https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2016/06/10/feature-01

×
×
Sécurité |

Bagdad rétablit les mukhtars pour renforcer la sécurité

Par Khalid al-Taie

image

Un membre des forces de sécurité irakiennes surveille un point de contrôle à Bagdad. [Photo fournie par le commandement des opérations à Bagdad]

Les autorités locales de Bagdad ont annoncé mardi 7 juin vouloir rétablir le système des mukhtars dans la capitale pour apporter un soutien aux efforts sécuritaires contre « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL).

Les mukhtars, qui dirigent un village ou un quartier, seront chargés d'aider les agences de sécurité à surveiller les activités ou les personnes suspectes dans les zones dont ils auront la responsabilité, ont indiqué les autorités irakiennes.

« Le système des mukhtars est un système de sécurité locale traditionnel », a expliqué le vice-gouverneur de Bagdad, Jassem Boukhaty. « Un mukhtar, comme on l'appelle, est un dignitaire qui connaît les habitants du quartier et que tous les habitants connaissent. »

« Au vu du rôle efficace que pourraient jouer ces dignitaires, nous avons décidé de faire de nouveau appel à eux », a-t-il expliqué à Mawtani.

Grâce aux nombreuses relations qu'il entretient avec les habitants, le mukhtar est en mesure de connaître tous les étrangers qui viennent dans son quartier et peut surveiller leurs habitudes et leur lieu de résidence, a-t-il ajouté, et déceler par là-même toute activité suspecte.

« Les enquêtes ont montré que nombre des attentats qui ont frappé la capitale, notamment récemment dans le quartier de Jadida à Bagdad et à Sadr City, ont été exécutés par des personnes étrangères à ces quartiers, qui avaient loué des maisons et des appartements pour y planifier et y organiser leurs attaques terroristes », a-t-il précisé.

Les mukhtars pourront suivre les activités des résidents clandestins, a-t-il ajouté, en faisant la connaissance des nouveaux habitants, en se renseignant sur leurs origines et en fournissant des informations aux forces de sécurité.

À ce jour, a ajouté Boukhaty, les autorités locales de Bagdad ont chargé quatre cents dignitaires des quartiers résidentiels de jouer le rôle de mukhtars, en les choisissant sur la base de leurs compétences, de leur intégrité et de leur bonne réputation.

Il s'agit d'une phase pilote, a-t-il précisé, soulignant que d'autres mukhtars seront nécessaires car Bagdad comprend 37 unités administratives divisées en villages ou quartiers, et où vivent près de huit millions de personnes.

Mesures de sécurité supplémentaires

Ce rétablissement du système des mukhtars s'inscrit dans le cadre des projets destinés à promouvoir la sécurité et la stabilité dans la capitale, a expliqué Boukhaty.

Le gouvernement local met actuellement en place quelque 23 000 nouvelles caméras de surveillance dans les rues et les quartiers de la capitale et procède à la distribution d'une carte d'identité nationale électronique unifiée, a-t-il déclaré.

Un autre projet, baptisé « Saqr Bagdad », est destiné à enregistrer tous les véhicules dans une banque de données sécurisée, a-t-il ajouté.

Les responsables de quartiers servent de lien entre les habitants et les services de sécurité, et sont une source de renseignements permettant de suivre les activités suspectes et de fournir des informations importantes, a expliqué Saad al-Matlabi, membre de la commission de sécurité du conseil provincial de Bagdad.

Le rétablissement du système des mukhtars « a été l'une des demandes de notre conseil depuis maintenant longtemps en raison de son importance », a-t-il expliqué à Mawtani, ajoutant « qu'il aura une influence positive sur la situation sécuritaire générale à Bagdad ».

Matlabi a également souligné l'importance de la mise en place de la « Barrière de Bagdad ».

Ce projet prévoit la création de « huit entrées principales autour de la capitale, équipées de caméras et de dispositifs de détection d'explosifs, et le déploiement de barrières de béton équipées de capteurs et d'équipement de surveillance », a-t-il précisé.

« Bagdad est entourée par sept districts, qui sont tous des régions agricoles », a-t-il ajouté, soulignant qu'elles constituent « un havre de sécurité pour les éléments terroristes ».

« Ce projet de barrière de 300 kilomètres de long sécurisera les limites de la capitale de tous côtés et empêchera les terroristes de menacer les habitants et leurs biens », a-t-il ajouté.

Le conseiller à la sécurité Fadel Abu Ragheef a affirmé que ce système de mukhtars est « un pas dans la bonne direction ».

Les mukhtars sont une composante essentielle du système de sécurité, a-t-il précisé, car ils sont en mesure de fournir aux agences de sécurité des informations utiles sur les nouveaux arrivants.

« Ces mesures aideront les forces de sécurité à mettre à jour les repaires des insurgés, en particulier de ceux qui tentent de s'infiltrer avec les familles déplacées et de monter leurs opérations terroristes depuis les quartiers résidentiels », a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
1
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

Essayer d'être comme le Kurdistan.

Répondre