https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/08/15/feature-01

×
×
Sécurité |

Les forces irakiennes préparent l'offensive sur al-Hawijah

Par Khalid al-Taie

image

La police de Kirkouk affronte « l'État islamique en Irak et au Levant ». Les forces irakiennes préparent l'offensive destinée à libérer le district d'al-Hawijah de la province. [Photo fournie par la direction de la police de Kirkouk]

Les forces irakiennes se préparent à libérer la ville d'al-Hawijah de « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) en réponse à la demande des autorités de la province de Kirkouk, ont indiqué les autorités provinciales la semaine dernière.

Cet appel a été lancé alors que l'EIIL a arrêté des milliers de civils qui tentaient de fuir le district d'al-Hawijah, dans le sud-ouest de la province de Kirkouk, et que des rapports indiquent que plusieurs d'entre eux auraient été exécutés par les combattants du groupe.

Les autorités provinciales et locales ont demandé aux forces irakiennes « d'intervenir rapidement pour éliminer les éléments de l'EIIL à al-Hawijah et libérer la ville de leur emprise », a indiqué le vice-gouverneur de Kirkouk, Rakan al-Jubouri.

Les responsables irakiens ont répondu positivement à cette demande de libération de la ville, qui a longtemps souffert du siège imposé par l'EIIL, a-t-il précisé à Diyaruna.

« Nous espérons que cette opération de libération d'al-Hawijah sera lancée très prochainement et qu'elle permettra de chasser les terroristes », a ajouté al-Jubouri.

Des unités militaires sont déjà positionnées autour de la ville, a-t-il expliqué, mais pas encore en nombre suffisant pour lancer l'opération.

Al-Hawijah est une ville importante, qui comprend six unités administratives et dont la population avoisine le demi-million, a-t-il poursuivi, et elle est devenue une base pour les combattants de l'EIIL qui avaient fui le nord de la province de Diyala et les provinces de Salaheddine et de l'Anbar après que les forces irakiennes eurent libéré ces régions.

Des civils en fuite pris en embuscade

Ces dernières semaines, des milliers d'habitants des villages d'al-Aisalaneh, al-Seihah et Um Kaseer ont fui la région en raison « des violences, de la pauvreté, de la faim et des difficultés de la vie » qu'ils ont dû endurer sous le régime de l'EIIL, a ajouté al-Jubouri.

« Les terroristes ont pris ces personnes en embuscade, essentiellement des femmes et des enfants, et les ont emprisonnées », a-t-il précisé.

Plusieurs rapports indiquent que l'EIIL a exécuté de jeunes prisonniers à al-Bakarah, un ancien camp de l'armée irakienne situé à l'est d'al-Hawijah, a-t-il déclaré.

« Les renseignements confirmés reçus d'al-Hawijah indiquent que l'EIIL a emprisonné au moins 3 000 personnes qui tentaient de fuir leurs villages sous son contrôle », a expliqué le député irakien Mohammed Tamim, représentant de la province de Kirkouk.

« Les terroristes ont rassemblé ces habitants par groupes et les ont détenus dans des tranchées, des écoles et des maisons », a-t-il précisé à Diyaruna. « Certains ont été gardés en plein air dans des conditions inhumaines et très difficiles. »

« Le groupe a exécuté par balles 60 jeunes prisonniers à ce jour », a expliqué Tamim, ajoutant que ce nombre pourrait augmenter.

Il a appelé le Premier ministre irakien Haider al-Abadi et « les responsables des opérations militaires conjointes à prendre des mesures rapides pour sauver les citoyens détenus menacés de génocide par l'EIIL ».

Les habitants d'al-Hawijah souffrent depuis que l'EIIL s'est emparé de la ville en juin 2014, a ajouté Tamim.

« Les chiffres dont nous disposons confirment que près de 7 000 habitants d'al-Hawijah ont été exécutés, 5 000 ont fait l'objet de disparitions forcées et 6 600 maisons ont été détruites au cours des deux dernières années », a-t-il indiqué.

Les forces tribales participent aux combats

« Des membres des tribus al-Obied, Jabour, Albouhamdan et d'autres d'al-Hawijah se tiennent aux côtés des forces de sécurité et sont prêts à participer aux combats contre l'EIIL », a expliqué Sheikh Anwar al-Asi, chef de la tribu al-Obeid à al-Hawijah.

« Nous comptons actuellement près de 2 000 combattants volontaires enregistrés officiellement dans le cadre des forces de mobilisation tribale pour le district d'al-Hawijah », a-t-il déclaré. « Ils travaillent actuellement avec l'armée et la police et sont prêts à lancer une opération militaire pour libérer la ville. »

Al-Asi pense qu'un grand nombre d'habitants pris au piège dans al-Hawijah participeront à la lutte contre l'EIIL dès que l'opération destinée à libérer leur ville aura commencé.

Il a cependant prévenu que les habitants de la ville sont menacés d'une catastrophe humanitaire aux mains de l'EIIL, soulignant que les éléments du groupe ont commencé à tuer les familles déplacées tombées entre leurs mains.

« Ils ont commencé à prendre un jeune homme dans chaque famille pour l'abattre devant ses proches, selon les rapports confirmés que nous avons reçus d'habitants et de témoins oculaires », a-t-il poursuivi. « Nous craignons que la situation échappe à tout contrôle et que nous assistions à un horrible massacre. »

« Nous sommes à la disposition de l'État et sommes prêts à nous sacrifier pour sauver notre peuple et libérer nos régions », a conclu al-Asi.

Aimez-vous cet article?
5
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha