https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2017/01/20/feature-03

×
×
Sécurité |

Les résidents de Mossoul guide l'armée aux caches de l'EIIL

Par Khalid al-Taie

image

Deux experts de déminage de l'armée irakienne assurent la garde alors que leurs collègues cherchent les bâtiments piégés à l'est de Mossoul le 16 janvier, lors d'une opération en cours contre "l'Etat islamique en Irak et au Levant". [Dimitar Dilkoff/AFP]

Les résidents de Mossoul aident les forces irakiennes à trouver les caches de « l'Etat islamique en Irak et au Levant » (EIIL) dans les quartiers résidentiels et les établissements publics dans la ville, ont fait savoir des responsables militaires et locaux à Diyaruna.

Lors de son occupation de la ville de la province de Ninive, le groupe a pris le contrôle de maisons privées et de bâtiments gouvernementaux, les utilisant comme postes militaire, comme couverture des frappes aériennes et pour entraver le progrès des forces libératrices, ont-ils confié.

« Les terroristes n'hésitaient pas à tout faire pour perturber l'avancée de nos troupes et mettre des obstacles à leur progrès ,» a précisé le chef de la police fédérale le lieutenant général Raed Shaker Jawdat à Diyaruna.

« L'une de leurs méthodes était d'exploiter les maisons des citoyens, les bâtiments gouvernementaux et les installations de service pour éviter les bombardements aériens et les tirs d'infanterie, les utilisant comme forteresses et caches pour stocker les armes et fabriquer les bombes pour piéger les voitures et attaquer nos forces », a-t-il souligné.

« Cela démontre le degré de leur mépris des vies des innocents, qui sont exposés au danger, et il expose la fausseté de ce qu'ils sont, puisqu'ils ne sont que des lâches, sans merci et inhumains », a précisé Jawdat.

La coopération des civils a aidé les forces libératrice à défier et vaincre le groupe dans plusieurs quartiers de Mossoul sur la rive gauche du Tigre, poursuit-il.

Cibler l'EIIL, préserver les maisons

« A chaque avancée, les citoyens nous fournissent beaucoup d'informations sur les bastions secrets et camouflés des terroristes, qui sont souvent des maisons, écoles, hôpitaux, projets de services, bâtiments gouvernementaux ou mosquées », a affirmé Jawdat.

« Après réception de ces informations, nos troupes poursuivent et ciblent l'ennemi », a-t-il ajouté, contraignant les combattants de l'EIIL à se montrer pour que les bâtiments et l'infrastructure ne soient pas détruits dans les frappes aériennes.

« Grâce à cette coopération, nous avions pu sécuriser et protéger plusieurs bâtiments et projets d'infrastructure sur la rive gauche de Mossoul », a-t-il dit.

Cela comprend la principale station d’électricité et le complexe des minoteries, a-t-il affirmé, ajoutant que les forces irakiennes ont également détruit des postes de l'EIIL tels que le « Siège de ses soldats du Califat » dans le quartier al-Mithaq.

Depuis le début de la deuxième phase du combat pour libérer les quartiers de Mossoul sur la rive gauche du Tigre fin décembre, poursuit Jawdat, « Nous avons tué 1920 terroristes dont 27 hauts dirigeants de l'organisation terroriste, et détruit 63 véhicules chargés d'explosifs conduits par des kamikazes en plus de 78 véhicules militaires ».

« La plupart des quartiers de la rive gauche, tels que Somar, Wehda, Aden, al-Intisar, al-Shaimaa et al-Mithaq sont maintenant sous le contrôle total de nos forces, sur une superficie globale d'environ 64 kilomètres carrés », a-t-il ajouté.

Les résidents soutiennent les forces de sécurité

« Le soutien des résidents de Mossoul à leurs forces militaires a contrecarré toutes les tentatives par les militants à profiter des conditions complexes de la bataille pour la libération », a indiqué le président adjoint du conseil provincial de Ninive Noureddine Kabalan.

« Au début de la bataille, l'ennemi a essayé de se barricader, utilisant les résidents [comme boucliers humains], et se sont réfugiés dans les bâtiments civils », a-t-il dit à Diyaruna.

Le groupe utilisait ces bâtiments comme bases pour mener ses opérations offensives, pour échapper aux frappes et bombardements irakiens et de la coalition, dit-il.

« Mais la cohésion du peuple avec ses forces libératrices et la présentation de rapports de renseignement sur les emplacements des terroristes et leurs mouvements ont forcé l'ennemi à changer ses caches », dit-il.

Les combattants de l'EIIL sont traqués à travers « des opérations terrestres et aériennes uniques dans lesquelles les techniques de surveillance et de reconnaissance ont été utilisées, outre les avions télécommandés et les bombardiers », a expliqué Kabalan.

« L'expérience et entraînement » des forces libératrices ont également contribué à la chute du plan de l'EIIL à exploiter la densité de la population dans la ville et les bâtiments civils, pour son propre avantage, a-t-il relaté.

La sécurité des civils passe en premier

Le retard à libérer Mossoul n'est pas un signe de la force de l'EIIL, mais démontre la priorité des forces de sécurité, qui est de préserver la sécurité des civils, a précisé le membre du conseil provincial de Ninive Seydou Hussein al-Tatani à Diyaruna.

C'est leur désir de préserver les vies civiles et l'infrastructure de la ville qui empêchent une résolution rapide de la bataille, a-t-il affirmé.

« Les militants essayent toujours de compliquer le combat, en prenant couverture dans les maisons, écoles et bâtiments publics, puisqu'ils savent que nos troupes ne les cibleront pas avec les armes lourdes, et qu'ils ne seront pas bombardés par les avions de la coalition internationale qui cherchent à épargner les vies des innocents », dit-il.

« Malgré cette sale méthode suivie par les terroristes, nos forces réalisent, à l'aide des résidents, un bon progrès sur le terrain, et libèrent d'autres quartiers et installations gouvernementales de leur emprise », conclut-il.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire