https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/09/26/feature-02

×
×
Terrorisme |

Indignation : l'EIIL tue des citoyens comme des moutons dans une vidéo de l'Aïd

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Image de la vidéo publiée par « l'État islamique en Irak et au Levant » à l'Aïd al-Adha, quelques secondes avant qu'un de ses combattants tranche la gorge des victimes syriennes.

Le 12 septembre, premier jour de l'Aïd al-Adha, « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) a publié une vidéo montrant ses soldats tranchant la gorge de 19 « espions » présumés dans la ville syrienne de Deir Ezzor, et les pendant tête en bas à des crochets, comme le font les bouchers avec les moutons.

Dans cette vidéo, l'EIIL prétend que les victimes agissaient sous les ordres d'un homme appelé Haidar Mohammed al-Abdoullah, qui habite en Turquie.

L'EIIL affirme qu'al-Abdoullah était un officier de sécurité dans l'ancien Front al-Nosra (FAN), désormais appelé Front Fatah al-Cham, avant de rejoindre une milice kurde pour ensuite devenir un agent de la coalition internationale.

Le groupe militant « al-Raqa est massacrée en silence » a décrit le document comme la « pire vidéo » qu'il ait vue.

image

Les résidents de Deir Ezzor, sous contrôle de « l'État islamique en Irak et au Levant », sur un marché local. Le groupe extrémiste a posté une vidéo le jour de l'Aïd al-Adha montrant le massacre de Syriens originaires de la province. [Photo fournie par Mahmoud Nader]

Profanation d'une fête islamique

« L'EIIL confirme à nouveau qu'il viole toutes les valeurs humaines et religieuses », a affirmé le clerc d'Al-Azhar Cheikh Abdel Moneim Mohammed, imam de la mosquée d'al-Nour à al-Maadi.

L'EIIL est un groupe assoiffé de sang qui « ne fait pas la différence entre les musulmans et les non-musulmans, à partir du moment où il peut verser du sang », a-t-il déclaré à Diyaruna.

La vidéo publiée à l'Aïd est une profanation délibérée de ce jour de fête et de ses rituels, qui sont observés par les musulmans depuis des centaines d'années, a-t-il poursuivi.

« Le simple fait de traiter des humains comme des animaux est un péché majeur impardonnable, surtout car les citoyens ont été massacrés comme du bétail », a indiqué Mohammed.

« Les sacrifices humains sont étrangers aux rituels et coutumes de l'islam », a-t-il déclaré, notant que les actions de l'EIIL déforment délibérément l'islam.

« L'EIIL gâche intentionnellement la joie des citoyens vivant dans les zones qu'il contrôle, et avait déjà interdit les prières [de tarawih] et tous les rituels joyeux », a-t-il expliqué.

De nombreux imams ont dénoncé l'incident dans leurs sermons de l'Aïd, a-t-il ajouté, soulignant la « brutalité du groupe » et assurant à leurs congrégations que le Dar al-Iftaa égyptien rejette fermement l'EIIL et son idéologie.

L'Observatoire Dar al-Iftaa al-Fatwa a publié un communiqué condamnant la vidéo, insistant sur le fait que selon la charia, « tuer une âme est équivalent à tuer toute l'humanité ».

Les habitants de Deir Ezzor sont terrorisés

L'EIIL a choisi de mener cet « acte haineux » à Deir Ezzor pour tenter de terroriser les résidents et d'affermir son contrôle suite aux nombreuses défaites qu'il a subies dernièrement, a déclaré Mahmoud Nader, un militant de la campagne « Deir Ezzor sous le feu », qui documente les mauvais traitements de l'EIIL dans la région.

« L'EIIL se retire de nombreuses régions dont lesquelles il était présent », a indiqué Nader, qui a demandé d'utiliser un pseudonyme pour sa sécurité.

Les résidents de Deir Ezzor sont connus pour leurs fortes attaches tribales, a-t-il expliqué, ajoutant qu'après que l'EIIL ait tenté de recruter de force des jeunes hommes, ils ont commencé à les faire sortir illégalement de la province.

Ceci a causé l'inquiétude du groupe, a-t-il rapporté, notant que la tribu al-Akaidat fait partie de celles dont les membres ont quitté l'EIIL.

« Deux des transfuges récents les plus importants sont Mohammad Karim al-Rafdan, de la tribu al-Akaidat », a-t-il déclaré. « Ils ont été contraints de combattre dans les rangs de l'EIIL, et leur évasion a eu un impact significatif sur les habitants. »

En août 2014, dans les villages d'Abou Hamam, al-Kashkiyeh et Ghranij, dans la province de Deir Ezzor, l'EIIL a exécuté environ 700 membres de la tribu de Shaitat après que celle-ci leur ait tenu tête et ait refusé de prêter allégeance au groupe.

Le deuil remplace les réjouissances

La dernière vidéo de l'EIIL « a privé de joie de l'Aïd les résidents qui ont été horrifiés par les scènes qu'elle contient », a indiqué Ali Saeed, un marchand et habitant d'al-Mayadeen qui a demandé à utiliser un pseudonyme par peur pour sa sécurité.

Les festivités ont disparu, et le deuil a englouti la plupart de Deir Ezzor, a-t-il déclaré à Diyaruna, car ceux qui ont été massacrés appartenaient à plusieurs tribus et familles très connues dans la région.

« L'animosité envers l'EIIL prédomine chez les résidents », a rapporté Saeed, ajoutant que la date des assassinats hantera les habitants de Deir Ezzor pendant longtemps.

« Cette exécution s'ajoute à la liste des graves injustices subies par les résidents aux mains des éléments du groupe, en plus des répressions financières et psychologiques », a-t-il indiqué.

Nombre de marchands de la région ont déclaré faillite, a-t-il déclaré, tandis que d'autres ont fui pour sauver leurs familles et l'argent qu'il leur restait.

L'EIIL a confisqué les biens de ceux qui se sont enfuis, louant leurs boutiques et utilisant leurs maisons pour loger ses propres combattants et leurs familles, qui fuient les zones que le groupe perd, a-t-il raconté.

« Le groupe a également transformé certaines maisons, surtout celles en ville, en quartier généraux de sécurité », a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
198
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha