https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/07/26/feature-01

×
×

L'armée irakienne et les tribus reprennent les derniers bastions de l'EIIL dans l'Anbar

Khalid al-Taie

image

Les forces irakiennes et les combattants tribaux célèbrent leur victoire contre « l'État islamique en Irak et au Levant » à al-Rautbah, à l'ouest de l'Anbar. [Photo fournie par la page Facebook du commandement des opérations militaires conjointes de l'armée irakienne]

L'armée irakienne et les forces tribales montent une opération militaire pour libérer les zones restantes contrôlées par "l'Etat islamique en Irak et au Levant" (EIIL) dans la province de l'Anbar occidental.

Les forces alliées ont fait des progrès significatifs vers la sécurisation des zones autour du fleuve du haut Euphrate, allant de la partie nord de l'île d'al-Khalidiya dans la ville de Heet à la ville de Barwana près de Haditha.

Les forces irakiennes "soutenues par des combattants tribaux et l'intervention aérienne de la coalition internationale ont réussi à reprendre le contrôle de la plupart des zones désertiques" dans la région, a déclaré le commandant des opérations d'al-Jazeera le général major Qassim al-Mohammadi le 20 juillet.

“L'opération fait partie d'une campagne militaire plus large visant à libérer ce qui reste des zones occupées dans l'ouest de l'Anbar qui incluent Ana, Rawah, al-Qaim et Akachat, jusqu'aux frontières syriennes et jordaniennes", a-t-il dit à Diyaruna.

Des renforts militaires, a-t-il indiqué, sont arrivés à la base militaire d'Ain al-Assad dans la ville d'al-Baghdadi, où 1 000 soldats ont été déployés pour soutenir les forces engagées dans des opérations militaires.

Coordination avec les cheikhs de tribus

"Au cours des deux derniers jours, nous avons organisé des réunions dans la ville d'Amiriyat al-Falloujah, avec un nombre de chefs tribaux de la région de l'Anbar occidental dans le but d'examiner les moyens susceptibles de renforcer la coopération entre les forces de sécurité et les habitants", a expliqué al-Mohammadi.

Le soutien des tribus est la clé du succès de tout effort militaire, a-t-il souligné, car ils sont bien informés de la géographie locale, capables d'identifier les éléments terroristes par leurs noms et leurs apparences et possèdent l'expertise et les qualifications nécessaires pour maintenir leur propre sécurité.

Le commandant a souligné l'importance de « la force aérienne de la coalition internationale dans la destruction des armes de l'arsenal de l'ennemi », notant que « la force aérienne de la coalition a joué un rôle important dans la victoire de nos forces dans plusieurs batailles ».

Malollah al-Obaidi, le chef conseiller local d'al-Baghdadi, dit à Diyaruna que les tribus de l'Anbar de l'ouest sont prêtes à envoyer leurs fils pour rejoindre les forces de sécurité afin de libérer la région de l'EIIL.

"Au cours des deux dernières années, les habitants des régions occidentales ont beaucoup souffert de la tyrannie et de l'oppression de l'EIIl et sont maintenant prêts à prendre part à une opération militaire pour vaincre les terroristes", a-t-il dit.

"Il y a beaucoup de tribus qui sont prêtes à se porter volontaires et à rejoindre les forces de sécurité et nous demandons au gouvernement de leur fournir des armes et des munitions", a affirmé al-Obaidi.

Chasser l'EIIL

Le général de brigade Mohammed al-Mahalawi, commandant d'une force tribale de l'Anbar occidental, a déclaré que ses combattants "appartiennent à différentes tribus qui ont beaucoup souffert des crimes et des actes des terroristes, et veulent aujourd'hui se venger de l'EIIL".

"Nos forces tribales opèrent sous le commandement conjoint des opérations d'al-Jazeera pour atteindre leurs objectifs", a-t-il dit à Diyaruna."Nous avons des milliers de combattants qui se battent aux côtés de l'armée et de la police pour le nettoyage de leurs territoires des gangs criminels de l'EIIL".

Al-Mahalawi a souligné que les forces conjointes seraient bientôt en mesure d'expulser l'EIIL de leurs bastions dans l'Anbar "afin que nous puissions sauver notre peuple assiégé et lever haut le drapeau irakien au dessus de tous les bâtiments publics".

Le président du conseil du district d'Al-Qaim Nadhem Bardaa a appelé à des mesures urgentes pour secourir les habitants de sa ville, qui est actuellement assiégée par l'EIIL.

"La situation humanitaire dans les zones situées dans la province occidentale de l'Anbar, y compris al-Qaim, est déplorable car les zones assiégées, qui abritent plus de 20 000 familles, sont confrontées à toutes sortes de violations aux mains des terroristes à un rythme quotidien", dit-il à Diyaruna.

Bardan a exhorté les forces de sécurité à accélérer le rythme des opérations de libération parce que "l'EIIL détient les gens et les utilise comme otages. De plus, il tue et torture toute personne qui tente de s'échapper".

Aimez-vous cet article?
2
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

Contrôlez les dossiers des habitants de Falloujah en particulier et de la province de l'Anbar en général pour connaître leurs liens antérieurs avec « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) et leur coopération à cet égard. Cela est nécessaire pour connaître leur passé de sécurité et probablement le travail qu'il ont ensuite eu, afin de terminer la procédure pour les traîtres qui ont violé toutes les lois et les véritables principes et valeurs humaines.

Répondre