Sécurité

Les forces irakiennes finalisent les préparatifs pour libérer la province de l'Anbar de 'l'EIIL'

Alaa Hussain à Bagdad

image

Les soldats irakiens hissent le drapeau irakien au sommet d'un immeuble à Heet dans la province de l'Anbar après sa libération de "l'Etat islamique en Irak et au Levant". [Photo fournie par le Commandement des opérations interarmées]

Les forces irakiennes et les combattants de mobilisation tribales ont achevé les préparatifs de leur offensive sur les derniers territoires restants sous le contrôle de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) dans la province de l'Anbar, ont annoncé des responsables militaires irakiens.

Une fois les villes de Rawa, Ana et al-Qaïm, situées dans la partie occidentale de l'Anbar sont libérées, la province sera déclarée pleinement dénudée de toute présence de l'EIIL, ont-ils dit à Diyaruna.

Rawa et Anna sont situés le long de la partie supérieure du fleuve Euphrate, tandis qu'al-Qaïm est située sur la frontière syrienne et elle a été utilisée par l'EIIL pour abriter ses hauts dirigeants et tenir des réunions importantes en raison de son emplacement stratégique à proximité de la frontière orientale de la Syrie.

"Les unités militaires de la 7ème division de l'armée irakienne et les forces d'al-Jazeera et Al-Badiya ont terminé leurs préparatifs sécuritaires et logistiques pour libérer les villes de l'Anbar ouest de l'emprise de l'EIIL", a indiqué le commandant de la 7ème division le major général Nouman al-Zawbai dans une déclaration faite à Diyaruna.

L'EIIL lance une attaque sur al-Rautbah

Dimanche 23 octobre, les combattants de l'EIIL ont repris des parties d'al-Rautbah, une ville lontaine, mais stratégique dans la province de l'Anbar située près de la frontière jordanienne .

L'EIIL a saisi brièvement le bureau du maire avant d'être épinglé une nouvelle fois par les forces de sécurité, mais ses éléments étaient encore déployés dans d'autres quartiers de la ville, a rapporté l'AFP.

"Ils ont capturé des gens - des civils et des policiers - et les ont exécutés", a déclaré un colonel de l'armée irakienne à l'AFP, ajoutant "qu'au moins cinq personnes ont été exécutées" dimanche.

Le lieutenant-général Ismail al-Mahalawi, chef du commandement des opérations de la province de l'Anbar, a confirmé les exécutions, mais a indiqué que les forces irakiennes reprenaient le dessus.

"Les unités militaires de la 8ème division de (l'armée) et une brigade du commandement des opérations de l'Anbar se sont déplacées à Al-Rautbah, pour chasser l'EIIL des positions qu'il a contrôlées dans la ville", a-t-il dit.

L'attaque contre al-Rautbah est considérée comme une nouvelle tentative de l'EIIL pour attirer l'attention et les ressources militaires irakiennes loin de Mossoul , qui est leur dernier bastion majeur dans le pays.

Effort unifié

Après la libération du lac Tharthar en mars et la sécurisation de la route reliant Baiji à Haditha, les forces irakiennes sont maintenant prêtes à prendre d'assaut les derniers bastions de l'EIIL dans l'Anbar, dit-il.

"Le nombre d'éléments de l'EIIL contrôlant ces villes ne fait aucune différence pour les forces irakiennes, qui sont déterminées à les éliminer ou de les chasser au delà de la frontière", a-t-il dit.

L'opération sera soutenue par les forces aériennes irakiennes et les avions de combat de la coalition, a-t-il dit, ajoutant que "les forces de mobilisation tribale tiendront le territoire dans les zones libérées".

L'opération de libération de ces villes va bientôt commencer, a affirmé le commandant de mobilisation tribale de la région d'al-Bagdadi cheikh Qatari al-Samarmad dans une déclaration à Diyaruna.

"Les combattants tribaux vont jouer un rôle majeur dans les combats, y compris les tribus d'al-Jaghaifa, Albou Nimr et Albou Mahal, et la mobilisation nouvellement formée des zones à l'ouest de Rawa et Ana", a-t-il précisé à Diyaruna.

Il y a un haut niveau de coordination avec les forces de sécurité, a-t-il fait savoir, notant que les forces de la 7ème division fournissent des armes et du matériel aux combattants de la mobilisation.

"Les missions sont réparties entre les deux côtés, les forces de l'armée sont en charge de l'assaut des villes et les combattants de la mobilisation sont chargés de tenir le territoire libéré", a-t-il dit.

Accueillir les résidents déplacés

"Le gouvernement local de l'Anbar a élaboré un plan global pour accueillir et héberger les familles qui pourraient être déplacées de ces régions après le début des opérations", a déclaré le membre du conseil provincial Fahd al-Rashed à Diyaruna.

Les plans d'accueil des personnes déplacées sont similaires à ceux mis en œuvre dans d'autres régions de la province, comme Ramadi et Falloujah, a-t-il précisé, ajoutant que "les responsables locaux ont maintenant une expérience significative dans ce domaine".

"L'EIIL ne sera pas en mesure de mettre en place assez de résistance dans ces villes en raison du moral dégradé de ses combattants", a-t-il dit.

"Par conséquent, il n'y aura pas de combats destructeurs dans cette province et des plans visant le rétablissement de la stabilité et la reconstruction de ces villes seront probablement beaucoup plus faciles que dans d'autres parties [de l'Anbar] », a déclaré al-Rashid.

Étant donné que les villes sont situées à proximité des frontières avec la Syrie et la Jordanie, les forces irakiennes "doivent s'employer pour sécuriser ces frontières afin d'empêcher les tentatives d'infiltration par des terroristes des pays voisins", a-t-il dit.

"Les frontières internationales reliant l'Anbar avec les pays voisins s'étendent le long de vastes étendues de terre et nécessitent de grandes forces et le soutien international pour les sécuriser de manière adéquate", a-t-il ajouté.

L'effondrement de l'EIIL à Falloujah, Saqlawiyah et Ramadi a porté un coup terrible au groupe à l'Anbar, a-t-il affirmé, 70% de ses combattants avaient été déployés dans ces villes.

Aimez-vous cet article?
3
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)