http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/newsbriefs/2019/03/12/newsbrief-01

L'ONU avertit contre la stigmatisation des enfants nés dans le territoire de l'EIIS

Les enfants élevés dans le territoire du groupe « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ne doivent pas être traités comme des terroristes, a mis en garde le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) lundi 11 mars.

Le directeur de l'agence pour le Moyen-Orient a affirmé que le destin des enfants dont les familles terroristes ont récemment fui le dernier bastion de l'EIIS au nord-est de la Syrie ne doit pas être ignoré.

« Le message que ces enfants sont indésirables devient de plus en plus fort», a affirmé Geert Cappelaere lors d'une conférence de presse à Beyrouth.

Selon l'UNICEF, environ 3000 enfants étrangers sont actuellement abrités au camp al-Hol qui accueille une grande partie du flux massif de personnes fuyant la dernière poche de l'EIIS au village d'al-Baghouz ces dernières semaines.

Ils sont issus d'au moins 43 différents pays, dont la plupart sont réticents à régler le problème de leur éventuel rapatriement.

Il y a encore de plus grands nombres d'enfants syriens et irakiens déplacés qui sont associés à l'EIIS et dont la réintégration dans la société est un défi qui reçoit peut d'attention.

« C'est un problème qui ne pourrait pas être balayé sous le tapis», a souligné Cappelaere, s'exprimant lors du lancement d'un CD d'une chanson pour les enfants coïncidant avec le huitième anniversaire du conflit en Syrie.

« Il s'agit de situations qui ne sont pas sans précédent, regardez en arrière au génocide du Rwanda au milieu des années 90», a-t-il ajouté.

« Nous avons vu des milliers d'enfants là-bas qui ont été associés à des gens ayant commis des atrocités. Ces enfants ont été en grande partie réintégrés avec succès au sein de la société rwandaise», a-t-il souligné.

Cappelaere a précisé que de tels efforts sont nécessaires en Syrie et en Irak.

« Il y a une solution pour ces enfants. Elle demande un courage politique, un engagement politique. Ces enfants sont des enfants, ils ne sont pas des terroristes», a-t-il confié.

Également lundi, le lauréat du Prix Nobel, Kailash Satyarthi, a exhorté les gouvernements européens à protéger les enfants de leurs citoyens qui sont partis pour vivre sous l'EIIS.

« Ces enfants ne sont pas des jihadistes», a affirmé Satyarthi, un ardent défenseur indien des droits des enfants qui a gagné le Prix Nobel en 2014 aux côté de la pakistanaise Malala Yousafzai.

« Si nous sommes incapables de leur offrir l'attention approprié et la protection adéquate, l'amour, le respect et la reconnaissance en tant qu'êtres humains, alors il y a plus de chances qu'ils soient utilisés at manipulés à mauvais escient», a-t-il fait savoir.

« Il vaut mieux les accueillir à bras ouverts».

Aimez-vous cet article?
0
0
Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha