NOUVELLES D’IRAK
Politique

Un commandant de milice affiliée au CGRI tué en Syrie

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Ali Jafari, l'un des cofondateurs et principaux commandants de la brigade Fatemiyoun soutenue par l'Iran, a été tué en Syrie cette semaine. [Photo diffusée sur les comptes de média sociaux]

Une milice liée au Corps de la garde révolutionnaire islamique iranienne (CGRI) a perdu l'un de ses principaux commandants et cofondateurs dans les batailles en Syrie, un coup que les analystes ont déclaré affecterait négativement la structure de la milice et le moral de ses combattants.

La Brigade Fatemiyoun, composée de mercenaires chiites afghans, se bat aux côtés du CGRI, du Hezbollah et d'autres milices irakiennes soutenues par l'Iran en Syrie.

"Les comptes des médias sociaux appartenant aux éléments du CGRI et de la Brigade Fatemiyoun ont confirmé qu'Ali Jafari, le commandant en chef de la Brigade Fatemiyoun, a été tué dans les batailles en cours en Syrie", a déclaré Sheyar Turko, étudiant en doctorat de l'Université du Caire, qui étudie le financement du CGRI.

Jafari a été tué en se battant aux côtés d'autres groupes affiliés au CGRI, a-t-il indiqué à Diyaruna.

image

La Brigade Fatemiyoun, une milice chiite afghane se battant sous le commandement d'officiers iraniens, se bat aux côtés de troupes gouvernementales pro-syriennes dans la région de Badiya. [Photo diffusée sur les comptes de média sociaux]

L'agence de presse iranienne Fars a également confirmé la nouvelle de sa mort le 12 juillet, en le décrivant comme commandant et cofondateur de la Brigade Fatemiyoun, a-t-il dit.

"Jafari est devenu la figure la plus puissante de la brigade et le meilleur commandant après la mort de son commandant Ali Tusli en 2015 dans les combats de Daraa", a expliqué Turko.

D'autres personnalités de la Brigade Fatemiyoun ont récemment été tuées en Syrie, y compris le commandant Mohammad Ibrahimi, venu de la ville iranienne de Qom, a annoncé l'agence de presse iranienne Jam News le 9 juillet.

Un coup au moral

"Les forces du régime ont évidemment poussé cette milice dans une bataille dont le résultat était désastreux pour eux", a déclaré Turko.

"De tels coups ont sans aucun doute un effet négatif sur le moral de ces milices sectaires dont les membres se battent comme des mercenaires", a-t-il ajouté.

En outre, il présente d'autres preuves de l'implication de l'Iran dans la guerre en cours en Syrie, a-t-il déclaré, tant par la présence directe d'officiers du CGRI sur le terrain que par le soutien du corps aux milices sectaires.

"La Brigade Fatemiyoun est l'une des milices sectaires formées par le CGRI [en 2014] pour se battre en Syrie sous prétexte de protéger les sanctuaires sacrés", a-t-il expliqué.

Il recrute des combattants principalement des quelque 3 millions d'Afghans vivant en Iran.

Il compte environ 20 000 combattants, selon les médias iraniens, et a subi les pertes les plus importantes parmi les différentes milices soutenues par le CGRI qui luttent en Syrie, selon d'autres rapports médiatiques.

Combats acharnés dans la Badiya syrienne

"Il est très probable qu'Ali Jafari, ainsi qu'un grand nombre de miliciens de la Brigade Fatemiyoun, ont été tués dans des batailles "qui ont fait rage dans la région de Badiya en Syrie, a déclaré Riad Shahoud, un officier de l'armée syrienne libre (ASL) opérant dans le désert syrien.

Les forces du régime syrien, appuyées par les milices armées et la couverture aérienne et d'artillerie, tentent de progresser dans la région de Badiya depuis le 7 juillet, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Les factions de l'ASL les interceptèrent et des combats acharnés s'ensuivirent, a-t-il ajouté, ajoutant que l'ASL a infligé de lourdes pertes humaines aux forces du régime et à leurs alliés.

"La Brigade Fatemiyoun était l'une des milices qui ont participé à ces batailles aux côtés de l'armée du régime, comme en témoignent les corps et les objets personnels trouvés sur le champ de bataille", a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

En enfer, si Dieu le veut, et je le souhaite pour Khamenei et Selimani!

Répondre