Terrorisme

Les résidents d'al-Raqqa attendent avec impatience les forces libératrices

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un point de contrôle de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" dans une rue d'al-Raqqa. [Photo fournie par al-Raqqa est massacrée en silence]

Alors que les forces de libération continuent leur avancée vers la ville syrienne d'al-Raqqa, les résidents locaux disent que « l'Etat islamique en Irak et au Levant » (EIIL) multiplient ses tentatives pour contrôler leurs vies, esprits et mouvements.

Les forces démocratiques syriennes (FDS) combattent le groupe à environ 25 kilomètres au nord de la ville dans le cadre de l'Opération Fureur de l'Euphrate lancée le 6 novembre.

Piégée dans la ville physiquement et financièrement, du fait de leur incapacité à gagner leur vies ou fuir, les résidents ont affirmé à Diyaruna qu'ils vivent dans des conditions difficiles et attendent d'être secourus pour qu'ils puissent reprendre leurs vies.

Pendant ce temps, les éléments de l'EIIL profitent de leur situation pour affirmer leur contrôle, imposer leur idéologie extrémiste et extorquer de l'argent à travers différents moyens.

Black-out médiatique

« Le groupe effectue de plus en plus de campagnes de fouilles [des maisons] depuis le début de l'opération Fureur de l'Euphrate, et toute maison peut être fouillée à tout moment », a confié Nasser al-Ali, enseignant à al-Raqqa utilisant un pseudonyme par souci de sécurité.

Dans le passé, les éléments de l'EIIL demandaient le propriétaire avant d'entrer une propriété privée, a-t-il affirmé à Diyaruna, mais maintenant, ils entrent dès que la porte s'ouvre.

« Ils passent à la fouille de la maison minutieusement pour tout moyen de communication, et les récepteurs de satellite en particulier », a-t-il dit.

Cela a commencé après que les rumeurs ont circulé dans la ville que beaucoup de gens installaient secrètement les récepteurs de satellite pour apprendre ce qui se passaient dans le monde extérieur, dit-il.

Ils sont également à la recherche de téléphones avec des cartes SIM qui activent la connexion internet, poursuit-il, les confisquant et emprisonnant leur propriétaire pendant des périodes allant jusqu'à deux semaines.

« Les cybercafés sont maintenant sous le contrôle total du groupe, et la plupart du temps les civils sont interdits d'entrer, puisque l'entrée est limitée aux éléments de l'EIIL », a-t-il souligné.

Lorsqu'ils sont ouverts aux civils, les utilisateurs sont supervisés de près et les écrans d'ordinateur sont tournés pour faire face au bureau du propriétaire du cybercafé, qui a souvent des éléments d'al-hesba (« police religieuse ») assis avec lui, a dit al-Ali.

Pendant ce temps, le groupe insiste que les enfants locaux vont à ses écoles et absorbent son idéologie extrémiste et ses leçons en combats et armes, a-t-il ajouté.

Tactique pour forcer les civils à rester

Il est devenu impossible de fuir al-Raqqa, déclare le résident de la ville Amjad al-Mohammed à Diyaruna, utilisant un pseudonyme par souci de sécurité.

« Dans le passé, le voyage de et vers tous les villages et fermes d'al-Raqqa était permis car la zone entière était sous le contrôle du groupe », dit-il. « Mais maintenant même partir aux zones rurales est interdit, et quiconque part est passible d'être interdit de retourner à sa maison. »

Le bureau de l'EIIL qui gère les biens immobiliers du groupe confisque toute maison laissée inoccupée par son propriétaire, a relaté al-Mohammed, ce qui a « forcé des centaines de familles à rester dans la ville ».

Les résidents savent que c'est une nouvelle tactique pour les forcer à rester dans la ville « comme boucliers humains » pour protéger les éléments de l'EIIL de toute future opération qui ciblera certainement les positions de l'EIIL et les maisons de ses combattants à al-Raqqa, a-t-il expliqué.

La permission pour quitter al-Raqqa est donnée seulement dans des cas spéciaux, poursuit-il, et est typiquement autorisée seulement pour ceux qui sont proches du groupe, en particulier certains marchands et cambistes.

Pendant ce temps, les résidents ordinaires qui reçoivent l'autorisation doivent laisser tous leurs effets comme garantie de leur retour, dit-il, dont la date doit être précisée avant leur départ.

Les combattants de l'EIIL rassemblés à al-Raqqa

L'EIIL intensifie son harcèlement des civils quand les affrontements s'acharnent dans les zones rurales d'al-Raqqa , a indiqué le commerçant local Wael Mustafa, qui utilise un pseudonyme par souci de sécurité.

« Les résidents sont maintenant tenus responsables pour les raisons les plus triviales et sont condamnés à payer des amendes au lieu de subir [ses] formes traditionnelles de punition comme la prison ou la flagellation devant tout le monde dans les places publiques », a-t-il ajouté à Diyaruna.

Les amendes sont imposées lorsque les gens sont en retard pour la prière, ouvrent un magasin à l'heure de la prière, vendent des produits interdits, ou lorsqu'une femme quitte sa maison sans un mahram (gardien mâle paternel), poursuit-il.

« Ces amendes sont souvent exigées à être payer en dollars américains, ce qui constitue un fardeau pour les résidents vu leurs conditions de vie », a souligné Mustafa.

Les résidents qui travaillent en agriculture ont encouru d'énormes pertes, dit-il, puisqu'ils paient un loyer pour leur terrain à l'EIIL, mais ne peuvent pas accéder au terrain en raison de l'insécurité actuelle, dit-il.

En plus, poursuit Mustafa, « un couvre-feu est semi-appliqué, en dépit du fait qu'il n'a jamais été déclaré. Après 21 heures, les rues de la ville deviennent désertes avec seulement les éléments du groupe présents dans les rues dans des patrouilles nocturnes ».

Le nombre d'éléments de l'EIIL dans la ville a beaucoup augmenté,a-t-il remarqué.

« Il est dit que la plupart des combattants de la ville de Jarablous sont maintenant à al-Raqqa, et que plusieurs autres groupes sont arrivés de l'Irak récemment », conclut-il.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500