NOUVELLES D’IRAK
Économie

Une boulangerie d'al-Bab rouvre ses portes à la grande joie des habitants

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Le pain est distribué gratuitement aux habitants d'al-Bab après que l'Armée syrienne libre a rouvert la boulangerie automatisée de la ville. [Photo tirée de la page Facebook du groupe al-Bab]

Après avoir libéré la ville syrienne d'al-Bab de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL), des factions de l'Armée syrienne libre (ASL) travaillent avec le conseil local de la ville pour fournir à la population de la nourriture et d'autres produits de base.

Les habitants ont accueilli la réouverture de la boulangerie automatisée de la ville avec un grand soulagement, car elle aidera à répondre aux besoins du grand nombre de déplacés internes (DI) qui reviennent habiter dans la ville.

« Les factions de l'ASL coopèrent avec le conseil de la ville d'al-Bab pour tout ce qui consiste à rendre disponibles les produits de base », a déclaré Hassan Ismail, membre du conseil local d'al-Bab.

Grâce à cette coopération, a-t-il rapporté à Diyaruna, la boulangerie automatisée a rouvert, et le pain est désormais disponible.

« Elle ne fonctionnait plus depuis 2015, lorsque l'EIIL avait pillé tout son équipement pour l'emmener à al-Raqqa », a-t-il rappelé, ajoutant que la seule chose qui restait de l'ancienne boulangerie était le bâtiment lui-même.

Depuis la réouverture de la boulangerie, a expliqué Ismail, le conseil local a publié plusieurs décrets pour réguler la production et la vente de pain, et a interdit l'achat et la vente de farine et de blé par des canaux non autorisés.

Distribution du pain

Le conseil local a mené un recensement des habitants de la région et a établi une liste détaillée pour faciliter la distribution de pain et d'autres aides, a déclaré Ismail.

« Le pain produit par la boulangerie automatisée est distribué [gratuitement] aux familles sur la base du recensement, et une petite partie est vendue au prix symbolique de 100 livres syriennes (0,47 $) », a-t-il poursuivi.

« La quantité de farine nécessaire pour répondre aux besoins quotidiens des habitants est d'environ cinq tonnes, tandis que la quantité actuellement disponible n'est que de trois tonnes, soit l'équivalent de 12 000 pains », a-t-il fait savoir.

Des efforts sont en cours pour résoudre ce manque, a ajouté Ismail.

« La période qui a suivi la libération de la ville d'al-Bab et de ses zones rurales des mains des éléments du groupe a été difficile pour les civils, en raison de la pénurie de la plupart des aliments », a précisé Marwan al-Shihabi, commandant d'une faction de l'ASL basée à al-Bab.

Les organisations humanitaires et d'aide ont fui la zone, car l'EIIL les prenait pour cibles et faisait obstacle à leurs opérations, a-t-il rapporté à Diyaruna.

Certains commerçants ont profité de la situation pour monopoliser la vente de farine et de blé, la vendant à des « prix scandaleux » à cause du besoin urgent, a-t-il fait savoir.

« Certains ont même monopolisé la vente de pain qui était apporté d'autres régions, faisant monter le prix à plus de 1 500 livres syriennes (7 $) », a déclaré al-Shihabi.

Nourrir la population

Al-Shihabi a expliqué que l'ASL « s'est empressé de rouvrir la boulangerie et a fait cela deux semaines après avoir libéré la ville et l'avoir débarrassée des mines ».

Mohammed al-Naouss, habitant d'Al-Bab, a indiqué à Diyaruna que la réouverture de la boulangerie d'al-Bab avait apporté la tranquillité aux habitants.

« Le pain est un produit essentiel, et le manque de farine pour en produire était une cause de préoccupation pour tous », a-t-il affirmé.

Avant que la boulangerie automatisée ait repris son activité, le pain était produit par de petites boulangeries et était de mauvaise qualité, a-t-il ajouté.

Al-Naouss a déclaré que les mesures prises pour garantir la disponibilité du pain et empêcher sa vente au marché noir « a soulagé les habitants et supprimé l'une des principales source de préoccupation quotidienne qui pesait sur les habitants ».

« Je reçois ce dont j'ai besoin tous les jours de la part de représentants du conseil local, c'est-à-dire deux pains qui suffisent pour quatre membres [de la famille], comme cela a été déterminé par le recensement effectué dans la ville et ses zones rurales », a-t-il poursuivi.

Après le recensement, le conseil a exclu de la distribution gratuite de pain plusieurs familles aisées qui peuvent se permettre d'en acheter au marché, a-t-il précisé, ce qui permet la distribution de pain gratuit à un plus grand nombre d'habitants.

La décision de mettre en place un conseil local si rapidement après la libération de la ville a facilité le retour des habitants et a permis à la vie de reprendre son cours graduellement dans la ville et ses zones rurales, a-t-il expliqué.

Des réparations et des constructions sont en cours, a-t-il ajouté, notamment la remise en activité des réseaux de distribution d'électricité et d'eau.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500