Sécurité

Les villes de l'Anbar renforcent les mesures de sécurité

Alaa Hussain à Bagdad

image

Des policiers irakiens conduisent une patrouille terrestre dans la province de l'Anbar près de la ville de Falloujah. [Photo fournie par la Direction de la police de l'Anbar]

Le commandement de la police de l'Anbar a récemment annoncé une série de nouvelles mesures visant à mettre fin aux brèches de sécurité aux entrées et aux points de contrôle des villes à la suite de plusieurs attentats à la voiture piégée de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL).

Ceux-ci incluront le déploiement de détecteurs d'explosifs aux entrées des villes, a annoncé à Diyaruna le maire de Ramadi Ibrahim al-Awsaj.

Dans un proche avenir, la police commencera à utiliser des véhicules sonars, a-t-il dit, qui comprennent des équipements de pointe capables de détecter des armes et des explosifs.

Les véhicules seront déployés en coordination avec le ministère de l'Intérieur, le commandement de la police de l'Anbar et le conseil provincial de l'Anbar.

"Le chef de la police de l'Anbar, le général de division Hadi Kassar Erzaij, supervisera personnellement la formation, qui sera assurée par des experts en explosifs, du personnel de police qui utilisera les véhicules sonar", a déclaré le maire.

Cela intervient en conjonction avec le resserrement des procédures d'inspection des explosifs de véhicules à l'entrée des villes de l'Anbar pour empêcher les éléments de l'EIIL de s'infiltrer dans la province à nouveau, a-t-il souligné.

Besoin de vigilance publique

Du fait qu'il est soumis à une pression croissante à Mossoul, l'EIIL a monté une série d'attaques dans l'Anbar qui ont été mitigées en raison de la vigilance accrue des forces de sécurité et de la coopération des civils, ont indiqué des responsables.

Le 19 novembre, trois membres des forces irakiennes ont été tués lorsqu'une bombe plantée par l'EIIL dans un camion qu'ils essayaient de désamorcer a explosé à Ramadi, a rapporté l'AFP.

Un gros camion rempli d'explosifs a été intercepté par les forces de sécurité dans le quartier Tamim de la ville.

"Trois membres de l'équipe de la police de neutralisation des bombes, l'un d'entre eux un lieutenant-colonel, ont été tués et le chef de l'équipe a été blessé, alors qu'ils essayaient de désamorcer la bombe", a déclaré un lieutenant-colonel de la police.

Le porte-parole du ministère irakien de l'Intérieur a déclaré que le chauffeur avait été arrêté.

"Le but des terroristes était d'entrer dans la région de Tamim et de détruire l'un des principaux ponts de la ville pour couper le centre de Ramadi de ses bords occidentaux", a déclaré Falah Qaraghouli, commandant des forces de mobilisation tribale dans l'ouest de l'Anbar.

Les forces de sécurité ont reçu des informations sur le camion deux jours auparavant et surveillaient son arrivée par l'axe occidental de la ville, a-t-il déclaré à Diyaruna.

Le camion a été stoppé et son conducteur a été arrêté avant qu'il atteigne sa cible, dans un endroit loin des quartiers résidentiels, a-t-il dit.

Dans la ville proche de Falloujah, les mesures de sécurité ont été renforcées à la suite de deux attentats à la voiture piégée du 15 novembre, selon des responsables.

"Les deux voitures piégées ont été conduites par des kamikazes qui ont fui Falloujah après les batailles de libération", a déclaré à Diyaruna le chef de la police de Falloujah, le colonel Jamal al-Joumaili.

Personne ne soutient l'EIIL à l'intérieur de la ville, ce qui signifie que le groupe a été forcé de mener des attaques de l'extérieur, a-t-il noté.

Soutien aux forces de sécurité

L'EIIL continue de cibler les villes de l'Anbar, en dépit de ses pertes à al-Rautba , Falloujah et Ramadi, a indiqué al-Joumaili.

Mais la plupart des attaques ont échoué, en raison de l'amélioration de la situation sécuritaire dans la province, a-t-il dit, attribuant cela à la grande coopération des civils avec l'appareil de sécurité.

La coopération avec les forces de sécurité a été "importante", a-t-il dit, surtout quand le public partage des informations avec les forces de police locales et d'autres services de sécurité et se conforme aux instructions de sécurité.

Les habitants déplacés de Falloujah sont retournés chez eux après que leur identité a été vérifiée et ils ont reçu des permis de sécurité, a déclaré Karim al-Karbouli, membre du conseil provincial de l'Anbar.

"Vous ne trouverez aucun suspect soutenant le terrorisme dans la ville, excepté ceux qui essayent de s'y infiltrer", a-t-il informé Diyaruna.

Les résidents ont beaucoup souffert de la part de l'EIIL, a-t-il dit. Par conséquent, ils fournissent des informations aux forces de sécurité et se conforment aux nouvelles mesures de sécurité car ils ne veulent pas que ces jours-là reviennent.

Aimez-vous cet article?
5
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)