Sécurité

L'influence de l'EIIL en Irak en déclin rapdie

Khalid al-Taie

image

L'artillerie irakienne lance des frappes contre les bastions de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" à al-Doulab dans l'Anbar. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

L'influence de "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) est en forte baisse alors que les forces irakiennes soutenues par la coalition continuent de porter des coups durs aux ressources en diminution du groupe, selon des responsables et des observateurs irakiens.

"Les forces armées, soutenues par la coalition internationale, ont réussi cette année à reprendre les grandes villes de l'Anbar, notamment Ramadi, Heet, al-Rautba et la ville de Falloujah, que les terroristes décrivaient comme leur forteresse imprenable", a déclaré le porte parole du ministère de la défense le général de brigade Yahya Rassoul.

Les forces irakiennes ont également enregistré une série de succès dans la course jusqu'à la libération de Mossoul, a-t-il dit, notamment en reprenant la base militaire d'al-Qayyarah, et plus récemment la libération d'al-Hajj Ali et ses villages voisins dans le sud de Mossoul.

"Les héros du génie militaire ont également construit un pont en fer long de 250 mètres sur la rivière du Tigre reliant Makhmour et al-Qayyara pour permettre aux véhicules militaires, véhicules blindés et aux chars de traverser et se diriger vers Mossoul", a-t-il dit.

L'EIIL, qui à un moment donné en 2014 tenait près de 40% du territoire de l'Irak, est maintenant enfermé à Mossoul et quelques petites zones.

"L'année en cours sera l'année de la victoire finale sur le terrorisme", a déclaré Rassoul.

"Nous avons éliminé leur contrebande de pétrole et frappé de nombreuses bases dans lesquelles ils rassemblaient les impôts et l'argent de protection, appelés centres d'al-Hesba, en plus de la coupure de leurs voies de transport et des lignes d'approvisionnement", a-t-il souligné.

"Aujourd'hui toute l'armée, la police et les forces tribales se tiennent unies contre le terrorisme et la fin de l'EIIL approche déjà à l'horizon ", a-t-il affirmé.

La crise financière 'étouffante' de l'EIIL

L'EIIL souffre d'une crise financière étouffante à la suite de ses défaites et le ciblage de ses ressources, a déclaré le journaliste de Ninive Mohammed Tariq al-Bayati, qui travaille pour la radio al-Ghad.

"L'EIIL s'est abaissé maintenant au pillage des bâtiments gouvernementaux, tirant les portes, les fenêtres, les plafonds suspendus et les carreaux de céramiques des institutions gouvernementales pour les vendre sur les marchés locaux à Mossoul ", a-t-il dit à Diyaruna.

Les éléments de l'EIIL ont également détruit quelques bâtiments pour extraire des pièces en fer du béton et les vendre à la ferraille, a-t-il ajouté.

Mouzhir Mohammed Saleh, un conseiller économique du premier ministre, a indiqué pour sa part que l'EIIL a perdu la quasi-totalité des revenus qu'il avait il y a deux ans.

L'EIIL en Irak est actuellement une «entité terroriste en faillite» du fait que les opérations militaires en cours continuent de priver le groupe des ressources financières dans les villes et des territoires qui étaient autrefois sous son contrôle, a-t-il dit à Diyaruna.

"Les terroristes assuraient leur financement par le vol et la contrebande de pétrole brut à partir de vieux puits et de pillage du bétail et tous les biens publics et privés", a-t-il précisé," mais ces sources ne sont plus disponibles maintenant après que nos forces ont repris de nombreuses villes occupées".

Baisse du financement et des combattants

"La coalition internationale a joué un rôle clé dans la dégradation des capacités de l'EIIL en dirigeant les frappes aériennes à ses caches d'argent et ses activités de contrebande, et le monde est désormais plus uni contre le terrorisme", a déclaré Saleh.

Les pertes de l'EIIL sont paralysantes, selon Hachem al-Hachemi, spécialiste des groupes extrémistes.

"En plus des pertes de villes et de sources de financement, le groupe a subi une forte baisse du nombre de ses combattants étrangers qui arrivaient dans le pays, ainsi que des volontaires locaux dans ses rangs", a-t-il dit à Diyaruna.

"L'EIIL a perdu, dans les combats et les bombardements aériens de la coalition, ses meilleurs dirigeants et combattants", a-t-il ajouté. "Selon les informations dont nous disposons, 40 des 47 hauts dirigeants de l'organisation terroriste ont été tués jusqu'à présent en Irak".

La plupart des capacités d'armement de l'EIIL a été également détruite, a-t-il informé.

"Nous nous attendons à ce que d'ici la fin de l'année en cours ou au printemps prochain, pas une seule ville ou zone ne restera sous le contrôle de l'EIIL", a déclaré al-Hachemi.

Aimez-vous cet article?
27
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)

Ce qui a été publié est joli.

Répondre

C'est un bon programme.

Répondre