https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/12/05/feature-01

×
×
Sécurité |

Le conseil municipal de Bashiqa s'emploie à reconstruire

Par Khalid al-Taie

image

"L'Etat islamique en Irak et au Levant" a laissé derrière lui une vague de destruction à Bashiqa qui a affecté les maisons, les infrastructures et les lieux de culte. [Photo fournie par le conseil provincial de Ninive]

A une dizaine de kilomètres au nord-est de Mossoul, la ville de Bashiqa, située dans la province de Ninive, est témoin d'une activité intense alors que son conseil municipal tente de reconstruire tout ce qui a été détruit par l'EIIL après deux ans sous le contrôle du groupe.

Le 8 novembre, les forces peshmerga irakiennes ont expulsé les éléments de l'EIIL de Bashiqa , mais le niveau des dégâts qu'ils ont laissé représente environ 30% des maisons détruites, des édifices gouvernementaux et des infrastructures, a déclaré Hussain al-Shabaki, membre du conseil municipal.

L'EIIL a transformé la ville en "zone sinistrée", a-t-il dit à Diyaruna.

"Il n'y a ni eau potable ni électricité, a-t-il indiqué. La plupart des services publics ont été partiellement ou complètement détruits par les terroristes".

"Beaucoup de maisons, de propriétés privées et de lieux de culte n'ont pas échappé non plus à cette destruction délibérée ", a-t-il ajouté.

Le conseil municipal travaille avec diligence pour la réhabilitation de la ville, a déclaré al-Shabaki. "Nous disposons de milliers de tonnes de ciment résultant du bombardement du bâtiment du conseil et de la direction vétérinaire à proximité".

En outre, les rues principales sont nettoyées de tas de décombres, de voitures brûlées et de débris de guerre, a-t-il fait savoir.

Toutefois, les mines terrestres et les engins explosifs empêchent les forces irakiennes de progresser, a-t-il précisé, soulignant que "des experts en bombes démantèlent des engins explosifs improvisés (IED), mais il y a des milliers d'entre eux dispersés dans une vaste zone géographique, ce qui rend difficile le processus de nettoyage et d'élimination".

En plus de piéger de nombreux bâtiments à Bashiqa, l'EIIL a également placé des explosifs dans et autour des puits d'eau artésiens.

Al-Shabaki a exhorté le gouvernement et les organisations locales et internationales à fournir l'aide nécessaire pour aider à la reconstruction de la ville.

Il a également demandé une compensation financière pour ceux dont les maisons ont été détruites afin qu'ils puissent reconstruire leur vie.

Crimes contre les minorités

Les Yazidis représentent plus de 70% des habitants de Bashiqa, avec une minorité de chrétiens et d'autres sectes, selon Kawa Ido al-Khitari, activiste yazidi des droits de l'homme et chef de l'organisation Jafeen pour le développement.

Bashiqa n'a pas encore connu le retour de ses habitants, dont la plupart - environ 100.000 familles - ont fui vers la région kurde, a-t-il dit à Diyaruna.

"La ville n'est pas encore totalement dépourvue de dispositifs explosifs et les services sont toujours indisponibles, mais il y a des efforts locaux intensifs pour éliminer tous les signes de destruction laissés par les terroristes", a-t-il affirmé.

Au moins 350 maisons ont été détruites, a-t-il dit, en plus des sanctuaires, des temples et des églises.

Al-Khitari a déclaré que son organisation a cherché à documenter tous les crimes commis par l'EIIL à Bashiqa et dans d'autres régions de la plaine de Ninive où vivent côte à côte des ethnies et des sectes irakiennes différentes.

"Nous devons reconstruire l'héritage culturel et religieux de la population dans un effort commun national et international, mais nous devons d'abord commencer par les projets de services publics les plus urgents", a-t-il noté.

Al-Khitari a exhorté le gouvernement à mettre en place des programmes qui jettent les bases de la paix et de la sécurité dans les zones libérées du terrorisme.

Les habitants de Bashiqa, comme d'autres villes et villages occupés par l'EIIL, ont été témoins d'incidents "catastrophiques sans précédent dans l'histoire moderne", a déclaré Mahjar Khalil, maire de Sinjar.

"Les terroristes ont chassé tous les habitants de Bashiqa, tué tous ceux qu'ils ont capturés, pillé et détruit des lieux de culte et des propriétés privées et publiques", a-t-il déclaré à Diyaruna.

Khalil a appelé tous les résidents à ne ménager aucun effort pour participer aux travaux de reconstruction.

"Après avoir remporté la victoire [contre l'EIIL], nous devons maintenant travailler ensemble pour ramener la ville et ses services à ce qu'ils étaient autrefois afin que les gens puissent vivre leur vie quotidienne en se sentant en sécurité et sans crainte", a-t-il déclaré.

Aimez-vous cet article?
2
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha