https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/11/18/feature-02

×
×
Sécurité |

Les résidents d'Al-Raqa fuient alors que la bataille de libération s'annonce

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les habitants d'Al-Raqa fuient 'l'Etat islamique en Irak et au Levant' en direction des villes nordiques d'Ayn Issa et Tal Abyad à la frontière avec la Turquie. [Photo fournie par les Forces démocratiques syriennes]

Alors que la bataille pour la libération de la ville syrienne d'Al-Raqa s'approche, de nombreux civils craignent que l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) les utilise comme boucliers humains et tente de fuir la zone, disent des responsables locaux à Diyaruna.

Les habitants disent que l'EIIL a resserré son emprise sur la ville depuis que les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé l'opération le 5 Novembre, décrétant la fermeture des cyber cafés, faisant respecter les interdictions de voyage et mettant en place de nouveaux points de contrôle.

Depuis, selon les résidents, l'EIIL a essayé de sceller la ville l'isolant du reste du monde extérieur et imposant un black-out médiatique sur la population de plus de 300 000.

Ceux qui parviennent à s'échapper d'Al-Raqa sont confrontés à un défi différent : le début de l'hiver et les pénuries d'aide menacent la santé des populations déplacées qui s'abritent dans les camps d'Ayn Issa et Tel Abyad.

"Les personnes déplacées à l'intérieur des villages de la région rurale d'Al-Raqa se dirigent principalement vers Ayn Issa et Tel Abyad par des couloirs humanitaires sécurisés que les FDS ont mis en place pour assurer la sécurité des civils qui fuient les zones de l'EIIL", a déclaré Abdel Fattah Nasreddine,

Le processus de déplacement des civils n'est pas facile, a-t-il dit à Diyaruna, car les forces de sécurité doivent d'abord s'assurer que les éléments de l'EIIL ne les attraperont pas lorsqu'ils tenteront d'échapper.

Leur départ et leur mouvement doivent également être coordonnés pour s'assurer qu'ils sont hors de la voie des attaques aériennes visant l'EIIL, a-t-il noté, "surtout s'ils se déplacent en grands groupes".

Une fois qu'ils sont arrivés dans des zones sûres, les déplacés internes sont fouillés et leurs identifiants vérifiés pour empêcher l'infiltration par les éléments de l'EIIL qui cherchent à s'échapper ou à perpétrer des attentats suicides contre des civils ou des forces de sécurité, a déclaré Nasreddine.

Ils sont ensuite déplacés dans des camps temporaires à Ayn Issa et Tel Abyad près de la frontière turque, ou dans le camp de Mabrouka près de la ville d'al-Hassakeh, a-t-il précisé.

Organismes de secours en alerte

Les organisations de secours d'Ayn Issa, de Tel Abyad et d'al-Hassakeh ont été mobilisées pour faire face à la vague de déplacement prévue après le début de l'opération, a déclaré Ocalan Cheikhi, un agent humanitaire à la frontière turco-syrienne.

"Cependant, les préparations restent très maigres en raison de la modestie des ressources disponibles et du besoin urgent d'un soutien international et mondial pour les efforts de secours à la lumière de l'augmentation attendue du nombre de déplacés internes", a-t-il déclaré à Diyaruna.

Plus de 800 000 civils restent dans les zones contrôlées par l'EIIL et ne peuvent pas s'échapper à Ayn Issa et Tel Abyad, a-t-il dit, notant que les zones environnantes, telles que Deir Ezzor, al-Hassakeh, Palmyre, Hama et les zones rurales de l'est, sont contrôlées par l'EIIL ou le régime.

Cheikhi estime que plus de 5 000 hommes, femmes et enfants, dont la plupart sont pauvres ou agriculteurs, ont été déplacés des zones rurales du nord d'Al-Raqa depuis le début de l'offensive militaire.

La Croix-Rouge kurde fournit à ces personnes des soins médicaux et s'emploie à fournir des médicaments et des soins médicaux urgents aux personnes âgées, aux enfants et aux personnes atteintes de maladies chroniques, a-t-il souligné.

En attendant, l'Organisation de Kobani pour le secours et le développement fournit de la nourriture et des besoins de base à un grand nombre de personnes déplacées en coopération avec le groupe de bienfaisance chrétien AVC International, a-t-il ajouté.

"Le plus grand défi auquel font face les personnes déplacées et les personnes impliquées dans les secours est le fait que la nouvelle vague de déplacement coïncide avec l'arrivée de l'hiver", a déclaré Cheikhi, ajoutant que cela nécessitera des efforts supplémentaires pour sécuriser les couvertures, le carburant et les médicaments.

Evasion d'un agriculteur

La plupart des personnes qui ont fui au début des combats viennent de villages et de fermes à la périphérie de la province du nord d'al-Raqa, a déclaré l'agriculteur local Majd al-Jassim, originaire du village d'Arikat dans la campagne d'al-Raqa qui abrite Ayn Issa .

Ces personnes "appartiennent à des communautés agricoles qui dépendent entièrement de l'agriculture et de l'élevage", a-t-il déclaré à Diyaruna.

Au fur et à mesure que les combats approchent, les éléments de l'EIIL se retirèrent de plusieurs zones, ce qui donne aux résidents la possibilité de s'échapper vers des zones sûres.

La situation est vraiment désastreuse pour les personnes déplacées, a déclaré M. Al Jassim, "surtout compte tenu de la souffrance qu'ils ont enduré pendant des mois en raison du manque de ressources et du fait que certains étaient au-dessous du seuil de pauvreté pour commencer".

Certains ont échappé à pied en laissant derrière eux leurs maisons et leurs modestes possessions, tandis que d'autres qui ont des moyens ont été en mesure de fuir à bord de leurs camions et des machines agricoles emportant avec eux des têtes de bétail, a-t-il ajouté.

Al-Jassim a dit que lui et un certain nombre de familles de son village et d'autres villages voisins "ont choisi de fuir plutôt que de rester et être à la merci des éléments de l'EIIL qui les utiliseraient comme boucliers humains".

Les FDS ont obtenu un passage pour eux hors du village d'Arikat, a-t-il dit, en identifiant une route sans mines qui garantit également qu'ils ne seraient pas sur le chemin des attaques aériennes ou être confondus avec les éléments de l'EIIL s'infiltrant dans la zone ou fuyant al-Raqa.

Aimez-vous cet article?
4
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire