Terrorisme

Divisions ethniques et querelles perturbent les rangs de l'EIIL à al-Raqa

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les combattants du "l'Etat Islamique en Irak et au Levant" regardent un membre du groupe exécuter le châtiment du hadd contre un résident d'al-Raqa en 2016. Des tensions ont augmenté entre les combattants de l'EIIL de différentes nationalités alors que le noeud se resserre autour du groupe dans la ville. [Photo utilisée avec l'aimable autorisation de l'ogranisme Al-Raqa est abattu silencieusement]

A l'intérieur de la ville syrienne d'al-Raqa, que le "l'Etat Islamique en Irak et au Levant" (EIIL) considère la capitale de son "califat", des combattants de différentes nationalités se disputent.

En particulier, les combattants syriens et tunisiens ont finalement atteint le point d'ébullition, ont indiqué des témoins oculaires à Diyaruna, comme en témoignent les flambées de coups de feu et les affrontements.

Les Tunisiens se sont regroupés, louant des maisons à l'intérieur de la ville qu'ils ont reprises et se sont assemblées dans une autre région, a déclaré Wael Mustafa, un marchant d'al-Raqa.

Ils demeurent hors de vue et hors des rues d'al-Raqa, a-t-il dit, ajoutant que "les habitants ont remarqué que les patrouilles d'al-hesba (" police religieuse ") n'incluent plus les Tunisiens".

Les éléments tunisiens apparaissent soudainement sur le marché en groupes de 10 ou plus pour acheter de la nourriture, a déclaré Mustafa, ajoutant que, tandis que certains d'entre eux achètent, d'autres restent à l'extérieur pour assurer la protection du reste du groupe.

"Ils ne passent plus des heures sur le marché comme ils l'ont parfois fait par le passé", a-t-il déclaré, notant que leurs courses sont maintenant très courtes.

Certains Tunisiens vivaient au centre-ville, mais ont quitté les maisons qu'ils occupaient et ont déménagé dans la région où leurs compatriotes sont regroupés, a-t-il dit.

On croit qu'ils se trouvent à la périphérie d'al-Raqa près de la rue al-Rumeila où les bulldozers ont récemment bloqué toutes les routes menant à la région, a-t-il noté.

Croissance des tensions internes

Les marchands sur le marché ont été témoins de plusieurs combats entre les éléments de l'EIIL locaux d'al-Raqa et les éléments tunisiens.

"Ce sont en grande partie sur l'imposition instantanée d'amendes à ceux qui violent les règles du groupe", a déclaré Mustafa, signalant que les Tunisiens ont imposé ces amendes pour collecter de l'argent, et les éléments locaux cherchent à faire de même.

Selon les éléments syriens de l'EIIL, a-t-il dit, la raison de cette tension est que les Tunisiens ont refusé de se battre en première ligne ou de se déplacer vers Deir Ezzor en raison du danger qu'ils rencontreraient.

Maintenant, Ils tiennent absolument à quitter la région, a-t-il déclaré, dans l'intention de retourner en Tunisie ou d'échapper vers un pays européen.

"Cela a enflammé les éléments locaux, qui sont forcés de se battre en première ligne et ont subi de lourdes pertes en conséquence", a-t-il souligné.

Mustafa a indiqué que certains résidents lui ont dit que des affrontements ont éclaté entre les éléments tunisiens et les patrouilles d'al-hesba dans une rue menant au rond-point d'al-Naim, dans lequel un certain nombre de personnes ont été tuées et blessées.

Le groupe a couvert l'incident, lui ont dit les résidents, en affirmant que les morts et les blessés étaient tombés dans des combats contre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS).

Rébellion contre le leadership

Ce n'est pas la première fois que les groupes tunisiens se rebellent contre le leadership de l'EIIL, a déclaré l'avocat syrien Mohammed al-Abdoullah, qui a documenté la guerre de la Syrie et les crimes commis par l'EIIL.

"En 2015, les problèmes ont été mis en évidence entre les groupes tunisiens et ceux des pays du Golfe en raison de conflits sur le leadership et qui devient "émir" ", a-t-il déclaré à Diyaruna.

La situation est très tendue entre les éléments tunisiens et arabes, y compris les Irakiens et les Saoudiens, a déclaré al-Abdoullah, ajoutant que plusieurs escarmouches ont également éclaté entre les éléments syriens et tunisiens.

Les différends sont devenus publics en raison de la lutte pour le pouvoir, a-t-il affirmé, expliquant que les Tunisiens veulent occuper les premiers postes et croient qu'ils ont droit à cela, alors qu'ils ont quitté leur pays pour se joindre au groupe.

"Il en est de même pour les ressortissants du Golfe et les Irakiens, alors que ce dernier groupe insiste sur le monopole des positions de premiers rangs en raison de la situation en Irak", a-t-il déclaré en notant que les éléments irakiens ne sont pas en mesure de revenir car le groupe a perdu une grande partie du territoire qu'il contrôlait dans le passé dans ce pays.

Certains rapports médiatiques indiquent que les conflits internes ont progressé récemment, provoqués par le ressentiment selon lequel le Conseil de Shoura du groupe aurait choisi l'Irakien Abou Hafsa al-Mousilli pour succéder à Abou Bakr al-Baghdadi.

La loyauté s'effondre sous la pression

"Plus la pression militaire sur le groupe augmente, plus de désaccords surviennent, en particulier entre des groupes de différentes nationalités", a déclaré l'expert en ce groupe terroriste, le général Yahya Mohammed Ali, un officier militaire égyptien à la retraite.

Ceci témoigne de la loyauté ténue parmi les combattants de l'EIIL, que le groupe a représentés comme étant solides et fondée sur des principes religieux et idéologiques inébranlables, a-t-il déclaré à Diyaruna.

"Tous les groupes armés et même les armées font face à ces pressions pendant les combats, et ils représentent souvent le test le plus difficile pour le leadership", a-t-il expliqué.

Si la structure organisationnelle de l'EIIL était saine, ses relations internes resteraient stables, a-t-il noté.

"Toutefois, lorsque le processus de recrutement repose sur l'argent, les maisons et les nombreux mariages, la situation est vouée à parvenir à ce point", a déclaré Ali.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500