Sécurité

Des membres de tribus syriens rejoignent les FDS contre l'EIIL

Par Waleed Abou al-Khaïr au Caire

image

Les chefs de la tribu d'al-Daham annoncent en janvier l'intrégation des forces entre al-Sanadeed et les Forces démocratiques syriennes dans la lutte contre « l'État islamique en Irak et au Levant ». [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Al-Sanadeed, l'une des plus grandes forces tribales dans le nord de la Syrie, a récemment rejoint les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans leur lutte contre « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

En intégrant les rangs de l'alliance d'opposition arabo-kurde, le peuple et les principales tribus du nord de la Syrie montrent qu'ils sont unis contre l'EIIL, ont indiqué des responsables militaires.

« Les forces d'al-Sanadeed sont des forces militaires comprenant des membres de tribus, en particulier de la tribu de Shammar, s'élevant à 4 500 combattants à temps plein et autant de civils pouvant être appelés en cas de besoin », a informé Bandar al-Hamidi al-Daham, commandant militaire d'al-Sanadeed.

« Elles ont été créées en 2013 dans un but de défense contre la menace que représentait la prolifération de l'EIIL », a-t-il indiqué à Diyaruna.

Ces forces contrôlent les régions de Tel Kojar, Tel Hamis et plusieurs autres zones de la province d'al-Hasakeh, a fait savoir al-Daham.

« Elles agissent actuellement sous l'égide des FDS, ce qui est nécessaire pour unir les forces et les efforts dans le but d'éradiquer le groupe », a-t-il poursuivi.

Les forces ont des relations « excellentes » avec les autres factions des FDS, a-t-il précisé, comme les Kurdes et Assyriens.

Unis contre l'EIIL

« Le fait qu'al-Sanadeed unisse ses forces avec les FDS est un événement très important qui marque un tournant dans la guerre contre l'EIIL », a déclaré Wahid al-Khalaf, natif d'un village nouvellement libéré dans la province d'al-Raqqa, Khalaf al-Bek, et qui prend part à l'opération Colère de l'Euphrate.

Il est significatif car il refuse directement la revendication de l'EIIL selon laquelle les Arabes et les Kurdes ne s'entendent pas, a-t-il rapporté à Diyaruna, notant que le groupe a cherché à faire passer des tribus arabes de son côté sous prétexte de les protéger des Kurdes.

Le fait que les tribus s'unissent avec les FDS, qui comprend tous les composants ethniques, est un « coup majeur porté au groupe » qui sape ses tentatives de semer la discorde, a-t-il ajouté.

« L'unification des forces qui combattent l'EIIL sous l'égide d'une salle d'opérations commune est nécessaire et vitale pour la coordination de l'opération visant à libérer la région d'al-Raqqa », a-t-il affirmé.

« Cette région est vaste et demande l'effort de tous les peuples qui y habitent pour la couvrir et la protéger entièrement », a-t-il indiqué.

Les tribus rejoignant les FDS et le soutien des chefs tribaux pour ces forces devraient « rassurer la composante arabe de la région », a déclaré al-Khalaf, car cela confirme que les Arabes ne sont pas exclus de l'opération, et « qu'ils ne seront pas exclus à l'avenir ».

Ce soutien accélérera et facilitera l'évacuation des civils des lieux pouvant potentiellement devenir des zones de combat lors des opérations de libération, a-t-il expliqué.

Alors qu'ils progressent dans des zones contrôlées par l'EIIL , les soldats des FDS évacuent la plupart des civils pour assurer leur sécurité et ont créé des abris temporaires jusqu'à ce que les opérations militaires soient terminées et que les mines et les explosifs ont été éliminés.

De nombreuses tribus rejoignent les FDS

Beaucoup de tribus de la région ont suivi celle de Shammar, annonçant qu'elles étaient aux côtés des FDS, y compris des tribus des Forces d'élite syriennes, la branche militaire d'al-Ghad al-Souri (le Lendemain de la Syrie), a déclaré Mohammed al-Abdoullah, journaliste syrien vivant au Caire.

Les tribus d'al-Raqqa ont annoncé leur soutien complet aux FDS et ont appelé les jeunes de la région à intégrer ses rangs pour combattre l'EIIL.

Cela s'est produit après une réunion du 16 janvier dirigée par le chef de la tribu d'al-Walda, Cheikh Saeed Mahmoud al-Dabsa. Al-Walda est l'une des plus grandes tribus d'al-Raqqa.

« L'appui des tribus dans la bataille contre l'EIIL est crucial, car ces tribus possèdent une présence dans la plupart des zones contrôlées par le groupe », a-t-il déclaré.

De plus, leur présence n'est pas limitée à la Syrie, mais s'étend en Irak, et notamment à Mossoul, a-t-il ajouté, comme c'est le cas pour la tribu al-Daham.

Le rassemblement du peuple du nord de la Syrie autour des FDS sous une « bannière unifiée renforcera le soutien aux FDS pour l'éradication de l'EIIL », a affirmé al-Abdoullah.

Aimez-vous cet article?
6
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)