NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Les plans de l'EIIS pour s'étendre en Afghanistan échouent, rapportent des responsables

Par Caravanserai

image

Les forces de sécurité afghanes patrouillent pendant une opération contre des activistes de « l'Etat islamique en Irak et en Syrie» dans le district Chaparhar de la province de Nangarhar le 21 mai 2017. [Noorullah Shirzada/AFP]

« L'Etat islamique en Irak et en Syrie» (EIIS) a subi d'importantes défaites depuis le début de ses activités en Afghanistan, et sa récente expulsion de la région de Tora Bora est le dernier coup porté au groupe.

L'EIIS a annoncé en janvier 2015 la création de sa branche de Khorasan, qui opère en Afghanistan et au Pakistan.

Le centre stratégique du groupe était à l'origine dans le district d'Achin, dans la province de Nangarhar, des petits groupes étant actifs dans d'autres parties de l'Afghanistan, a indiqué le général Mourad Ali Mourad, chef d'état-major adjoint de l'armée nationale afghane (ANA), lors d'une conférence de presse en avril à Kaboul.

Mais des attaques terrestres et aériennes répétées par les Forces nationales afghanes de sécurité et de défense (FNASD) ont détruit les bastions de l'EIIS à Nangarhar, a fait savoir Mourad.

Le général Dawlat Waziri, porte-parole du ministère de la Défense, a confirmé cette déclaration.

« Les plans de l'EIIS ont échoué », a-t-il déclaré à Salaam Times.

En plus de l'échec de l'EIIS dans sa tentative de contrôle d'un territoire notable, le groupe a également subi de lourdes pertes au niveau de son commandement au fil des ans, a rapporté Waziri.

Mollah Abdoul Rauf Khadim, le premier chef adjoint de l'EIIS à Khorassan, a été tué le 9 février 2015 dans la province d'Helmand.

Hafiz Saeed Khan, nommé émir de l'EIIS à Khorasan en janvier 2015, a été tué le 26 juillet 2016 dans le district d'Achin.

Abdoul Hasib, leader de l'EIIS à Khorasan et successeur de Khan, a connu le même sort que les autres le 27 avril de cette année dans la province de Nangarhar Province, ont confirmé des responsables militaires afghans et américains.

Plans contrecarrés

L'EIIS prévoyait de construire le quartier général de sa branche de Khorasan dans la province de Nangarhar, mais les opérations du mois précédent ont mis fin à ces ambitions.

L'expulsion de l'EIIS de Tora Bora se serait produite les 17 et 18 juin, selon le ministère de la Défense, quelques jours après que des activistes de l'EIIL aient remporté leurs combats contre des talibans pour des grottes stratégiques à Tora Bora.

A leur tour, les troupes afghanes ont combattu l'EIIS et l'ont chassé de Tora Bora et des deux autres districts. Les troupes avaient auparavant chassé l'EIIS des districts de Kot et d'Achin.

« Toutes les zones de Tora Bora, Pacheragam et Chaparhar ont été débarrassées de l'EIIS», a indiqué à Salaam Times Mohammad Radmanesh, porte-parole adjoint du ministère de la Défense. «Les troupes enlèvent les mines que les talibans et l'EIIS ont plantées ».

Pour empêcher l'EIIS de revenir à Tora Bora, les autorités travaillent avec les communautés locales, a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense Waziri à Radio Free Afghanistan.

« Des bénévoles locaux et les forces locales sont prêts à protéger leur région contre de futures incursions de l'EIIS», a-t-il fait savoir. « Le ministère de la Défense est prêt à les soutenir de quelque façon que ce soit. »

Les opérations anti-EIIS se poursuivent près de la frontière pakistanaise

Après avoir subi plusieurs défaites à Nangarhar, et après que l'armée américaine ait utilisé sa plus grosse bombe conventionnelle contre des réseaux d'activistes en avril, l'EIIS a été réduit à quelques groupes dispersés et démoralisés dans la province ont déclaré des responsables du ministère de la Défense.

Les activistes tués étaient composés de plusieurs nationalités, a indiqué Ataullah Khogyani, porte-parole du gouverneur de la province.

« La majorité des membres de l'EIIS tués par les forces de sécurité afghanes à Tora Bora étaient des combattants étrangers venus d'Ouzbékistan, de Tchétchénie et du Pakistan », a-t-il expliqué à Salaam Times.

Guerre de territoire avec les talibans

Des activistes talibans et de l'EIIS s'affrontent partout en Afghanistan, luttant pour avoir la possibilité d'exploiter et de piller la population civile, indiquent des responsables.

Ces deux groupes financent leurs activités terroristes en saisissant de l'argent liquide et d'autres ressources des civils, a expliqué Mohammad Reza Ghafouri, porte-parole du gouverneur de Jawzjan.

« Les talibans ont déjà saisi la nourriture des résidents de notre région, trois fois par jour », a rapporté Sharifullah, ancien habitant de Qush Tepa ayant fui la zone et habitant désormais à Kaboul. « Maintenant, les talibans et l'EIIS commettent ces actes. »

« Une fois par mois, chaque famille doit payer au moins 500 AFN (7,35 dollars) aux deux groupes », a-t-il fait savoir, ajoutant que les familles plus aisées devaient payer plus.

« Les talibans prélevaient de force une dîme, une aumône et des taxes religieuses auprès des habitants dans les zones sous leur contrôle », a-t-il indiqué à Salaam Times. « Mais à présent, L'EIIS a lui aussi commencé à collecter ces taxes, ce qui n'est pas acceptable pour les talibans. »

A cause de cette compétition pour extorquer de l'argent aux citoyens, a-t-il ajouté, « d'autres affrontements sanglants entre les deux groupes sont possibles ».

« Dans un mois ou deux, la récolte commencera », a déclaré Abdoul Satar Darzabi, membre du parlement afghan représentant Darzab. « C'est pour cela que chaque groupe essaie de battre l'autre, afin de pouvoir prélever des dons et des taxes sur les récoltes sans avoir d'adversaire. »

« Les civils ont beaucoup souffert à cause de l'EIIS et des talibans », a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500