https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/08/10/feature-02

×
×
Politique |

La tribu Al-Bakara désavoue son dirigeant pour avoir collaborer avec le CGRI

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un aîné tribal d'Al-Bakara parle lors de la Conférence générale du Conseil Shoura de la tribu le 5 août. [Photo fournie par Ahmed al-Salem]

Les aînés tribaux d'Al-Bakara ont désavoué cette semaine leur chef Cheikh Nawaf al-Bashir pour avoir collaboré avec le régime syrien et le Corps de la Garde révolutionnaire islamique iranienne (CGRI) pour formerune nouvelle milice tribale dans la région désertique du sud-est de la Syrie .

Les dirigeants, les aînés et les cheikhs de 28 clans d'al-Bakara représentant les tribus d'idlib rural, les régions rurales de Deir Ezzor, al-Raqa et Alep se sont rassemblés lors de la Conférence générale du Conseil Shoura de la tribu dans le camp rural d'Idlib le 5 août.

Ils ont «rejeté catégoriquement» les tentatives d'al-Bashir de placer la prise de décision de la tribu entre les mains du régime et de l'CGRI, a déclaré le militant Ahmad al-Salem, qui a assisté à la conférence.

Il a indiqué à Diyaruna qu'Al-Bashir cherche à assurer la domination de l'Iran sur la tribu, l'une des plus grandes tribus sunnites arabes du Badiya syrien (désert).

"La conférence a été suivie par le chef du conseil Shoura de la tribu, Cheikh Names al-Dosh, pour affirmer le rejet par la tribu du plan sectaire d'al-Bashir", a-t-il annoncé.

A la fin de la conférence, les participants ont désavoué Al-Bashir et l'ont qualifié de «traître», disant qu'il «représente seulement lui-même et ceux qui ont été attirés par lui et son projet sectaire», a précisé Al-Salem.

Plan "largement échoué"

Al-Salem a déclaré que les discussions de la conférence se sont concentrées sur la tentative d'al-Bashir de soumettre la tribu au contrôle de du CGRI et de la transformer en un nouveau bras du CGRI dans la région.

Cela serait impactant "étant donné que les tribus exercent le plus d'influence dans de nombreuses régions syriennes, en particulier dans le nord et dans la région de Badiya", a-t-il déclaré.

"Qualifiant al-Bashir de traître et accepter de le désavouer le met dans une situation difficile réelle, selon les normes et les traditions tribales, la punition d'une telle infraction pourrait être aussi sévère que l'exil permanent de la tribu", a-t-il déclaré.

"Al-Bashir a essayé de promouvoir son projet parmi les tribus de descendance chiite et parmi les tribus réfugiées au Liban", a déclaré Al-Salem.

"Cependant, malgré les pressions et les incitations financières, le projet d'al-Bashir de fonder une milice de mobilisation populaire sous son commandement a été en grande partie infructueux", a-t-il affirmé.

Ceux qui se sont joints à la nouvelle milice "sont peu nombreux et vivent dans certaines régions d'Alep et d'Al-Hasakeh", a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
24
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire