NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Réouverture des mosquées de Mossoul qui sont reconstruites après les attaques de l'EIIL

Par Khalid al-Taie

image

Des responsables irakiens évaluent les dommages causés à la mosquée historique d'al-Nabi Younus à Mossoul causée par des actes extrémistes. [Photo fournie par les Wakfs Sunnites]

Alors que l'appel à la prière provenant des minarets de la ville se fait résonser, les résidents du quartier d'Al-Mouhandiseen de Mossoul se dirigent vers la mosquée Wajih al-Saydali.

En apparence une vue ordinaire, la continuation du rituel de culte a marqué la détermination de la population à ne pas être intimidée suite à une attaque de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) du 31 janvier sur la mosquée.

L'incident, dans lequel un drone de l'EIIL a laissé tomber une bombe sur les fidèles alors qu'ils quittaient la mosquée après les prières du soir, ont tué un adulte âgé et a blessé d'autres.

Il a été précédé par des jours de menaces de l'EIIL pour attaquer les mosquées et les lieux de culte dans les zones en dehors du contrôle du groupe, ont déclaré des responsables à Diyaruna.

Malgré les risques, le résidant du quartier de Soumar, Moufid Abdoullah, 57 ans, ainsi que de nombreux autres habitants de l'est de Mossoul, continue de prier dans sa mosquée locale.

Avec sa menace d'attaquer les mosquées, a-t-il déclaré à Diyaruna, l'EIIL cherche à "perturber le cours normal de la vie et à inculquer la peur dans l'esprit des gens".

"Si nous nous abstenons d'exercer nos devoirs religieus dans les mosquées et toutes nos affaires quotidiennes, cela signifie que nous avons cédé à leur désir, et nous n'accepterons pas cela", a-t-il indiqué.

L'EIIL choisit les mosquées

L'EIIL a ciblé les mosquées à cause du fait qu'elles jouent un rôle essentiel dans "la lutte contre l'extrémisme et le renforcement des éléments de la paix et de la fraternité sociale", a déclaré Abdoullah.

Les mosquées ont également été distinguées par l'EIIL à la lumière du "soutien moral qu'elles donnent aux forces de sécurité" qui luttent pour reprendre l'ouest de Mossoul, a déclaré Sheikh Mohammed al-Shammaa, imam et prédicateur de la mosquée al-Nabi Younus.

L'attaque contre la mosquée de Wajih al-Saydali n'était pas le seul incident terroriste visant les lieux de culte dans la partie orientale de la ville.

"Le 10 mars, les mosquées al-Souraji et al-Salam dans le quartier de Soumar ont été attaquées avec des mortiers lors de la prière du vendredi, mais l'armée a réussi à évacuer en toute sécurité les fidèles", a précisé Al-Shammaa.

L'EIIL a essayé d'attaquer les mosquées par quelque moyen que ce soit pour faire taire la voix de la vérité et des valeurs tolérantes qui sont entendues de leurs chaires , a-t-il dit.

"Avant cela, lorsqu'ils occupaient la ville, ils ont détruit toutes les mosquées historiques symboliques et sacrées pour les musulmans, comme les mosquées d'al-Nabi Younus, Al-Nabi Sheet et al-Nabi Jarjis", a-t-il ajouté.

Violation du droit au culte

Les éléments de l'EIIL ont assassiné de nombreux imams et prédicateurs qui ont refusé de faire allégeance au groupe ou d'accepter ses actions, a noté Al-Shammaa.

"Cette bande de terroristes poursuit sa série d'attaques sur des icônes et des repères religieux et la violation des droits des gens au culte", a-t-il déclaré.

Les mosquées servent une nouvelle fois leur rôle de plate-forme pour la prédication morale, la propagation de la tolérance et la correction des concepts religieux que l'EIIL a déformés pour nuire au tissu social de l'Irak, a déclaré Abou Bakr Kanaan, responsable de Bureau des Wakfs sunnites à Ninive.

"Une fois qu'ils ont estimé que ces plates-formes posent un danger majeur pour leur idéologie déviante et leur propagande, ils ont essayé de les faire taire et d'empêcher les gens de venir dans les mosquées", a-t-il affirmé.

Leur action a eu, malgrè tour, un effet inverse, a dit Kanaan, notant que "les attaques ont renforcé la résolution du peuple et les mosquées dans l'est de Mossoul sont aujourd'hui témoins d'une présence remarquable des fidèles".

L'EIIL a détruit 37 mosquées à Mossoul, principalement des anciennes qui se constituent des repères archéologiques avec une grande importance culturelle et une valeur pour la ville.

Reconstruire les lieux de culte

The Bureau des Wakfs sunnites a fait savoir qu'il avait l'intention de reconstruire les mosquées détruites par l'EIIL à Mossoul et dans d'autres villes irakiennes.

Le 18 mars, la première pierre a été déposée pour la la reconstruction de la mosquée historique d'al-Nabi Younus qui a été détruite par l'EIIL le 24 juillet 2014.

La mosquée Abou al-Qassim Mohammed, dans la ville de Baaqouba, province de Diyala, a rouvert le 24 mars, trois ans après qu'un attentat terroriste y ait tué au moins 20 personnes et blessé beaucoup d'autres.

Les attaques de l'EIIL contre la religion ne connaissent aucune limite, a déclaré Khadida Hamo, membre du conseil provincial de Ninive, qui est un Yazidi.

Le groupe considère quiconque pense différemment ou ne lui montre pas sa fidélité en tant qu'homme qui doit être anéanti, a-t-il déclaré à Diyaruna.

"Dans le cadre de cette violence illimitée, les terroristes ont détruit au moins 30 anciens sanctuaires Yazidi dans les zones de Sinjar, Bashiqa et Bahzani, comme les sanctuaires de Cheikh Hassan, Malik Fakhreddine et Moujamma al-Risala", a-t-il indiqué.

L'EIIL a également détruit les églises chrétiennes, a-t-il dit.

"Les gens réhabilitent maintenant ces lieux de culte avec les moyens dont ils disposent et reprennent la pratique de leurs rituels religieux", a-t-il déclaré. "C'est leur ferme réponse au terrorisme".

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500