Terrorisme

L'utilisation de jeunes kamikazes yézidis par l'EIIL à Mossoul suscite la colère

Par Khalid al-Taie

image

Une capture d'écran d'une vidéo de « l'État islamique en Irak et au Levant » publiée en ligne le 14 février montre deux frères yézidis avant qu'ils ne lancent une attaque suicide contre des troupes irakiennes à Mossoul. [Fichier]

Une vidéo de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) montrant deux jeunes frères yézidi que le groupe avait enlevés à Sinjar menant des attaques suicides contre des troupes irakiennes à Mossoul a suscité choc et colère.

La vidéo, postée en ligne le 14 février, montre deux jeunes garçons originaires du village de Tal Qasab dans la province de Sinjar, que l'on pense être âgés de 11 et 12 ans, identifiés comme Amjad « Abou Yousef al-Sinjari » et Asad « Abou al-Khattab ».

L'EIIL a attaqué les régions yézidies dans le Sinjar , au nord-ouest de Mossoul, en août 2014, massacrant les hommes et enlevant des milliers de femmes et d'enfants, tandis que des dizaines de milliers furent contraints de fuir leurs maisons.

C'est la première fois que l'EIIL a annoncé avoir utilisé des enfants yézidis pour mener des attaques suicides pour son compte.

Dans cette vidéo, les jeunes garçons expliquent avoir rejoint un camp de l'EIIL en Syrie et reçu des « leçons religieuses » avant que leurs noms fussent « enregistrés sur la liste des kamikazes ».

Après quelques coups de feu tirés en l'air, la vidéo montre le moment où les deux frères montent à bord de véhicules chargés d'explosifs et le moment où ils commettent leurs attaques.

« Un signe dangereux »

Le recrutement et le lavage de cerveau par l'EIIL des deux garçons sont un « signe dangereux » qui devrait inciter chacun à « prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher que quelque chose de pire ne se produise », a déclaré Haji Kandour al-Cheikh, député irakien de la province de Ninive.

« L'envie de mourir affichée [...] par ces deux frères avant de mener leur attaque suicide reflète l'important lavage de cerveau qu'ils avaient subi et la manière dont cela les avait affectés », a expliqué al-Cheikh, lui-même yézidi, à Diyaruna.

« Les deux frères étaient des enfants yézidis enlevés par l'EIIL après avoir pris le Sinjar et qui semblaient avoir été soumis à un endoctrinement et un entraînement physique intense au combat et à l'attaque suicide », a-t-il ajouté.

« Nous avons à plusieurs reprises mis en garde sur le risque que ces enfants enlevés, dont le nombre est estimé à plusieurs centaines, puissent devenir des bombes à retardement », a-t-il rappelé. « Nous craignons que d'autres puissent être utilisés pour mener de telles opérations terroristes. »

Al-Cheikh a appelé le gouvernement et la communauté internationale à prendre des mesures urgentes pour tenter d'arracher les enfants aux griffes de l'EIIL.

On pensait initialement que les femmes et les enfants yézidis enlevés se trouvaient dans l'est de Mossoul, a-t-il indiqué.

Mais selon des informateurs locaux, a-t-il poursuivi, l'EIIL aurait transféré nombre d'entre eux vers la partie ouest de la ville, quelques jours après que les forces irakiennes eurent lancé l'opération visant à libérer les quartiers de l'est de Mossoul en octobre.

L'EIIL tente de transférer ses otages vers la région frontalière d'al-Baaj, et de là vers la ville syrienne d'al-Raqqa, a précisé al-Cheikh.

« Les forces doivent surveiller tous les chemins pour les empêcher d'être exfiltrés », a-t-il instamment demandé

Besoin urgent de libérer les Yézidis enlevés

Le journaliste et militant yézidi Khadr al-Dumali a fait part de sa colère et de son sentiment de révolte de voir l'EIIL utiliser ainsi ces deux jeunes frères comme kamikazes.

« Je m'attendais à ce que cela arrive un jour », a-t-il déclaré à Diyaruna. « Ce n'était qu'une question de temps. »

« Selon les chiffres officiels dont nous disposons, l'EIIL a enlevé 6 314 femmes et enfants yézidis, sur lesquels 1 510 filles et garçons et 2 040 femmes ont à ce jour été sauvés », a-t-il précisé.

« Le reste se trouve toutefois toujours entre les griffes de l'EIIL et nos informations indiquent que les terroristes ont recruté entre 600 et 700 enfants âgés de 5 à 17 ans », a-t-il rappelé.

Après avoir enlevé ces enfants, le groupe « les a placés dans des camps d'entraînement spéciaux à Mossoul et en Syrie, aux côtés d'enfants de plusieurs [autres] nationalités et ethnies, leur a enseigné son idéologie extrémiste et les a forcés à obéir à ses ordres et leur a fait subir un entraînement physique extrêmement dur », a expliqué al-Dumali.

L'EIIL changeant constamment le lieu où il garde les femmes et les enfants qu'il détient encore, a-t-il ajouté, il est difficile de les sauver.

« Avant le début des combats à Mossoul, nous avions des informations confirmées montrant que les militants détenaient plus de 200 femmes et enfants dans l'est de la ville », a-t-il indiqué . « Mais après la libération des quartiers de cette partie de la ville, seules onze femmes yézidies enlevées furent retrouvées. »

Al-Dumali a demandé aux forces de libération de « déployer tous leurs efforts pour les sauver d'une exploitation par les terroristes ».

Khairi Bouzani, directeur général des affaires yézidies au ministère des Dotations et des Affaires religieuses, a expliqué qu'il avait été choqué après avoir vu cette vidéo et craint que d'autres enfants yézidis soient utilisés pour mener des attaques.

L'EIIL pourrait bien réussir à laver le cerveau de certains de ces enfants, a-t-il dit redouter à Diyaruna, et le groupe pourrait bien en forcer d'autres à « devenir des combattants ou des kamikazes ».

« C'est vraiment ce que je crains », a-t-il déclaré.

Bouzani a exprimé son espoir que la retraite de l'EIIL et le rétrécissement des zones qu'il contrôle à Mossoul permettront plus facilement aux forces de sécurité de trouver et de sauver ces enfants.

« J'espère que nous aurons la possibilité de les sauver », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500