http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2019/04/16/newsbrief-02

Les États-Unis imposent des sanctions sur de nouveaux financiers présumés de l'EIIS

Les États-Unis ont imposé lundi 15 avril des sanctions sur des financiers ayant des bases en Belgique, Kenya et Turquie aux motifs qu'ils ont acheminé des fonds internationalement pour « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a rapporté l'AFP.

Le Département du trésor a indiqué qu'il a mis le doigt sur les successeurs de Fawaz Muhammad Jubayr al-Rawi, qui a été tué dans une frappe aérienne de la coalition en Syrie en 2017 après qu'il aurait envoyé des millions de dollars destinés aux extrémistes.

Les États-Unis ont imposé les sanctions sur sept personnes y compris Mushtaq Talib Zughayr al-Rawi, qui vivait jusqu'à fin 2018 avec sa famille en Belgique, selon le département du Trésor.

Les forces ont saisi les preuves lors d'un raid sur l'EIIS l'année dernière qui ont montré que Mushtaq a contribué au financement du groupe en exploitant les machines de paiement électronique du gouvernement irakien destinées à distribuer les salaires aux employés et retraités du secteur public, a souligné le département du Trésor.

« Le Trésor est dédié à assurer la défaite constante de l'EIIS en lui coupant toutes les sources restantes de leur financement terroriste à travers le monde», a indiqué Sigal Mandelker, le sous-secrétaire du département pour le terrorisme et l'intelligence financière.

Le département du Trésor a également imposé des sanctions sur une société de change, Al-Ard Al-Jadidah, censée faire la liaison entre les hawalas en Irak avec la ville de Samsun au nord de la Turquie.

Un élément de l'EIIS en Irak aurait reçu un million de dollars à travers la société de change l'année dernière, a-t-il précisé.

Les dernières sanctions ont également ciblé Halima Adan Ali au Kenya, qui selon le département du Trésor faisait partie d'un réseau qui a transféré plus de 150 000 dollars à travers le système de hawala aux combattants de l'EIIS en Syrie, en Libye et en Afrique centrale.

Elle a été arrêtée deux fois par les autorités kényanes et a également servi comme recruteur pour le compte des militants al-Shabab en Somalie, selon le département du Trésor.

Aimez-vous cet article?
0
0
Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha