NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

L'EIIS vise les personnes déplacées pour se venger de ses pertes

par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les civils blessés dans un camp de la région de Rajm al-Salibi reçoivent des soins médicaux après que le camp ait été ciblé le 21 mai par les kamikazes de "l'Etat islamique en Irak et en Syrie". [Photo fournie par Ammar Saleh]

"L'Etat islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) a visé des civils dans les points et les camps de rassemblement des réfugiés, y compris les réfugiés irakiens et syriens fuyant les combats dans leurs pays.

Les experts qui ont parlé avec Diyaruna ont déclaré que l'EIIS cherche à se venger des civils après les pertes croissantes qu'il a subies récemment et à les garder dans les zones sous son contrôle en menaçant d'attaquer leurs familles et leurs proches qui ont échappé.

Une attaque le 2 mai sur un camp dans la région de Rajm al-Salibi Juste à l'intérieur du territoire syrien a fait au moins 46 personnes mortes, dont 31 civils.

Au moins cinq kamikazes se sont faits explosé à l'intérieur et à l'extérieur du camp dans la province d'al-Hasakeh, a rapporté l'AFP.

L'EIIS a revendiqué l'attaque contre le camp provisoire près de la frontière avec l'Irak où quelque 300 familles attendaient de traverser vers le territoire détenu par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS).

"Ce n'est pas une surprise que le groupe cible des civils en Syrie ou ailleurs dans le monde", a déclaré à Diyaruna le membre du Conseil National de la Paix d'Al-Hasakeh, Ammar Saleh.

Depuis sa création, le groupe a considéré les civils comme une cible principale et légitime, et a dirigé la plupart de ses attaques et opérations contre eux, a-t-il indiqué.

Le groupe a récemment intensifié ses attaques contre des civils en Syrie dans le but de «faire pression et faire taire la population même dans les zones où elle échappe pour faire savoir aux gens qu'il peut les atteindre partout où ils fuient», a-t-il souligné.

"Ces massacres peuvent également être des messages adressés à des civils dans les zones encore sous son contrôle qu'ils viseraient leurs proches et leurs familles s'ils se rebellent ou résistent de n'importe quelle façon", a-t-il ajouté.

Ciblage des rassemblements civils

L'attaque contre le camp de Rajm al-Salibi, qui est un point de rassemblement pour les civils fuyant Deir Ezzor et d'autres régions contrôlées par l'EIIS, met en évidence l'ampleur de la criminalité du groupe, a déclaré Haval Abbas, infirmière au Croissant-rouge kurde.

Un certain nombre d'éléments de l'EIIS se sont installés dans un poste de sécurité près du camp, où l'un d'entre eux s'est fait explosé et les autres ont aléatoirement ouvert le feu, causant un grand nombre de victimes civiles, à t-il précisé Diyaruna.

"Leur criminalité ne s'est pas terminée à ce point, car quatre kamikazes ont réussi à s'infiltrer dans le camp et l'un d'entre eux a pu se faire exploser", a-t-il déclaré.

Les autres ont été tués par le FDS avant qu'ils ne puissent faire sauter leurs explosifs, a-t-il ajouté.

L'attaque a été menée en conjonction avec une attaque suicide sur un centre des forces d'Asayesh dans la ville d'al-Shaddadi où un terroriste s'est fait exploser à l'intérieur du bâtiment.

Le centre fournit des services aux civils, a déclaré M. Abbas. "Par conséquent, beaucoup de résidents de la région ont été rassemblés là-bas au moment de l'attaque et un grand nombre d'entre eux ont été tués ou blessés".

D'autres attaques contre des civils incluent l'explosion d'une voiture piégée le 21 janvier revendiquée par l'EIIS dans le camp d'al-Raukban dans la zone neutre séparant la Jordanie et la Syrie.

L'attaque a tué neuf personnes et blessé des dizaines, y compris des femmes et des enfants.

Le 16 avril, une voiture piégée a fait au moins 13 personnes mortes au camp d'al-Mabroukat près de la ville d'Al-Hasakeh, où des civils fuyant les combats d'al-Raqa se sont rassemblés, a déclaré Abbas.

Transformer les civils en boucliers humains

"En plus d'attaquer les camps de personnes déplacées, l'EIIS a également ouvert le feu sans discernement sur les civils qui tentent de s'échapper des zones sous son contrôle", a indiqué le membre du personnel administratif du Croissant-Rouge kurde, Akeed Ibrahim.

Le groupe a atteint "l'apogée de la criminalité en mettant la vie des civils en danger direct dans la ville d'al-Tabqa en déployant ses éléments entre et à l'intérieur des maisons pour se protéger contre les tirs des FDS, transformant ainsi des civils en boucliers humains", a-t-il annoncé à Diyaruna.

"Le ciblage des civils a toujours été fait de la même manière depuis la création du groupe", a-t-il souligné. "Il n'y a aucune différence entre le ciblage direct des personnes de Kobani [en 2014] ou les personnes d'al-Jazira [canton] aujourd'hui".

"Même la plantation d'engins explosifs improvisés se déroule de la même manière aveugle qui vise uniquement à faire le plus grand nombre de morts possibles", a déclaré Ibrahim.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500