Terrorisme

Les éléments du FAN interdisent le festival des enfants dans la province d'Idlib

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des enfants syriens dans l'un des camps d'Atme pour les personnes déplacées jouissent d'activités amusantes lors d'un événement passé organisé par un organisme de bienfaisance au camp. Les éléments du front d'al-Nosra ont investi le camp d'al-Joulan pour interdire un festival pour enfants tenu à l'occasion de l'Aid al-Fitr. [Photo fournie par Sumer Agha]

Des hommes armés ont pris d'assaut un camp pour les Syriens déplacés dans la province d'Idlib jeudi 29 juin lors de festivités organisées par une organisation de secours pour célébrer l'Aid al-Fitr. ont déclaré des militants à Diyaruna.

Les éléments du front d'al-Nosra (FAN), maintenant connu sous le nom de Front Fatah al-Sham et partie de l'alliance Tahrir al-Sham, ont tiré des coups de feu dans l'air au camp d'al-Joulan et ont battu des enfants et des organisateurs d'événements qui se tenaient debout, a déclaré l'activiste médiatique Sumer Agha, du comité local de coordination de Salamiyah.

Le camp, l'un des camps d'Atme pour les Syriens déplacés, est situé près de Qah, un village dans la campagne du nord de la province d'Idlib.

"Les terroristes ont tiré des coups de feu dans l'air pour terroriser les enfants qui assistaient à un festival organisé par une organisation de secours pour enfants", a déclaré Agha à Diyaruna.

Ils se sont présentés comme "membres du comité de la promotion de la vertu et la prévention du vice", a-t-il indiqué, en citant les témoins oculaires et les militants des médias et des secours du camp.

Les extrémistes ont déclaré à tous les participants que "le festival doit s'arrêter parce que le programme comprenait des chansons et des danses pour enfants", a-t-il ajouté.

'Moments d'horreur'

"Les résidents du camp et leurs enfants ont vécu des moments d'horreur après que les extrémistes ont battu tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin", a déclaré Agha, notant que de nombreux enfants, parents et organisateurs d'événements ont subi des contusions.

Les extrémistes ont également détruit des ordinateurs, des systèmes sonores et d'autres équipements qui étaient utilisés pendant le festival.

"Les organisateurs ont accordé une attention particulière à tous les aspects [du festival] pour éviter les harcèlements, d'autant plus que d'autres événements avaient été interdits dans le camp sous prétexte qu'ils étaient contre la charia", a-t-il précisé.

Les enfants ont assisté seuls au festival, alors que les familles restaient sur un carré opposé au leur, a expliqué Agha.

De plus, "les chansons qui ont été jouées étaient des chansons pour enfants, et non des chansons régulières", a-t-il déclaré.

Les éléments du FAN ont vérifié tous les téléphones cellulaires et ont pris un certain nombre de cartes mémoire afin que les images et les vidéos de l'attaque ne soient pas divulguées.

"Ils ont également menacé de punir les familles qui se sont précipitées au secours de leurs enfants si une image ou une vidéo de l'incident est divulguée", a-t-il déclaré.

Les extrémistes empêchent la joie de l'Aid

L'activiste médiatique Mahmoud Hajj Kamel, basé à Idlib, a confirmé l'incident au camp.

"Les éléments de Tahrir al-Sham en général, et les éléments du FAN en particulier, empêchent tous les aspects de joie et de célébration dans la région, qui comprend plusieurs camps de déplacements accueillant des dizaines de milliers de personnes déplacées à l'intérieur du pays", a-t-il indiqué à Diyaruna.

"Ils le font sous prétexte d'appliquer la charia", a déclaré Hajj Kamel.

Mais la vraie raison est que la plupart des résidents rejettent les pratiques de ces groupes et refusent d'obéir à leurs commandes, a-t-il ajouté.

"Ces groupes terroristes n'ont pas réussi à recruter des hommes et des enfants jeunes et, par conséquent, essayent de se venger chaque fois qu'il y a une chance", a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?
2
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)