Terrorisme

Daech recrute de force à Deir Ezzor

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Ali Ahmed al-Hajj, un jeune homme du village d'al-Quriya dans la partie rurale de Deir Ezzor, a été tué avec sa femme et sa fille par un EEI de « l'État islamique » alors qu'ils tentaient de fuir pour échapper au décret de conscription obligatoire publié par le groupe. [Photo extraite de la page Facebook d'al-Quriya]

Selon des militants locaux, « L'État islamique » (Daech) a commencé à arrêter les jeunes hommes de la région rurale de Deir Ezzor pour les contraindre à lutter dans ses rangs.

Le 3 août, la « Wilayat al-Khair » (province de Deir Ezzor) du groupe a publié un décret appelant à la « conscription générale obligatoire », ordonnant à tous les jeunes âgés de 20 à 30 ans de respecter la charia et de s'enrôler pour un entraînement militaire.

Ce décret donnait à ces jeunes hommes une semaine pour se présenter au bureau de recrutement pour y remplir leurs papiers.

Dimanche 13 août, des membres de Daech ont commencé à arrêter des hommes des villes et des villages de la région rurale de Deir Ezzor, notamment al-Ashara, al-Tayana, Sbeikhan, Shwait, al-Dwair et al-Quriya, a indiqué Jameel al-Abed, militant dans les médias.

« Le délai que le groupe avait fixé pour que les jeunes se rendent d'eux-mêmes dans les bureaux de recrutement a expiré dimanche », a-t-il précisé à Diyaruna.

Mais les éléments de Daech n'ont arrêté personne ce jour-là, a-t-il poursuivi, alimentant les rumeurs selon lesquelles le groupe pourrait révoquer ce décret pour inciter les jeunes à ne pas fuir la région.

Al-Abed a indiqué que les habitants de certaines villes, comme al-Tayana, avaient été informés que leur région n'était pas incluse dans ce décret de conscription, seulement pour s'apercevoir que les campagnes d'arrestation étaient lancées depuis leurs villes.

Les habitants fuient Deir Ezzor

Les habitants des campagnes de Deir Ezzor fuient en grands nombres les régions contrôlées par Daech en direction des zones tenues par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la province d'al-Hasakeh, bravant les dangers du voyage, a ajouté al-Abed.

« Plusieurs personnes sont décédées, parmi lesquelles des enfants, à cause de l'extrême chaleur et du manque d'eau », a-t-il poursuivi, ajoutant que d'autres avaient été tués par l'explosion d'engins explosifs improvisés (EEI) dissimulés par Daech pour empêcher les fuites éventuelles.

Les passeurs ont profité de la situation et augmenté leurs tarifs à des niveaux astronomiques, a-t-il ajouté.

Certains ont même abandonné à leur sort des familles entières à mi-chemin, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)