NOUVELLES D’IRAK
Terrorisme

Réouverture du poste-frontière de Trebil en Irak après la libération de Rutbah

Par Khalid al-Taie

image

Le gouvernement irakien met tout en œuvre pour reprendre les opérations au point de passage de Trebil, à la frontière avec la Jordanie, après que les villes voisines ont été libérées de « l'État islamique en Irak et au Levant ». [Photo de la page Facebook de Mohammed al-Ghabban, du ministère irakien de l'Intérieur]

L'Irak dirige les efforts visant la réouverture du poste-frontière de Trebil avec la Jordanie, qui était fermé à la circulation des personnes et au transit des marchandises depuis que « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL) s'était emparé de la ville de Rutbah et d'autres régions frontalières dans l'ouest de la province de l'Anbar, il y a presque deux ans.

À la mi-mai, l'armée irakienne, appuyée par des combattants locaux, en a chassé les activistes et a repris le contrôle de la ville, située sur la route menant au poste-frontière de Trebil.

Peu après, les forces irakiennes ont commencé à déminer la route internationale reliant la ville à la frontière, ont indiqué al-Jazeera et le major général Qasim Mohammed Saleh, commandant d'al-Badiya.

« Nous avons retiré près de 250 bombes que les terroristes avaient enterrées de chaque côté de la route », a-t-il expliqué à Mawtani. « Nous avons également démantelé plusieurs magasins et aires de repos piégés réparties le long de cette route. »

« Nos unités militaires sont déployées tout au long de la route, de Rutbah jusqu'à la frontière », a-t-il précisé, « et nous sommes actuellement en train de les renforcer par des troupes de soutien supplémentaires ».

Des patrouilles fixes et mobiles seront déployées pour totalement contrôler et sécuriser cette route, a-t-il ajouté.

Les troupes irakiennes lanceront également des opérations préventives pour traquer les activistes dans le désert et les empêcher d'installer des postes à proximité de la route ou de menacer la sécurité des voyageurs et du trafic commercial lorsque le poste-frontière sera de nouveau opérationnel, a-t-il précisé.

Réhabiliter la route internationale

« La route doit être remise en état car plus de quinze ponts ont été détruits en totalité ou en partie par les terroristes », a ajouté Saleh, précisant que certaines routes ne peuvent être empruntées par des véhicules civils.

Une fois cet axe sécurisé et réhabilité, le franchissement sera rouvert, a-t-il ajouté, précisant que les mesures de protection sécuritaires pourraient être terminées d'ici deux mois.

Rutbah est quant à elle totalement sécurisée, a expliqué Saleh, précisant que les forces de sécurité avaient désamorcé trois cents engins explosifs dans les rues et les ruelles de la ville, et sécurisé une cinquantaine de maisons piégées.

« Nos troupes ont commencé à mettre en place des postes pour empêcher toute intrusion de l'ennemi », a-t-il ajouté.

Quelque cent familles sont déjà rentrées chez elles, a-t-il poursuivi, précisant que des services de base comme l'eau et l'électricité, ainsi que les services de l'État et les infrastructures que l'EIIL avait délibérément pris pour cibles restent à remettre sur pied.

Au vu de sa grande importance, les autorités locales de l'Anbar souhaitent rouvrir le poste-frontière de Trebil et reprendre les opérations dès que possible, a expliqué Rajeh Barakat al-Aifan, membre de la commission de sécurité du conseil provincial de l'Anbar.

En début de semaine dernière, il s'est rendu en compagnie de responsables irakiens sur ce poste-frontière.

« La route internationale qui y mène a été sécurisée », a-t-il expliqué à Mawtani. « Des unités de l'armée sont déployées partout et les forces [irakiennes] étendent leur contrôle dans la région. »

Mais cette route a subi de forts dommages et doit être réhabilitée, a-t-il précisé.

« Nous la reconstruirons », a-t-il ajouté.

Reprise de la vie dans l'Anbar

« Quant au poste-frontière lui-même, il n'a pas souffert parce qu'il était resté sous le contrôle des forces de sécurité alors même que l'EIIL prenait le contrôle de Rutbah », a-t-il précisé, « mais il était demeuré fermé et toutes les activités commerciales et de transit avaient été suspendues ».

Selon al-Aifan, ce point de franchissement « a seulement besoin de quelques réparations et d'un matériel plus moderne pour les inspections, la surveillance sécuritaire et la régulation du trafic des voitures et des camions pour pouvoir reprendre ses opérations ».

Le gouvernement local de l'Anbar a demandé à toutes les organisations et agences internationales d'apporter leur aide aux efforts de reconstruction et de réhabilitation des infrastructures dans les villes et les villages libérés de la province, a-t-il ajouté.

La réouverture du poste-frontière de Trebil permettra à Rutbah et à l'ensemble de la province de retrouver un second souffle, a déclaré de son côté le gouverneur de Rutbah, Imad Meshaal al-Dulaimi.

Ce poste-frontière pourra reprendre ses opérations lorsque la route internationale qui y conduit, ainsi que tous les ponts et les aires de repos endommagés auront été remis en état, a-t-il expliqué à Mawtani.

« La route a été totalement débarrassée des explosifs et la mission a été un succès », a-t-il ajouté. « Malheureusement, cinq de nos membres des forces de sécurité sont morts en martyrs alors qu'ils tentaient de désamorcer l'un d'eux sur l'aire de repos de Tayba, non loin de Rutbah. »

La situation sécuritaire dans la ville « est désormais stable », a déclaré al-Dulaimi, demandant un renforcement de l'aide pour les efforts de reconstruction et pour le retour des familles déplacées.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500