rurales d'Idlib et Katibat Soyouf al-Islam, qui opère dans l'ouest de l'Alep rural.

"Bien que ces groupes soient mal équipés et en nombre limité, ils sont composés de combattants locaux dans les zones où ils opèrent", a déclaré Assaf.

"En rejoignant Tahrir al-Sham, ils ont épargné l'alliance d'avoir une relation hostile avec les gens de ces régions", a-t-il noté.

Maintenant qu'ils se sont séparés de cela, a-t-il ajouté, ces zones seront totalement hors de contrôle de l'alliance et par conséquent du FAN.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)