Terrorisme

Al-Hawija : prochain bastion de Daech en Irak ?

Par Khalid al-Taie

image

Des combattants irakiens d'al-Hawija, dans la province de Kirkouk, se préparent à affronter « l'État islamique » dans leur ville. [Photo fournie par Cheikh Wasfi al-Assi]

La victoire approchant à Mossoul, les forces irakiennes se tournent vers la ville d'al-Hawija, dans la province de Kirkouk, qui est devenue un sanctuaire pour les combattants de « l'État islamique » (Daech) en fuite.

Alors qu'il est confronté à la défaite ailleurs dans le pays, Daech tente de s'installer davantage à al-Hawija, a déclaré Cheikh Anwar al-Assi, chef de la tribu al-Obaid.

« Le groupe a commencé à creuser des tranchées et des tunnels secrets », a-t-il rapporté à Diyaruna, et a chassé les habitants des villages environnants de leurs maisons pour transformer le terrain autour d'al-Hawija en zone tampon fortifiée.

Des combattants de Daech ont posé des mines et des engins explosifs improvisés (EEI), et ont entreposé des vivres en anticipation d'une future offensive militaire pour libérer la zone, a fait savoir al-Assi.

Dans le même temps, a-t-il ajouté, des habitants pris au piège dans la ville indiquent que le groupe recrute de force de jeunes hommes et qu'il ouvre des camps d'entraînement.

Les résidents ont été empêchés de partir, a-t-il fait savoir, et ils craignent que le groupe les utilise comme boucliers humains.

« Les mauvais traitements de Daech contre des gens non armés sont devenus encore plus brutaux », a rapporté al-Assi. « Les habitants qui se sont enfuis racontent que des familles entières ont été exécutées après avoir échoué à échapper au contrôle du groupe ».

Dans la ville, il y a une pénurie de nourriture et de fournitures médicales. Selon les médias, le groupe s'est approprié les réserves restantes et vend des médicaments expirés aux habitants.

Les chefs de Daech s'amassent à al-Hawija

« De nombreux dirigeants et combattants du groupe ont fui les villes libérées et sont parvenus à rejoindre al-Hawija, profitant de sa vaste zone désertique et de ses nombreux canyons », a relaté al-Assi.

Il y a à l'heure actuelle entre 2 000 et 4 000 combattants de Daech dans la zone, qui est devenue un « refuge majeur » pour le commandement du groupe, a indiqué à Diyaruna l'adjoint au maire de Kirkouk, Rakan al-Jubury.

Le groupe espère exploiter le terrain accidenté qui s'étend du sud d'al-Qayyarah, dans la province de Ninive, jusqu'aux montagnes d'Hamrin, et à l'est jusqu'à Tuz Khurmatu.

« C'est une grande zone ouverte à plusieurs provinces et qui comprend de nombreux villages et zones qui sont interconnectés », a expliqué al-Jubury, ajoutant qu'il semblerait que le groupe souhaite l'utiliser comme zone de lancements pour ses attaques.

« Tout cela est en cours, avec des attaques occasionnelles par des activistes contre les lignes de défense des forces de sécurité », a-t-il rapporté, ce qui menace principalement les champs pétroliers d'Ajil et d'Allas, et les villes de Kirkouk, al-Shirqat et Tikrit.

« Le commandement militaire connaît bien le danger que représente la présence des terroristes à al-Hawija, et considère sa libération comme une priorité après la reprise de Mossoul », a indiqué al-Jubury.

Les habitants de la ville souffrent sous le joug de Daech

Daech emprisonne, torture et tue des résidents d'al-Hawija pour divers prétextes, sans la moindre pitié, a fait savoir al-Jubury.

Beaucoup d'habitants « ont risqué leurs vies pour échapper à cette oppression, et leur souffrance ne devrait pas durer bien longtemps », a-t-il affirmé.

L'opération de libération d'al-Hawija demandera un fort niveau de coopération entre les différentes forces de sécurité, a expliqué à Diyaruna Jassim Hanoun, experte en sécurité et ancien responsable du ministère de l'Intérieur.

Il a appelé à la création d'un groupe spécial de coordination incluant les forces conjointes des commandements opérationnels de Salaheddine, Samarra et al-Rafidain, ainsi que les forces peshmergas et la police de Kirkouk.

L'offensive exigera une planification méticuleuse, a-t-il indiqué, car al-Hawija abrite des milliers de civils emprisonnés, et Daech est connu pour sa brutalité.

Au premier jour de l'Aïd el-Fitr (25 juin), a rapporté Hanoun, le groupe a exécuté sept hommes qu'il accusait de collaborer avec les forces irakiennes.

« Cela constitue le dernier chapitre d'une série de crimes commis par Daech contre les habitants d'al-Hawija », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)